Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoires vraies
L'enfant du ciel (1re partie)
Publié dans Info Soir le 31 - 07 - 2012

Mesdames et messieurs, le commandant René Sebastiani et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord. Nous atteindrons Paris, notre destination finale, dans cinq heures et quinze minutes...
Nous sommes le 30 août 1972. Les passagers du Boeing se laissent aller sur leur siège. Il fait un temps superbe. Ce sont, pour la quasi-totalité, des vacanciers qui regagnent la France, après avoir passé leurs vacances dans un grand club de vacances. Ils sont bronzés et détendus. Michel Normand se penche vers sa femme.
— ça va chérie ? Tu ne veux pas que j'appelle l'hôtesse ?
— Tout va bien, Michel.
L'hôtesse , Micheline B., s'arrête à son tour à sa hauteur :
— Tout se passe bien, madame ?
Mme Normand remercie d'un sourire et l'hôtesse poursuit son chemin dans la travée. Cette sollicitude s'explique par le fait que Bernadette attend un bébé.
— pourriez faire attention !
C'est Bernadette Normand qui vient de pousser cette exclamation. En effet, un jeune homme à la chevelure hirsute, un de ces hippies comme on en voit partout à cette époque, vient de se ruer dans le couloir, renversant l'hôtesse et la bousculant elle-même au passage. L'individu poursuit sa course, ouvre la porte de pilotage et disparaît. Bernadette agrippe le bras de son mari :
— Pourvu que cela ne soit pas un détournement.
Et pourtant si, c'est un détournement, mais pas tout à fait comme les autres. Dans la cabine, le commandant René Sebastiani qui, une heure plus tôt, avait souhaité aimablement bienvenue aux passagers, voit arriver un énergumène qui lui brandit sous le nez un poignard et un revolver.
— Change de cap et prends la direction de Moscou !
Le commandant Sebastiani veut croire un instant à une plaisanterie, mais il sait bien que c'est impossible. Personne ne ferait une plaisanterie pareille et surtout pas l'homme qu'il a en face de lui. Avec sa barbe et ses cheveux longs, il a des allures de Jésus-Christ et ses yeux hallucinés indiquent assez qu'il a perdu la raison. René Sebastiani tente de gagner du temps.
— Moscou ! Mais pour quoi faire ?
La voix du pirate est aussi exaltée que son regard.
— La paix est menacée ! Moi seul, je peux la sauver. Je dois dire la vérité aux Russes. C'est ma mission.
Le commandant essaie encore d'argumenter :
— Moscou, c'est trop loin. Je n'ai pas assez de carburant.
— Direction Moscou, je te dis ! Sans quoi, je descends les passagers un par un !
Cette fois, il n'y a plus rien à répliquer. Mais le commandant Sebastiani n'est tout de même pas homme à se laisser faire. Avant d'être pilote de Boeing, il était dans une patrouille de démonstration aérienne et c'était un as de la voltige. Il change de cap, mais il amorce son virage si serré qu'il devient impossible de se tenir debout, tandis qu'il coupe les gaz, provoquant un affaissement brutal de l'appareil.
Le résultat est celui qu'il escomptait : le pirate de l'air n'a même pas le temps de se rendre compte de ce qui lui arrive, il est catapulté contre une paroi, puis jeté à terre, où il reste inanimé, K.-O. pour le compte.
Tandis que le copilote s'occupe de ficeler l'individu, René Sebastiani s'empare du micro :
— Mesdames et messieurs, nous venons d'échapper à un détournement. Rassurez-vous, il n'y a plus aucun danger, désolé de vous avoir un peu secoués, mais je n'avais pas le choix. J'espère qu'il n'y a personne de blessé. (A suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.