Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Comité interprofessionnel du lait opérationnel
La structure est un trait d'union entre l'ONIL et les producteurs
Publié dans La Tribune le 03 - 02 - 2009

Un nouvel instrument intervient depuis le 1er février dernier dans le circuit de la production et la commercialisation du lait cru et en poudre. Il s'agit du Comité interprofessionnel du lait (CIL) qui aura la lourde mission de servir de trait d'union entre le secteur public, représenté par l'Office national interprofessionnel du lait (ONIL) et les opérateurs privés activant dans la filière, ce qui veut dire en clair les éleveurs, les producteurs, les collecteurs, les transformateurs et, enfin, les livreurs de lait pasteurisé en sachet (LPS).
Une initiative qui, d'ailleurs, ne peut être que bien accueillie, notamment du côté des transformateurs de poudre de lait, car cet instrument pourra leur servir d'écho à leurs doléances.
Pour rappel, la filière lait n'a eu de cesse, ces derniers mois, de faire connaître son mécontentement et son désarroi, nés, selon elle, de la politique des quotas, non respectée par l'ONIL, «oubliant ainsi sa mission de régulateur du marché national de la poudre de lait» selon le président de la Fédération algérienne des producteurs de lait, Abdelwahab Ziani, qui s'exprimait sur la question lors de sa dernière sortie médiatique. On peut croire aussi qu'à travers l'installation d'un Comité interprofessionnel du lait, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural cherche à booster la production de lait cru, toujours en deçà des objectifs assignés, après la mise en place de tout un arsenal d'encouragement à la production et à la collecte.
Ce qui ne s'est pas réellement traduit sur le terrain. Pour preuve, l'Algérie continue toujours d'importer des quantités considérables de poudre de lait. Ce dont atteste, d'ailleurs, le dernier rapport du CNIS, qui précise que la facture 2008 a atteint les 800 millions de
dollars. Dès lors, on peut se demander si le CIL va impulser une dynamique nouvelle à la filière lait. Selon le chargé de la communication du MADR, «le comité créé peut être qualifié d'instrument d'une importance capitale car il est chargé de formuler des avis et des recommandations pour sortir le pays de cette trop grande dépendance en poudre de lait». Et d'expliquer : «Notamment en ce qui concerne la politique générale de la filière lait, l'organisation du marché et du prix et la mise en place de moyens de renforcement de l'ONIL». Toujours selon la même source «l'objectif visé par le MADR à travers cette initiative est de mettre en synergie l'ensemble des acteurs intervenant dans la filière lait : éleveurs, collecteurs, producteurs et transformateurs. Il s'agit, en somme, d'un autre pas qui s'inscrit dans le cadre de la professionnalisation de la filière lait». Autre but, «la sécurisation du marché national du lait dans, notamment, les domaines d'approvisionnement et de distribution». Aussi, pour ce responsable, «le nouvel organisme intervient pour réorganiser la filière lait et faire en sorte à ce que l'ensemble du territoire national soit concerné» .
On apprendra de notre interlocuteur que l'ONIL a procédé à la signature d'une convention spécifique avec les différentes laiteries du pays. «Ladite convention a pour objet de définir les conditions et modalités pratiques d'exécution du dispositif d'accompagnement à l'intensification et au développement de la production laitière nationale, à la collecte de lait, à son intégration dans l'industrie de transformation laitière», a indiqué ce responsable.
Et de signaler que les deux parties déploieront tous les moyens afin «d'apporter toute l'assistance technique aux éleveurs dans le cadre des opérations d'investissement, de mettre en place, dans les meilleurs délais, un dispositif de contrôle portant sur la qualité du lait ainsi que sur les opérations de subventions accordées par l'Etat, et enfin, d'associer tous les acteurs de la filière lait, notamment l'administration locale, la chambre de l'agriculture, le comité interprofessionnel du lait, les directions de la concurrence et des prix (DCP), les directions des services agricoles (DSA), et l'inspection vétérinaire».
Z. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.