Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parlez-vous l?algérien ?
Le dinar, histoire d?une pièce (II et fin)
Publié dans Info Soir le 13 - 04 - 2005

On a frappé des dinars au Maghreb et en Andalousie, ainsi que des demi-dinars (nis?f dinar) et des tiers de dinar (thult dinar). Au IIIe siècle de l?hégire, les Aghlabides introduisent le quart de dinar (rub?â dinar) ; ce dernier sera développé par la dynastie des Fatimides qui l?introduiront aussi en Sicile, où il deviendra le fameux tari d?oro des Siciliens.
Le titre du dinar ? c?est-à-dire la quantité d?or contenue dans la pièce ? a varié au cours des siècles. Avec la réforme umayyade, le titre était entre 96 et 98%, ce qui était important, puisque, à l?époque, le titre des pièces européennes était moins important.
Dans le monde musulman, le titre du dinar est rarement tombé sous la barre des 90% (comme ce fut le cas sous Salah Eddine Al-Ayoubi, durant les Croisades) et souvent même il a frôlé, voire atteint les 100%. C?est pourquoi, aujourd?hui encore, les numismates ? collectionneurs de pièces de monnaie ? recherchent les dinars !
La forme du dinar a peu évolué dans le temps. C?est généralement une pièce ronde, portant la Chahada, la profession de foi musulmane, et un verset du Coran. Une formule, entourant la pièce, indique l?atelier de frappe. Les premiers temps, les dinars étaient anonymes, puis on s?est mis à y porter les noms des fonctionnaires qui avaient procédé à la frappe ou des califes et des sultans.
Les historiens ont montré l?importance du dinar dans l?économie européenne, qui a fait un grand usage de cette monnaie tout au long du Moyen Age.
Au Maghreb, les femmes portaient des collier de dinars, jusqu?à l?arrivée des Français qui les ont alors remplacés par des louis d?or? imitation du dinar !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.