Baromètre.. En Baisse : Djamel Ould Abbès    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    La Chine dénonce Washington    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    Soutien aux groupes terroristes.. Deux éléments arrêtés à Oran    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    EN MARGE DE SA VISITE A LA 1EER REGION MILITAIRE : Gaid Salah désapprouve le boycott du dialogue    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DES WALIS : Abdelkader Zoukh limogé    Le Parquet ouvre une enquête    L'opération de révision exceptionnelle des listes s'est achevée hier    Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Les frères Kouninef devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed    Fausses statistiques, vraies subventions    L'USMBA renoue avec la victoire, le maintien encore possible    Campagne de collecte de sang par les agents de la société de distribution d'électricité et du gaz    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    «Je n'ai peur d'aucune équipe»    Un documentaire en cours de réalisation    Libye: au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Bouira : Les étudiants manifestent en masse    Pétrole: le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Kébir : "Il y avait penalty pour nous"    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Les recettes douanières en légère hausse en 2018    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Complément différentiel et montant-revalorisation    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    La justice militaire passe à l'acte    …sortir…sortir…sortir…    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Le bal des hypocrites    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    La déliquescence de l'Etat    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    La condition féminine en débat    Hommage à Yamina et Malika...    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoires vraies
L'enfant du ciel (1re partie)
Publié dans Info Soir le 31 - 07 - 2012

Mesdames et messieurs, le commandant René Sebastiani et son équipage vous souhaitent la bienvenue à bord. Nous atteindrons Paris, notre destination finale, dans cinq heures et quinze minutes...
Nous sommes le 30 août 1972. Les passagers du Boeing se laissent aller sur leur siège. Il fait un temps superbe. Ce sont, pour la quasi-totalité, des vacanciers qui regagnent la France, après avoir passé leurs vacances dans un grand club de vacances. Ils sont bronzés et détendus. Michel Normand se penche vers sa femme.
— ça va chérie ? Tu ne veux pas que j'appelle l'hôtesse ?
— Tout va bien, Michel.
L'hôtesse , Micheline B., s'arrête à son tour à sa hauteur :
— Tout se passe bien, madame ?
Mme Normand remercie d'un sourire et l'hôtesse poursuit son chemin dans la travée. Cette sollicitude s'explique par le fait que Bernadette attend un bébé.
— pourriez faire attention !
C'est Bernadette Normand qui vient de pousser cette exclamation. En effet, un jeune homme à la chevelure hirsute, un de ces hippies comme on en voit partout à cette époque, vient de se ruer dans le couloir, renversant l'hôtesse et la bousculant elle-même au passage. L'individu poursuit sa course, ouvre la porte de pilotage et disparaît. Bernadette agrippe le bras de son mari :
— Pourvu que cela ne soit pas un détournement.
Et pourtant si, c'est un détournement, mais pas tout à fait comme les autres. Dans la cabine, le commandant René Sebastiani qui, une heure plus tôt, avait souhaité aimablement bienvenue aux passagers, voit arriver un énergumène qui lui brandit sous le nez un poignard et un revolver.
— Change de cap et prends la direction de Moscou !
Le commandant Sebastiani veut croire un instant à une plaisanterie, mais il sait bien que c'est impossible. Personne ne ferait une plaisanterie pareille et surtout pas l'homme qu'il a en face de lui. Avec sa barbe et ses cheveux longs, il a des allures de Jésus-Christ et ses yeux hallucinés indiquent assez qu'il a perdu la raison. René Sebastiani tente de gagner du temps.
— Moscou ! Mais pour quoi faire ?
La voix du pirate est aussi exaltée que son regard.
— La paix est menacée ! Moi seul, je peux la sauver. Je dois dire la vérité aux Russes. C'est ma mission.
Le commandant essaie encore d'argumenter :
— Moscou, c'est trop loin. Je n'ai pas assez de carburant.
— Direction Moscou, je te dis ! Sans quoi, je descends les passagers un par un !
Cette fois, il n'y a plus rien à répliquer. Mais le commandant Sebastiani n'est tout de même pas homme à se laisser faire. Avant d'être pilote de Boeing, il était dans une patrouille de démonstration aérienne et c'était un as de la voltige. Il change de cap, mais il amorce son virage si serré qu'il devient impossible de se tenir debout, tandis qu'il coupe les gaz, provoquant un affaissement brutal de l'appareil.
Le résultat est celui qu'il escomptait : le pirate de l'air n'a même pas le temps de se rendre compte de ce qui lui arrive, il est catapulté contre une paroi, puis jeté à terre, où il reste inanimé, K.-O. pour le compte.
Tandis que le copilote s'occupe de ficeler l'individu, René Sebastiani s'empare du micro :
— Mesdames et messieurs, nous venons d'échapper à un détournement. Rassurez-vous, il n'y a plus aucun danger, désolé de vous avoir un peu secoués, mais je n'avais pas le choix. J'espère qu'il n'y a personne de blessé. (A suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.