Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les maladies du cuir chevelu entre crâne dégarni et alopécie définitiv
Stress et agressions extérieures à l'origine de ces affections
Publié dans La Tribune le 22 - 02 - 2015

Les dermatologues ne chôment pas, entre soigner les maladies et les irritations du cuir chevelu et donner l'espoir de «faire repousser les cheveux». Si on tergiverse lorsqu'il s'agit de pathologies moins voyantes en évitant autant que l'on peut le recours à la médecine conventionnelle, il n'en est pas de même lorsqu'il s'agit de cette partie recouvrant le crâne, avec laquelle on ne badine pas. Il n'est pas plaisant pour quiconque d'arborer une tête «souffreteuse» ou un crâne dégarni, chaque individu tenant à l'image qu'il donne de lui-même aux autres, dans les yeux desquels il se voit. Folliculite, psoriasis, teigne et autres mycoses constituent les maladies les plus courantes du cuir chevelu. Si les causes sont multiples et différentes d'une affection à une autre, le stress demeure l'une des causes communes et qui rend la prise en charge difficile, dans la mesure où il est pratiquement impossible de se départir de ce mal induit par la vie moderne. Comme quoi, celle-ci n'a pas que du bon, cela confirme une fois de plus que de nombreuses maladies ont pour origine cette formidable pression exercée par les nombreuses tâches quotidiennes à faire quasiment en même temps ! Ce qui nous amène à dire qu'agir en amont par la prévention, en évitant d'exposer le cuir chevelu aux agressions extérieures, n'est pas suffisant si notre quotidien y est lui-même exposé. Ce qui n'est pas pour faciliter la prise en charge, rendant le traitement extrêmement long et ardu du fait de la persistance d'un des facteurs déclenchant l'affection, sinon le plus néfaste. En plus des souffrances qui
peuvent épouser la durée de la pathologie et empoisonner la vie des patients atteints, les différentes maladies du cuir chevelu peuvent conduire à une alopécie. Celle-ci peut être temporaire ou définitive, selon le type d'affection. Les plus chanceux voient leurs cheveux repousser une fois la peau du crâne guérie -en cas d'absence de récidive- tandis que pour d'autres,
celui-ci (le crâne) reste dégarni. Surtout en cas de destruction du follicule pileux, lorsqu'il y a eu une sclérodermie, un lupus érythémateux, une folliculite ou un traumatisme. Le préjudice est dans ce cas définitif et on ne peut pas encore dire que l'espoir est permis, la science n'ayant pas, à ce jour, abouti à la régénération du follicule pileux endommagé.
R. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.