Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Révolution de palais à Riyad
Le Roi Salman désigne son fils comme prince héritier
Publié dans La Tribune le 22 - 06 - 2017

Mohammed Ben Nayef faisait figure de successeur naturel du roi Salman. Il avait, comme son père Nayef, servi pendant 42 ans comme ministre du puissant département de l'Intérieur. Appartenant à la famille des Soudayri il avait tenu la maison des Saoud durant des périodes difficiles au Royaume. Mais depuis l'accession de Salman au pouvoir, les relations entre le fils du roi et le prince héritier s'étaient détériorées. Dès son arrivée aux affaires, le jeune Mohammed Bin Salman avait cherché à écarter son cousin, qui avait notamment critiqué l'intervention au Yémen
Coup de théâtre dans la maison des Saoud. Le Roi d'Arabie saoudite Salman a désigné son fils Mohammed comme prince héritier en remplacement de Mohammed Ben Nayef, considéré jusqu'ici comme le probable futur roi d'Arabie saoudite. Par 31 voix sur 34, le conseil de l'allégeance de la famille royale saoudienne a désigné Mohammed Ben Salman - dit MBS - prince héritier du royaume d'Arabie. Il remplace de fait son cousin germain le prince Mohammed Ben Nayef, ministre de l'Intérieur, l'homme de la lutte contre le terrorisme. Mohammed Ben Salman aura finalement réussi à écarter son rival de la course vers le pouvoir. Fort de l'appui de son père le Roi Salman MBS cumulait les fonctions de ministre de la Défense et de vice-prince héritier, il devenait l'homme le plus puissant du Royaume. Depuis deux ans, Mohammed Ben Salman n'a cessé d'élargir son pouvoir. Il est considéré comme l'artisan de la guerre au Yémen où l'Arabie saoudite conduit une coalition contre les houthistes. Une expédition militaire qui s'est avérée plus risquée que prévue. MBS est aussi le maître d'œuvre d'un programme baptisé «Arabie 2030», dont l'ambition est de sortir du tout pétrole et d'installer le pays dans un développement vertueux. Sa nomination au poste de prince héritier est une surprise considérée par certains observateurs comme une véritable révolution de palais. À 58 ans, Mohammed Ben Nayef - MBN - faisait figure de successeur naturel du roi Salman. MBN et son père Nayef avaient servi pendant 42 ans comme ministre du puissant département de l'Intérieur. Appartenant à la famille des Soudayri ils avaient tenu la maison des Saoud durant des périodes difficiles. Mais depuis l'accession de Salman au pouvoir, les relations entre MBS et le prince héritier s'étaient détériorées. Dès son arrivée aux affaires, le jeune MBS avait cherché à marginaliser son cousin, qui avait notamment critiqué l'aventure militaire de l'Arabie au Yémen. Compte tenu de l'âge du roi, 83 ans, et de sa santé déclinante, l'Arabie devrait à terme être dirigée par un très jeune roi. Un changement majeur dans ce pays où les monarques sont tous des sexagénaires depuis plus de trente ans et où la transmission du pouvoir se fait horizontalement. Dans son ambition vers le pouvoir, MBS semble avoir eu l'approbation des Américains. Au printemps dernier il était allé en visite aux Etats-Unis pendant plusieurs semaines rencontrant Donald Trump et certains centres de décision aux Etats-Unis.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.