Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Un coup de piston et...    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    La bombe Benkirane    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La leçon burkinabé
Publié dans La Tribune le 11 - 04 - 2016


«Je peux vous dire que depuis que nous avons commencé à travailler, le 12 janvier, les ministres sont là, je peux vous dire que personne n'a touché un franc de salaire jusqu'au moment où je vous parle», a déclaré récemment le président burkinabé, Roch Marc Christian. M. Kaboré, qui vient d'être élu, dès le premier tour de la présidentielle du 29 novembre 2015, avec 53,63% des suffrages, et son Premier ministre ont par ailleurs décidé de plafonner leurs crédits de communication à 400 000 F CFA (près de 610 euros) par mois. Cette mesure, une première au Burkina Faso, concerne également certains ministres, notamment ceux chargés de la Défense, de la Sécurité et des Affaires étrangères. Les présidents d'institution et d'autres personnalités ayant rang de ministre verront aussi leurs crédits de communication limités à 200 000 F CFA (près de 300 euros). Le gouvernement a, en outre, annoncé des mesures d'économie des dépenses de consommation d'eau, d'électricité et de téléphone des administrations publiques. Pour réduire le train de vie de l'Etat, engagement qu'il avait pris dès son arrivée à la tête du pays, le président du Burkina Faso a commencé par lui-même et ses ministres, donnant ainsi l'exemple à ses concitoyens et une leçon à ses pairs. Un petit pays de ce grand continent dont le nom est souvent accolé à différents fléaux sociaux (maladies, malnutrition…) et économiques (corruptions, détournements…) vient de montrer la voie au reste du monde. L'annonce de M. Kaboré a d'autant plus valeur d'enseignement qu'elle a été faite à la vieille du scandale qui a révélé un système mondial de fraude fiscale, le Panama papers, où trompent des chefs d'Etat, des ministres et des personnalités censées donner l'exemple, ce n'est au monde, du moins à leurs peuples. Pis, ces transferts amoraux de capitaux ont été facilités par l'inaction des Etats (UE, G8, G20…) qui se sont contentés de déclarer la guerre aux paradis fiscaux, sans la mener réellement. Corruptions, collusions, lobbyings en faveur de géants de l'industrie, groupes de pression et fraudes sont devenus les caractéristiques de ces économies qui peinent à renouer avec la croissance. Elles devraient s'inspirer de la leçon burkinabé. Il en est de même pour l'Algérie qui veut diminuer ses dépenses. Une réduction des salaires des hauts fonctionnaires, parlementaires et autres dépenses de l'Etat permettrait, si ce n'est compenser le manque à gagner induit par la chute des prix du pétrole, faire au moins passer la pilule de la restriction et rationalisation que le citoyen supporte.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.