Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien / Selma Hellal
«L'édition est à ses balbutiements en Algérie»
Publié dans Info Soir le 16 - 03 - 2009

Opinion n Selma Hellal des éditions Barzakh estime que le champ éditorial algérien n'est pas encore mûr pour s'inscrire dans une spécialisation ou s'enrichir de collections.
InfoSoir : Il n'y a pas en Algérie de maisons d'édition spécialisées comme en Europe...
Selma Hellal : Je pense que c'est une question de temps. L'édition en Occident a une histoire, en Algérie elle en est à ses balbutiements. Il faut des années et des années pour que le champ éditorial se structure, que les éditeurs se «distribuent» les spécialités et les tâches, qu'il n'y ait plus d'éditeurs avec une expérience accumulée. Les mots-clés, me semble-t-il, sont : la sédimentation, l'accumulation. Nous n'en sommes cependant pas encore là. Mais tout de même, on peut dire que ce mouvement de spécialisation s'amorce : il y a des éditeurs qui font plutôt des livres consacrés à l'histoire, aux essais ; certains au livre scolaire, d'autres au livre religieux, quelques-uns au livre pour enfant, d'autres à la littérature, et n'oublions pas l'OPU, spécialisé dans les publications universitaires.
Toutes les maisons d'édition peuvent-elles s'en tenir à un champ éditorial ?
Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que rares sont les maisons d'édition qui peuvent se «payer le luxe» d'une spécialité : être généraliste permet un équilibre des comptes. Si nous arrivons à publier, pour notre part, Ali Malek, Malek Alloula, Habib Ayyoub, et d'autres (des romans qui n'ont pas un large public, mais dont nous sommes convaincus qu'ils font la littérature algérienne contemporaine), c'est parce que, par ailleurs, nous publions des essais, des beaux livres, qui eux, ont une «rentabilité» plus évidente et immédiate. C'est un système de «vases communicants» vieux comme le monde.
Rares sont les maisons d'édition qui créent des collections. A quoi cela est-il dû ?
Encore une fois, c'est lié, je crois, à l'histoire, à la maturité du champ éditorial algérien. Toutes les maisons d'édition algériennes sont encore relativement jeunes, au regard de l'histoire de celles d'Europe par exemple. En outre, pour créer une collection, sans doute faut-il une certaine puissance, une assise financière, mais aussi l'élaboration d'une stratégie à moyen et long termes, basée sur des projections, une continuité, une cohérence. Cela demande une certaine aisance et un certain confort. Une forme de tranquillité que n'ont pas encore toujours les éditeurs, qui se sentent, la plupart du temps, dans une incontestable précarité. L'Enag avait eu une excellente initiative quand elle a créé la collection El-Aniss, reprenant de grands classiques littéraires, en français comme en arabe.
En tant que maison d'édition, vous avez tenté une collection «El âgrab». Elle n'existe plus. Quelles en sont les raisons ?
Nous sommes allés peut-être trop vite… L'idée était de créer une collection de polars, sur le modèle de la collection du Poulpe en France : une série qui met en scène le même détective que se «passent», de livre en livre, si je puis dire, différents écrivains, chacun rédigeant un épisode de cette collection. Nous, nous avions créé ce personnage, «El âgrab». Il y a deux textes, un de Adlène Meddi, l'autre de Nabil Benali.
Vous vous êtes alors surestimé ?
Peut-être était-ce mettre «la charrue avant les bœufs» comme on dit ; peut-être était-ce un parti pris trop contraignant — obliger les auteurs à manipuler un seul et identique héros, créer une chaîne de polars —, quand ce genre littéraire était si peu ancré encore dans notre société.
Nous avons bel et bien surestimé l'intérêt que le public témoignerait à ce genre littéraire quasi inexistant ici. En fait, c'était trop tôt. Aujourd'hui, plus modestement, nous proposons des textes comme La prière du maure (A.Meddi) et La mort de l'entomologiste (Mohamed Balhi), des romans policiers ou romans noirs disons, où l'auteur est libre de mettre en scène les personnages qu'il veut, qu'il sent, en se nourrissant des codes élémentaires du genre. Nous avions brûlé les étapes. Mais c'est une idée à laquelle nous n'avons pas renoncé…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.