Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où en est la spécialisation ?
Publié dans Info Soir le 18 - 03 - 2010

Faille n L'autre problématique de l'édition algérienne est la spécialisation, c'est-à-dire que les maisons d'édition existantes ont une ligne éditoriale généraliste.
Cela revient à dire qu'elles misent sur la variété des titres et des genres, allant de la littérature aux beaux livres, en passant par le livre d'histoire, les Mémoires ou encore les essais – là aussi elles travaillent dans la diversité et dans le général.
L'on assiste toutefois à une tentative de spécialisation de la part de certaines maisons d'édition, à l'instar des éditions Apic, qui œuvrent avec rigueur et un esprit professionnel.
«Nous sommes une maison d'édition spécialisée, d'autres le sont aussi», dira Karim Chikh des éditions Apic, et d'expliquer : «mais il est vrai aussi que tout le monde tente de faire tout et rien en même temps. Et cela ne peut durer dans le temps. Les plus sincères, eux, restent, quelle que soit la situation car la passion est plus forte.»
Selma Hellal, des éditions Barzakh, souligne, pour sa part, qu'«il est encore trop tôt» pour parler de spécialisation.
«Il est encore trop tôt», dit-elle, et d'ajouter : «la spécialisation des maisons d'édition est le fruit d'une sédimentation, d'un processus très lent. Lequel est, de surcroît, en miroir avec la structuration de la société.»
Et Selma Hellal de poursuivre : «il n'y a pas encore eu de ‘'différenciation'', nous avons encore beaucoup d'auteurs qui se sentent investis d'une mission, celle de prendre ‘'tout'' en charge dans leur littérature. Ils veulent ‘'expliquer'' ce qui s'est passé pendant les années de violence, raconter de manière exhaustive les maux de notre société. Nous avons besoin de temps pour que le processus de différenciation aboutisse. Ainsi, il me semble que ce raisonnement vaut également pour les maisons d'édition.»
Ainsi, le travail de la spécialisation et donc de la différenciation reste à faire – ou bien il est en train de se faire, mais d'une manière progressive.
«On peut néanmoins répertorier, d'ores et déjà, les maisons d'édition ayant ce qu'on peut appeler des domaines de prédilection», souligne-t-elle, et d'affirmer : «certaines se sont ‘'spécialisées'' dans le livre historique (témoignage, essais) et le livre scolaire. D'autres dans la littérature. D'autres encore dans le beau et la BD. Il y en a qui ont tenté le livre de jeunesse. Disons que chaque maison d'édition, avec le temps, est en train de délimiter de plus en plus nettement son champ d'intervention.»
Et de conclure : «encore une fois, cependant, il est trop tôt. En outre, je le répète, il ne peut s'agir d'un processus isolé : spécialisation rime avec professionnalisation. C'est tout le champ éditorial qui doit se professionnaliser : la presse, les prix, les salons du livre, les critiques littéraires, la radio, etc. autant d'acteurs et de rituels qui contribuent à cette dynamique de spécialisation.»
Aujourd'hui, les maisons d'édition, et ce, contrairement à ce qu'elles étaient il y a une décennie ou vingt-ans déjà, se cherchent et, dans cette quête éditoriale, il y a le souci de structurer la profession et de l'inscrire dans un professionnalisme certain et rentable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.