Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel pour promouvoir la culture de la tolérance et lutter contre les
5e séminaire national sur la pensée soufie à Aïn Témouchent
Publié dans La Tribune le 19 - 05 - 2014

Organisé dans le cadre de la commémoration du mois du patrimoine par la direction de la culture en collaboration avec la direction des Affaires religieuses et wakfs de la wilaya d'Aïn Témouchent, le 5e séminaire national sur la pensée soufie a débuté samedi passé avec la participation de chouyoukh de zaouïas du pays et de plusieurs universitaires de Tamanrasset, Tlemcen, Sidi Bel Abbès, Oran et Aïn Témouchent.
Au programme de cette rencontre de deux jours, plusieurs communications abordant trois axes centraux : «La réalité de la pensée soufie en Algérie à l'ère de la numérisation», «La pensée soufie face à la culture méthodologique» et «Le rôle de la pensée soufie dans la préservation de l'identité nationale».
L'adaptation de la pensée soufie à la mondialisation et sa prémunition contre toute déviation a été recommandée, samedi à Aïn Témouchent, par les participants au 5e séminaire national sur la pensée soufie, qui ont insisté sur l'importance de la culture de la tolérance prônée par cette doctrine.
Abordant le thème «Soufisme et modernité», l'universitaire de Sidi Bel Abbès, Mounsi Habib, a insisté sur la nécessité, pour l'université, d'élaborer des recherches académiques et d'organiser des tables rondes, rencontres et journées d'études, entre autres, afin de contrecarrer les visées occidentales visant à «éradiquer le volet spirituel du soufisme».
Les organisateurs de ce séminaire, consacré au thème «Le défi de la pensée soufie face à la mondialisation», ont souligner que cette rencontre est l'occasion pour lancer une contre-offensive et démentir les propos de penseurs et philosophes occidentaux qui «à dessein, ont fait sortir de leurs contextes les écrits de grands penseurs soufis, à l'instar d'Ibn Arabi, afin de confiner le côté religieux de l'islam dans son volet purement historique», a relevé Mounsi, estimant que ces derniers «glorifient l'homme en tant que corps en occultant l'aspect spirituel du soufisme». Pour sa part, Mekahli Mohamed, de la même université, a abordé le thème «Les lettres soufies et la mondialisation», insistant sur la nécessité «d'adapter la pensée soufie à la mondialisation afin de la préserver dans son intégralité et la prémunir contre toute velléité de déviation». Il estime qu'il faut développer cette voie et ne pas se contenter des anciens écrits soufis. L'universitaire de Tlemcen, Saidi Mohamed, a abordé, quant à lui, le volet de la culture de la tolérance dans la pensée soufie, mettant l'accent sur les valeurs liées à l'altruisme et le respect d'autrui, notamment, prônées par le soufisme. Saidi Mohamed à déclarer à ce sujet : «Nous devons revenir à ces valeurs pour prémunir les sociétés musulmanes contre toutes actions déviatrices visant leurs fondements».
R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.