Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mossoul et les faux amis
Publié dans La Tribune le 11 - 07 - 2017

Attribuée sans certitude de paternité à la fois à Voltaire et à Antigonos II, roi de Macédoine trois siècles avant JC, même si la citation est apocryphe, elle vaut son pesant d'or quant à la morale dont elle est porteuse : «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis, quant à mes ennemis, je m'en charge.» Au doute des observateurs étrangers, surtout les déjà nostalgiques du «printemps arabe», s'est rapidement ajouté un ressaisissement des dirigeants irakiens qui se sont empressés de revenir à la prudence.
Ainsi, dimanche soir, le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, venu à Mossoul encourager les troupes qui ont chassé de la deuxième ville du pays le gros des terroristes de Daech qui l'occupaient depuis 2014, affichait un triomphe plutôt modeste. Tout en félicitant les soldats de l'armée irakienne pour la victoire, il a prévenu qu'il ne proclamerait officiellement la libération de Mossoul qu'avec la réduction des dernières poches de Daech.
C'est que, dans un passé récent, la réalité du terrain avait démenti pas mal d'annonces de victoire prématurées. Certes, cette fois c'est sérieux et il ne reste que le coup de grâce à donner aux «soldats du Califat» pour amoindrir considérablement le potentiel de nuisance de Daech.
C'est que l'armée irakienne n'a pas à faire à plus fort qu'elle, mais elle fait face à des terroristes déterminés qui, selon le général Sami al-Aridhi, un des commandants des forces d'élite du contre-terrorisme (CTS) «n'acceptent pas de se rendre et crient : «Nous ne nous rendrons pas, nous voulons mourir.» Cela, sans compter la portée symbolique de l'avantage décisif pris sur le théâtre des opérations par l'armée régulière.
C'est en effet sur Mossoul que le chef de l'organisation Etat islamique jeta son dévolu en juillet 2014 pour y proclamer l'instauration du Califat, faisant par la même occasion sa première et unique apparition publique.
Symbole, donc, des deux côtés. On comprend, par conséquent, pourquoi le régime de Bagdad, appuyé il est vrai par l'aviation de la coalition militaire menée par les Etats-Unis, a jeté une grande partie de ses forces dans la bataille -lancée il y a neuf mois- pour la reconquête de la localité stratégique, qui a l'avantage incommensurable d'abriter de grands champs pétroliers assurant à l'Irak la moitié de sa production et lui assurant la place de quatrième producteur mondial.
Daech ne s'est pas privé de piller cette richesse et d'accumuler d'abondantes liquidités financières pour payer ses recrues et se doter des matériels et équipements nécessaires.
Quoi qu'il en soit, et malgré les incertitudes qui persistent sur le sort de Raqqa, le bastion syrien de Daech, la défaite militaire des insurgés islamistes semble actée par le revers de Mossoul. A côté de cette «inconnue» du front syrien, il reste aussi à connaître la façon dont vont se redéployer dans la région, les centaines, voire les milliers de terroristes qui sont en train de fuir Mossoul et pour qui le débouché territorial syrien est naturellement le plus indiqué. Et là, il faut bien convenir que la confusion géopolitique née de la récente crise du Golfe qui a isolé le Qatar, désigné comme Etat soutenant et finançant le terrorisme islamiste, n'est pas faite pour arranger les choses.
Les Américains et les Turcs, roulant chacun pour leur propre intérêt, font tout pour empêcher une victoire de Bachar al-Assad dans la province de Raqqa et Deir Ezzour, au nord et frontalière de l'Irak. L'aviation de la coalition déployée sous la férule des Etats-Unis, ainsi que l'intervention sporadique des avions israéliens contre l'armée syrienne, brisent chaque fois l'avantage sur le terrain des troupes syriennes. Les faux amis y sont à l'œuvre et ils sont bien plus redoutables que les vrais ennemis clairement identifiés.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.