Marche des travailleurs de l'enseignement professionnel à Tizi Ouzou.. Forte mobilisation    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où en est la spécialisation ?
Publié dans Info Soir le 18 - 03 - 2010

Faille n L'autre problématique de l'édition algérienne est la spécialisation, c'est-à-dire que les maisons d'édition existantes ont une ligne éditoriale généraliste.
Cela revient à dire qu'elles misent sur la variété des titres et des genres, allant de la littérature aux beaux livres, en passant par le livre d'histoire, les Mémoires ou encore les essais – là aussi elles travaillent dans la diversité et dans le général.
L'on assiste toutefois à une tentative de spécialisation de la part de certaines maisons d'édition, à l'instar des éditions Apic, qui œuvrent avec rigueur et un esprit professionnel.
«Nous sommes une maison d'édition spécialisée, d'autres le sont aussi», dira Karim Chikh des éditions Apic, et d'expliquer : «mais il est vrai aussi que tout le monde tente de faire tout et rien en même temps. Et cela ne peut durer dans le temps. Les plus sincères, eux, restent, quelle que soit la situation car la passion est plus forte.»
Selma Hellal, des éditions Barzakh, souligne, pour sa part, qu'«il est encore trop tôt» pour parler de spécialisation.
«Il est encore trop tôt», dit-elle, et d'ajouter : «la spécialisation des maisons d'édition est le fruit d'une sédimentation, d'un processus très lent. Lequel est, de surcroît, en miroir avec la structuration de la société.»
Et Selma Hellal de poursuivre : «il n'y a pas encore eu de ‘'différenciation'', nous avons encore beaucoup d'auteurs qui se sentent investis d'une mission, celle de prendre ‘'tout'' en charge dans leur littérature. Ils veulent ‘'expliquer'' ce qui s'est passé pendant les années de violence, raconter de manière exhaustive les maux de notre société. Nous avons besoin de temps pour que le processus de différenciation aboutisse. Ainsi, il me semble que ce raisonnement vaut également pour les maisons d'édition.»
Ainsi, le travail de la spécialisation et donc de la différenciation reste à faire – ou bien il est en train de se faire, mais d'une manière progressive.
«On peut néanmoins répertorier, d'ores et déjà, les maisons d'édition ayant ce qu'on peut appeler des domaines de prédilection», souligne-t-elle, et d'affirmer : «certaines se sont ‘'spécialisées'' dans le livre historique (témoignage, essais) et le livre scolaire. D'autres dans la littérature. D'autres encore dans le beau et la BD. Il y en a qui ont tenté le livre de jeunesse. Disons que chaque maison d'édition, avec le temps, est en train de délimiter de plus en plus nettement son champ d'intervention.»
Et de conclure : «encore une fois, cependant, il est trop tôt. En outre, je le répète, il ne peut s'agir d'un processus isolé : spécialisation rime avec professionnalisation. C'est tout le champ éditorial qui doit se professionnaliser : la presse, les prix, les salons du livre, les critiques littéraires, la radio, etc. autant d'acteurs et de rituels qui contribuent à cette dynamique de spécialisation.»
Aujourd'hui, les maisons d'édition, et ce, contrairement à ce qu'elles étaient il y a une décennie ou vingt-ans déjà, se cherchent et, dans cette quête éditoriale, il y a le souci de structurer la profession et de l'inscrire dans un professionnalisme certain et rentable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.