Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tayeb Belaïz déplore l'absence d'études pour cerner le phénomène des «harraga»
En faisant état de la non-implication de la société civile
Publié dans La Tribune le 27 - 01 - 2009


Photo : S. Zoheir
Par Amar Rafa
«A ce jour, on ne connaît pas les véritables causes qui sont derrière le phénomène des harraga.» C'est l'aveu de Tayeb Belaïz, ministre de la Justice et garde des Sceaux, hier au Conseil de la nation, lors des débats faisant suite à l'examen du projet de loi modifiant et complétant l'ordonnance 57-71 du 05 août 1971 relative à l'assistance judicaire, et celui modifiant et complétant l'ordonnance 156-66 relatif au code pénal.
M. Belaïz, qui a fait état de l'absence d'études détaillées pouvant aider à cerner les raisons et à endiguer le mal, a déploré la non-implication des partis et de la société civile, des associations, dans la mise en œuvre d'études et d'ateliers comme cela été le cas lors la conférence nationale de la jeunesse. Selon lui, le chômage n'explique pas à lui seul ce phénomène, arguant que l'on compte même des universitaires parmi les candidats à l'émigration clandestine. En réponse aux préoccupations exprimées par les parlementaires, le ministre a indiqué que le projet de loi susmentionné considère la jeunesse comme une victime et vise à réprimer les réseaux criminels de contrebande, dont les membres sont passibles d'une peine de 20 ans de réclusion. Aussi, ce projet de loi devant combler un vide juridique, puisque l'ancien texte pénalise seulement l'entrée et le séjour illégal de personnes, est une base juridique qui concerne toutes les franges de la société, soit toute personne qui ne quitterait pas le territoire national par les centres et postes de frontières légaux, a-t-il précisé. Aussi, au lieu de la répression, ces candidats sont à même de bénéficier des dispositions portant substitution des peines par le travail d'intérêt général, de même qu'ils entrent dans la catégorie des personnes ouvrant droit à l'assistance judicaire, car, ils, en majorité, issus des classes défavorisées. Le ministre de la Justice, après avoir expliqué les motifs ayant prédestiné à l'amendement de cette loi qui date de 1971, a indiqué que le projet de texte y afférent prévoit de relever les honoraires des avocats qui acceptent l'assistance judicaire au même taux que celui pratiqué par les autres, afin de lui redonner son efficacité, contrairement au passé. Il a expliqué le choix de faire représenter l'APC au lieu de la l'APW a la commission d'études des demandes par la proximité de la commune du citoyen. Les tribunaux militaires ne sont pas concernés par cette mesure, a-t-il ajouté.
Abordant les dispositions portant sur le travail d'intérêt général, M. Belaïz a affirmé que la loi le stipulant devait être présentée en 2004, mais elle ne l'a pas été parce que l'environnement ne s'y prêtait pas. Il fallait préparer les mentalités et l'administration, a-t-il indiqué, avant d'ajouter que les 105 articles du code pénal et les 41 des lois spéciales, qui en font état, font bénéficier de nombreuses franges de la société, parmi les personnes condamnées définitivement. Tayeb Belaïz a expliqué que le travail d'intérêt général au profit de l'Etat est une peine de substitution à l'emprisonnement et sera applicable pour les personnes remplissant les conditions définies par cette loi (pas d'antécédents judiciaires…), selon un planning établi en commun accord entre la personne et le juge. Est-ce que les mécanismes d'application existent en 2009 ? Telle est la question formulée par le ministre de la Justice. Pour rappel, les interventions des sénateurs ont porté essentiellement sur l'assistance judicaire, en relevant la faiblesse des honoraires des avocats en charge de ces affaires, la non-prise en charge des conseils juridiques qui doivent précéder l'engagement dans une affaire en justice. Le douloureux sujet des harraga, quant à lui, a été abordé par presque tous les intervenants, quelques-uns ayant demandé de les faire bénéficier des dispositions du travail d'intérêt général. Considérant que les crimes passibles d'une peine de courte durée représentent 65% du total des crimes dans le monde, un intervenant du tiers présidentiel a recommandé de faire subir aux personnes concernées le contrôle judiciaire, une rééducation graduelle, qui intervient juste après le crime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.