Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une vraie révolution de palais
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 06 - 2017

C'est une vraie (mini) révolution de palais que celle qui a eu lieu hier mercredi en Arabie Saoudite, faussant du coup toutes les stratégies de défense et militaires, comme économiques dans la région. Par 31 voix sur 34, le conseil de l'allégeance de la famille royale saoudienne a désigné Mohammed Ben Salmane (33 ans, dit MBS) prince héritier du royaume d'Arabie Saoudite. «MBS» cumulait les fonctions de ministre de la Défense et de vice-prince héritier, est l'artisan de la guerre contre les Houtis, proches de l'Iran au Yémen, et du programme «Arabie 2030».
Cette décision inédite, historique, vaut surtout par le fait que c'est le roi Salmane Ben Abdelaziz Al-Saoud qui est à l'origine de ce «coup de sang» contre le système adelphique, qui a été jusque-là en vigueur pour la succession au trône dans ce pays dont les frontières actuelles ne datent que de 1932. La désignation de Mohammed Ben Salmane comme prince héritier éjecte du coup son neveu Nayef qui, à travers un décret royal, a tout perdu. La crise actuelle dans le Golfe a-t-elle précipité les choses, servant d'alibi pour justifier une mainmise des Ben Salmane sur le pouvoir en Arabie Saoudite ? Est-ce également l'autre effet du passage de Trump dans la région ?
Il n'empêche, la modification dans l'ordre de succession introduite par le décret royal de mercredi désignant «MBS» comme le prince héritier est en soi une révolution dans l'histoire et le système de succession de ce pays, et enterre (définitivement ?) le mode de succession adelphique en vigueur depuis plus d'un demi-siècle selon lequel le pouvoir dans ce pays se transmet entre frères avant le passage à la génération suivante. Last but not least, le choix de Mohammed Ben Salmane met un terme à l'épopée du clan des Soudeyris, du nom d'une des épouses du roi Abdelaziz, qui a longtemps désigné la lignée la plus puissante au sein de la famille royale saoudienne.
Cette lente ascension de la famille des Ben Salmane Ben Abdelaziz, on la retrouve également dans la désignation en avril dernier de son autre fils, Khaled Ben Salmane, pilote de chasse, comme ambassadeur du royaume à Washington et chargé du réchauffement des relations américano-saoudiennes. Pour les observateurs, c'est le clan Salmane Ben Abdelaziz qui a, actuellement, les clefs du pouvoir et les futures successions, avec dorénavant la perspective d'un «jeune monarque», MBS n'ayant que 31 ans. Ce n'est pas pour déplaire dans certaines capitales occidentales, même si cela froisse dans une région gouvernée par des octogénaires, le voisin qatari «honni» étant l'exception qui confirme la règle.
Les regards vont se tourner maintenant sur l'évolution de la situation dans le royaume, avec un prince héritier qui a déjà la haute main sur des secteurs stratégiques, et peut-être pour accélérer la succession, une «abdication» du père au profit du fils. MBS sera un appui privilégié de la politique militaire et énergétique US dans la région et un ennemi farouche de l'Iran et ses satellites. Sa désignation comme prince héritier n'est en définitive que l'un des aspects de la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient, avec une tendance de plus en plus forte vers l'isolement de l'Iran, et tous les pays satellites de la Russie dans la région ou ayant des velléités belliqueuses envers Israël. La lutte antiterroriste devenant dès lors accessoire devant cette nouvelle reconfiguration des forces dans une région du monde devenue une véritable poudrière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.