réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Iran – Dossier uranium
La sourde oreille des USA
Publié dans Info Soir le 14 - 05 - 2006

Moyens n En dépit des appels de plus en plus nombreux, les Etats-Unis refusent d'ouvrir des négociations bilatérales avec l'Iran.
Les Américains font la sourde oreille aux appels leur demandant d'engager des discussions directes avec Téhéran, alors même que les négociations menées par les Européens semblent au point mort, ainsi que les efforts américains d'obtenir une action forte de l'ONU.
Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a exhorté, hier, vendredi, les Etats-Unis à engager un dialogue direct avec l'Iran pour résoudre la crise sur son programme nucléaire civil, en estimant, pour la première fois publiquement, que les Iraniens ne négocieraient pas sérieusement sur leurs activités d'enrichissement d'uranium tant qu'il n'y aurait pas de dialogue direct entre les deux pays.
Téhéran, inquiète de possibles frappes américaines sur son territoire en cas d'impasse diplomatique durable, veut obtenir des garanties de sécurité que seuls les Etats-Unis sont en mesure de lui donner, selon Annan.
Washington campe, cependant, sur ses positions arguant le fait que les autorités iraniennes étaient seulement intéressées par un retardement de la résolution du conflit. Les Iraniens «sont engagés dans un processus de négociation qui, selon les apparences, a plus à voir avec un exercice de retardement et d'étouffement, alors qu'ils continuent dans le même temps à essayer d'acquérir l'arme nucléaire», a déclaré le porte-parole du Département d'Etat. Certains responsables européens, notamment les ministres des Affaires étrangères, ont aussi appelé les Américains à s'asseoir à la table des négociations, ainsi que plusieurs personnalités politiques américaines des deux grands partis. Ces derniers ont, d'ailleurs, salué le geste du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, qui a envoyé une lettre au président américain, rompant ainsi 26 ans d'absence de relation officielle entre les deux pays.
A cet égard, le porte-parole du département d'Etat américain a déclaré : «Les problèmes que l'Iran a maintenant sont avec le reste du monde, pas seulement entre les Etats-Unis et l'Iran.» Il a souligné qu'il existait des moyens de discuter si l'Iran le souhaitait vraiment. Les Etats-Unis sont représentés à Téhéran par l'ambassade de Suisse, les Iraniens à Washington par l'ambassade du Pakistan, et ils disposent d'une mission de l'ONU à New York. Alors que la volonté de Washington d'imposer des sanctions si Téhéran ne met pas un terme à ses activités d'enrichissement se heurte à l'opposition de la Russie et de la Chine qui siègent au Conseil de sécurité de l'ONU, l'UE-3 est en train de préparer une nouvelle offre à Téhéran. Le chef de la diplomatie iranienne estime, à ce propos, que toute proposition présentée par les Européens à l'Iran doit impérativement reconnaître le droit de ce pays à l'enrichissement nucléaire.
l Les informations sur la découverte de traces d'uranium hautement enrichi sur un site nucléaire iranien sont «sans fondement», a déclaré, hier, vendredi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. «Ces déclarations ne se basent pas sur la vérité et ressemblent à des affirmations antérieures, qui avaient été ensuite démenties par l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea)», a-t-il ajouté. Des diplomates occidentaux ont, néanmoins, affirmé que des particules d'uranium hautement enrichi avaient été trouvées dans des prélèvements effectués par les inspecteurs de l'Aiea au centre de recherches de Lavizan, près de Téhéran. Ce centre avait été rasé en 2004 par les autorités iraniennes. «Les inspecteurs ont trouvé des particules d'Uranium hautement enrichi (UHE) mais il n'est pas clair si elles proviennent de centrifugeuses ayant été contaminées ou de quelque chose de nouveau», a indiqué un diplomate proche de l'Agence de sûreté nucléaire de l'ONU. Dans le passé, les inspecteurs de l'Aiea ont découvert des particules d'UHE ainsi que des traces d'Uranium faiblement enrichi (UFE) sur différents sites nucléaires iraniens. Mais l'Iran a toujours affirmé que ces traces provenaient de matériels d'occasion achetés à un réseau de trafiquants pakistanais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.