Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Américains menacent de nouveau Damas
Réactivant l'accusation-alibi du chimique
Publié dans La Tribune le 28 - 06 - 2017

Le prétexte de l'arme chimique est souvent réactivé par les Occidentaux afin de mettre de la pression contre le gouvernement syrien dont l'armée, aidée de ses alliés, commence à récupérer les territoires perdus au profit des groupes armés
Les Américains menacent de nouveau la Syrie en l'accusant de vouloir préparer une nouvelle attaque chimique. Les Etats-Unis se sont dits prêts à intervenir comme ils l'avaient fait après la première affaire controversée début avril, dans un contexte de tensions grandissantes. «Les Etats-Unis ont identifié de potentiels préparatifs d'une autre attaque chimique par le régime syrien d'Assad qui pourrait provoquer le massacre de civils, y compris des enfants innocents», a accusé la Maison-Blanche. Un discours agressif qui dénote de l'intention de Washington de faire monter la tension dans la région. Les Etats-Unis avaient tiré 59 missiles contre une base aérienne en Syrie, marquant la première intervention militaire de Washington contre la Syrie. «Toute nouvelle attaque lancée à l'encontre de la population syrienne sera attribuée à Assad, mais également à la Russie et à l'Iran qui l'ont aidé à tuer son propre peuple», a pour sa part prévenu Nikki Haley, l'ambassadrice américaine à l'ONU. L'attaque chimique présumée du 4 avril à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb avait fait 88 morts, dont 31 enfants. Une attaque présumée qui a suscité une grande controverse et utilisée comme arguments pour les nombreuses capitales occidentales pour mettre en cause Damas. Le gouvernement syrien a assuré pour sa part à plusieurs reprises avoir remis tous ses stocks d'armes chimiques, conformément à un accord mis au point sous les auspices de la Russie. Le prétexte de l'arme chimique est souvent réactivé par les Occidentaux afin de mettre de la pression contre le gouvernement syrien dont l'armée, aidée de ses alliés, commence à récupérer les territoires perdus au profit des groupes armés. Londres a réagi à l'avertissement américain se disant prêt à soutenir une intervention. Pour Moscou les accusations et menaces de Washington sont de la provocation. Pour Franz Klintsevich, de la commission de la Défense à la chambre haute du Parlement, «c'est clair. Une provocation cynique et sans précédent est en cours de préparation», a-t-il affirmé. Les Etats-Unis présents en Syrie de façon illégale du point de vue du droit prétextent le besoin de conseiller et armer les Forces démocratiques syriennes (FDS), un groupe kurde. Ces menaces dans un contexte de tension font planer le spectre d'une confrontation militaire. Les alliés de Damas ; la Russie et l'Iran sont prêts à faire face à toute agression visant la Syrie. Les Etats-Unis ont déjà abattu le 18 juin un avion syrien dans l'est de la Syrie, expliquant que l'appareil menaçait des FDS alliées de la coalition. Et à trois reprises au moins depuis le début mai dans la région d'Al-Tanaf, près de la frontière avec l'Irak et la Jordanie, les forces américaines ont bombardé l'armée syrienne. Autant de provocations avant la goute qui fera déborder le vase ?
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.