Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pression... sur une autorité souveraine
Editorial
Publié dans La Tribune le 09 - 02 - 2015

Le statut particulier des enseignants a été fait «dans la précipitation», en seulement 2 mois. Cet aveu, s'il peut avoir –même en partie– l'avantage de dénouer la crise qui aboutit régulièrement à des grèves et à un bras de fer entre les pédagogues et la tutelle, à travers la décision du ministère de l'Education nationale d'y remédier, est toutefois ahurissant quant à l'absurdité de la situation. Peut-on qualifier autrement le fait d'avoir élaboré de manière expéditive un texte engageant l'avenir professionnel d'une corporation dont dépend celui (l'avenir) de générations ? Pendant deux ans, les ministres qui se sont succédé n'ont pas hésité à s'en laver les mains en renvoyant systématiquement les concernés à la Fonction publique, à chacune de leurs manifestations de protestation. Pour l'opinion publique, le ministère a pratiquement rempli toutes ses obligations, y compris l'élaboration et la promulgation du statut particulier des enseignants. Déclarer aujourd'hui que la confection de ce statut a été faite sous la pression des syndicats de l'éducation suscite des questions, dont la plus importante est celle-ci : quel est le rôle de l'Etat ? Comment une autorité souveraine (le ministère) a-t-elle pu céder à la pression dans l'accomplissement de son travail ? «Le statut a été fait dans la précipitation, sous la pression des syndicats», a déclaré le directeur de la gestion des ressources humaines au ministère de l'Education nationale, qui a déploré la surenchère des syndicats et leur égoïsme, «chacun des syndicats voulant un statut à sa mesure». Ce n'est pas normal qu'un représentant de l'Etat vienne aujourd'hui déclarer qu'on a travaillé sous la pression, c'est indécent du fait d'avoir créé –par le biais d'un travail bâclé et contenant des aberrations– toutes les conditions pour qu'il y ait un clash permanent entre les deux parties. C'est tout simplement, pour reprendre un confrère, scier la branche sur laquelle on est assis ! Que la tutelle ose par la suite s'étonner qu'il y ait des débrayages constitue une autre aberration, alors que le feu est dans la demeure et les braises attisées. Il est de ces réalités qui nous sautent aux yeux et qui sont entretenues en permanence par des esprits très éclairés, comme cette propension à utiliser les compétences que possède le pays à notre détriment, quand ces mêmes compétences peuvent accomplir convenablement la mission qui leur incombe, en excellant dans le cas qui nous intéresse ici dans la confection d'un statut équitable. La tutelle reconnaît aujourd'hui que celui-ci a favorisé les enseignants du secondaire et qu'il a lésé ceux des deux autres paliers, tout comme il a lésé les intendants et les chefs d'établissement. Evidemment, tout est à refaire, d'où la sortie du responsable qui dit qu'un nouveau statut exige 5 ans au minimum, alors que pour les syndicats, cela ne saurait excéder 3 années. Une autre pierre d'achoppement ?
R. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.