La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pomme de terre
Les prix en chute libre
Publié dans Info Soir le 08 - 05 - 2013

Régulation - Les prix de la pomme de terre ont baissé sur le marché jusqu'à atteindre 20 DA/kg chez les détaillants de la capitale.
Cette chute vertigineuse due à l'abondance de ce tubercule, du fait, notamment, de l'extension des superficies, inquiète les agriculteurs. En effet, ces derniers se voient céder le produit à moins de 15 DA/kg. Et les prévisions du secteur quant à une augmentation de 15% de la production cette année, est pour ces derniers un autre motif d'inquiétude. Cette situation «n'est pas aussi catastrophique», estime cependant le président du CNIFPT, Bachir Séraoui, puisque cela ne touche qu'une partie des agriculteurs notamment à Mostaganem où les producteurs «étaient pressés» de procéder à la récolte pour préparer le sol à d'autres spéculations. «Tout le monde arrache en même temps, alors que le tubercule n'est pas tout a fait mature, c'est la raison pour laquelle, d'ailleurs, le produit ne peut être stocké», a expliqué ce responsable. Outre le non-respect du planning des récoltes, M. Séraoui a relevé aussi «une dérégulation» au niveau du fonctionnement du marché, citant notamment la spéculation et le refus de certains grossistes d'acheter la pomme de terre à des prix bas pour la revendre avec des marges minimes. L'interprofession devrait se réunir demain jeudi au ministère de l'Agriculture et du Développement rural pour discuter de l'organisation de la filière et des quotas de production à dégager à l'intérieur du pays pour le stockage comme à Mascara et Aïn Defla, a indiqué le même responsable. Des décisions devraient être prises, durant cette réunion, pour organiser la filière à commencer par la semence jusqu'à la récolte et le stockage. Il s'agit notamment de «négocier certains calendriers pour qu'il n'y ait pas de déséquilibre sur toutes les phases de production», a expliqué M. Séraoui.
En outre, le Conseil national interprofessionnel de la pomme de terre (CNIFPT) prévoit de stocker en 2013 dans le cadre du système de régulation quelque 250 000 tonnes de pommes de terre, en nette hausse par rapport à 2012, a-t-on appris ce matin auprès du Conseil. Le Système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac) «commencera à absorber les surplus de production dès la semaine prochaine», a indiqué, M. Séraoui, qui table sur des stocks de 250 000 tonnes de pommes de terre cette année contre 140 000 tonnes en 2012.
En 2012, la production nationale de pomme de terre s'est établie à 42,2 millions de q contre 38,49 millions de q en 2011, 32 millions en 2010, 26 millions en 2009 et 22 millions en 2008. La croissance enregistrée par cette filière est due notamment à la mise en place du système de régulation (Syrpalac), créé en 2008 pour éponger les surplus de production et protéger les agriculteurs et le pouvoir d'achat des consommateurs. En cas d'effondrement des prix (en dessous de 20 DA/kg), ce système intervient pour acheter le produit entre 20 et 22 DA/kg auprès des agriculteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.