Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le manque de liquidités et le tempérament méditerranéen
éditorial
Publié dans La Tribune le 06 - 10 - 2013

Après les assurances données quelques jours avant le Ramadhan par le premier responsable d'Algérie Poste sur le même sujet, voilà que les citoyens sont rassurés quant à la disponibilité de liquidités les jours précédant la fête de l'Aïd. Nous sommes vraisemblablement confrontés à un problème aussi grave que le manque d'argent dans les agences de la Poste. Ce qui devrait être une règle est devenu, avec la persistance de cet obstacle au fil des ans, une exception. Ne pas trouver de liquidités hors des occasions qui nécessitent de grosses dépenses est finalement une chose normale. D'où cette propension à garantir que tout sera facilité à l'approche du Ramadhan et des fêtes de l'Aïd et que les billets seront disponibles, comme si ce n'était pas un dû que d'entrer en possession de son argent au moment voulu. Le nombre d'usagers doit pourtant être bien en deçà de celui des clients des différentes banques «dépositaires» de leur salaire. Celles-ci (les banques) ne sont pas pour autant confrontées à ce type de disette qui s'est emparé des agences postales depuis maintenant plusieurs années. Les quelques habitués, dont les retraités, continuent à faire les frais d'une telle défaillance qu'on n'hésite pas à mettre sur le dos des usagers qui exagèreraient en effectuant des retraits auprès des guichets au lieu d'utiliser leurs cartes ainsi que les distributeurs automatiques de billets. Un argument qui ne tient pas la route bien évidemment si ces appareils sont alimentés par la Poste. A moins que l'on demande aux usagers de se rabattre systématiquement sur les distributeurs, sachant que tous les détendeurs de carte, qu'ils soient clients d'une banque ou de la Poste, peuvent user d'un même distributeur, qu'il soit alimenté par l'une ou par l'autre. Sans compter que ces automates connaissent des pannes récurrentes et une déficience en termes d'alimentation en billets de banque au grand dam de leurs utilisateurs qui, fuyant les longues chaînes et les longues attentes, se retrouvent face à des distributeurs avares. Les citoyens «abonnés» de ces agences ne sont pas au bout de leur peine une fois face aux guichets, puisqu'en plus de devoir repartir bredouilles, ils doivent subir la mauvaise humeur, voire les foudres de préposés dont ce n'est pas une des missions de bien accueillir le public et s'imaginant détenir entre leurs mains le sort de ces citoyens dont le tort est de justifier justement la présence de ces employés. On ne pouvait penser à cette explication donnée par le directeur général d'Algérie Poste (il était hier l'invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio nationale) selon laquelle la grogne est un caractère méditerranéen, propre aux guichetiers comme aux clients et que les uns et les autres arrivent tout de même à s'entendre. Finalement, l'amélioration de la qualité des prestations de service n'est pas pour demain. D'autant plus que ce même tempérament est affiché au sein d'autres infrastructures, notamment hôtelières. Et là, on ne peut pas dire que les quelques étrangers qui s'y présentent sont en mesure de comprendre.
R. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.