Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Fada !»
La fable de l?enfant insolite
Publié dans Info Soir le 23 - 11 - 2004

Livre Fada ! est d?une écriture exceptionnelle, chargée d?émotion d?un bout à l?autre, attirant l?attention et agissant sur la sensibilité.
Paru aux éditions Apic, Fada !, de Djamel Mati, est une fable qui se déroule dans un style emprunté tantôt au théâtre tantôt au roman. Le récit s?organise en deux parties : la première s?inscrit dans une morphologie spécifique au théâtre.
L?écrivain présente une écriture théâtrale mettant en scène deux personnages : Fada, le pivot du récit, et Kada, son interlocuteur, son compagnon, un intermédiaire à travers lequel Fada est mentionné, raconté. L?histoire s?articule autour d?un dialogue entre Fada et Kada, une confrontation de discours et un échange de perceptions existentielles. Ces deux protagonistes se trouvent dans un endroit atypique, un lieu littéralement détaché de l?activité humaine : dans un cimetière, loin des vivants, parmi les morts. De cette rencontre se raconte la fable?
Fada est un personnage insolite, inattendu, donnant l?air d?être irréfléchi, désinvolte, un personnage qui possède des allures propres à un enfant. En fait, c?est un enfant, alors que son compagnon, Kada, s?avère adulte, plus mesuré, serein, méditatif. Il passe d?ailleurs son temps à cogiter et à se livrer à une multitude de réflexions complexes, formulant ainsi une philosophie basée exclusivement sur ses convictions, ses observations, ses impressions et même sur ses expériences, excluant, du coup, tout énoncé inassimilable au sien, privilégiant sa propre théorie. Les réflexions de Kada, toutes composites et absconses, semblent, à première vue, dépasser l?entendement de Fada qui, lui, reste interloqué devant le discours de son compagnon.
Il s?avère toutefois que ce n?est qu?une impression : Fada est sensible aux dires de son compagnon et finit, lui-même, par avancer des questionnements et formuler en conséquence sa théorie. Et c?est au lecteur de déceler dans les propos de Fada ses visions existentielles.De cette rencontre entre Fada et Kada, une rencontre inattendue, s?installe une relation spéciale qui repose sur l?échange, le rapprochement et la comparaison.
La deuxième partie du récit, qui est d?une écriture narrative, donc romanesque, alternée par des discours directs, à savoir des dialogues, retrace un «entretien», une discussion entre Kada et un autre personnage, une femme, son amie, à qui il raconte Fada, ce personnage partagé entre la fable et la vérité.
Fada serait-il une histoire vraie ? A-t-il vraiment existé ? Ou bien serait-il un personnage fictif, imaginé par l?intuition de l?écrivain ?
En dépit de son caractère romanesque et imaginaire, Fada vit cependant quelque part en chacun de nous ; il partage notre existence et chacun se trouve en mesure de se reconnaître en ce personnage atypique, à la fois irréel et matériel. De par son accent juvénile, son aspect ingénu et son comportement mental vif et subtil, le personnage de Fada nous rappelle celui du Petit Prince et Kada l?aviateur, deux protagonistes imaginés par l?écrivain français Antoine de Saint-Exupéry. Les deux, seuls dans le Sahara, apprennent à se connaître, comme c?est le cas d?une scène au cimetière entre Fada et Kada.
Il y a, en effet, dans l?écriture de Djamel Mati une intertextualité qui régit et régularise le récit, donnant au texte son esthétique et définissant les stratégies ? et les intentions illocutoires ? de l?écrivain. On entend par intertextualité un texte dans un autre texte, c?est-à-dire qu?à la lecture de Fada !, notamment la première partie, le souvenir, l?image du Petit Prince nous viennent à l?esprit.
Fada ! est d?une écriture exceptionnelle ; l?émotion s?exprime, d?un bout à l?autre dans des tournures touchant au plus profond la sensibilité du lecteur, attirant ainsi son attention de manière à l?orienter sur le personnage, le poussant à s?interroger sur son existence, donc sur notre existence. De ce dialogue entre Fada et Kada est dite notre histoire dans un fatras de mots, dans un désordre de rêves et des méandres de mirages, mais tous racontent, en filigrane, des vérités, celles qui nous concernent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.