La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une vingtaine de projets conjointement identifiés par l'Algérie et l'UE
D'une valeur de plus de 200 millions d'euros
Publié dans La Tribune le 22 - 07 - 2017

«L'Union Européenne continuera à soutenir l'Algérie dans ses efforts pour diversifier son économie et améliorer son climat des affaires», a déclaré le Commissaire européen en charge de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, Johannes Hahn, jeudi dernier à Alger
«L'Union Européenne continuera à soutenir l'Algérie dans ses efforts pour diversifier son économie et améliorer son climat des affaires», a déclaré le Commissaire européen en charge de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, Johannes Hahn, jeudi dernier à Alger. Dans une conférence de presse animée à l'occasion de sa visite en Algérie du 19 au 21 juillet, M. Hahn a rappelé que les priorités du partenariat UE-Algérie, adoptées en mars dernier lors du Conseil d'Association, «ont mis l'accent sur les questions économiques». Il est ainsi temps, selon lui, «de traduire ces priorités en actions et en réformes concrètes». Et c'est dans cette perspective qu'une vingtaine de projets d'une valeur de plus de 200 millions d'euros ont été conjointement identifiés par l'Algérie et l'Union européenne (UE) pour soutenir la diversification de l'économie nationale, dont certains ont déjà été réalisés, a-t-il indiqué. Ces projets couvrent un large éventail de secteurs, allant de l'agro-industrie à la promotion des énergies renouvelables, en passant par la pèche et l'agriculture. L'UE, a ajouté M. Hahn, apporte également son soutien et son expertise aux petites et moyennes entreprises algériennes pour mieux se déployer, mais aussi pour les aider à exporter vers le marché européen et d'autres marchés. Sur ce point, le même responsable a fait savoir qu'il avait proposé aux responsables algériens qu'il a rencontrés lors de cette visite, de lancer «un dialogue économique de haut niveau» pour examiner ces questions et définir les moyens à même de faciliter les échanges et les exportations algériennes vers l'Europe, en aidant les PME-PMI à se conformer aux normes exigées. En outre, l'UE apportera son soutien à l'Algérie pour améliorer son climat des affaires et promouvoir les investissements étrangers, a-t-il poursuivi. Selon lui, il s'agit non seulement de diversifier l'économie nationale et d'exporter mais aussi de créer un environnement plus «attractif» pour les investisseurs. M. Hahn n'a pas manqué, à ce propos, de revenir sur la règle 51/49 imposée par le gouvernement aux investisseurs étrangers. Selon lui, cette règle est une disposition «protectionniste négative». De ce fait, l'Algérie, à ses yeux, devrait revoir cette mesure afin «d'attirer les investisseurs dans un marché ayant besoin d'avantage de facilitations». Par ailleurs, M. Hahn a évoqué le lancement, lors de sa visite, d'un nouveau projet de jumelage au cyber-parc de Sidi Abdallah, financé par l'UE. Ce projet porte sur le partage d'expertise dans le domaine des technologies de l'information et de la communication. Grace à ce projet, l'UE soutiendra, selon lui, la compétitivité des entreprises algérienne et permettra de créer de nouvelles perspectives de croissance et de diversification de l'économie en Algérie. Le Commissaire européen a également mis l'accent sur l'adhésion prochaine de l'Algérie au Partenariat pour la recherche et l'innovation dans la région de la méditerranée (Prima), suite à la récente conclusion d'un accord international sur ce projet, «ce qui constitue une étape majeure dans la coopération algéro-européenne dans le domaine de la recherche et l'innovation». L'Algérie et l'UE devraient signer officiellement cet accord entérinant l'adhésion de l'Algérie à Prima avant fin 2017. Signalons que Prima est un programme visant à relever les principaux défis des ressources en eau et des systèmes alimentaires. Son financement atteindra 500 millions d'euros sur 10 ans, dont 220 millions seront fournis par l'UE, tandis que le reste proviendra des Etats participants dont l'Algérie, la Tunisie, le Maroc, l'Egypte, la Jordanie et le Liban. Le programme en question sera lancé au début de 2018.
B. A.
Hahn reçu par Tebboune et des ministres
Les relations entre l'Algérie et l'Union européenne examinées
Le Commissaire européen en charge de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement de l'Union européenne, Johannes Hahn, s'est entretenu avec le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. Lors de cette rencontre, les deux parties ont «examiné l'état d'évolution des relations algéro-européennes marquées par l'achèvement du programme de coopération 2014-2017 et par la définition du cadre de coopération devant couvrir la période 2018-2020, à la lumière des priorités de partenariat arrêtées, d'un commun accord, lors de la tenue, en mars dernier, de la réunion de haut niveau du Conseil d'association Algérie-UE», précise un communiqué des services du Premier ministre. L'échange de vues a été l'occasion pour les deux parties, de «faire état de leurs visions et attentes respectives, essentiellement sur les modalités de travail et d'échange sur les questions relatives au développement socio-économique et au partenariat dans les domaines de l'énergie et de l'environnement, ainsi que sur les thèmes liés au dialogue stratégique, à la sécurité et aux mouvements de populations», note la même source. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.
M. Hahn s'est également entretenu avec M. Messahel. La rencontre «a permis aux deux parties de faire le bilan des relations entre l'Algérie et l'UE et d'aborder toutes les questions de coopération avec l'UE, qui est le premier partenaire de l'Algérie», a indiqué M. Messahel, ajoutant que la rencontre a été également l'occasion d'évoquer les voies et moyens de «densifier, diversifier et élargir» cette coopération, notamment dans ses volets économiques. Un exposé a été fait sur «la démarche entreprise par le président de la République en termes de renforcement de la démocratie et des libertés en Algérie», a-t-il ajouté. M. Messahel a indiqué avoir abordé d' «autres questions importantes» qui interpellent aussi bien l'UE que l'Algérie, notamment la lutte antiterroriste, relevant que l'expérience algérienne en matière de déradicalisation et de réconciliation nationale a été également évoquée. «Nous avons évoqué aussi les conflits qui existent dans notre région, notamment en Libye où nous sommes partenaires avec l'Union européenne et les Nations unies dans la recherche d'une solution politique», a-t-il relevé, ajoutant que la situation dans la région du Sahel, notamment au Mali, a été abordée dans ses discussions avec le responsable européen. «L'UE est également engagée au Mali, non seulement dans le processus qui a conduit à l'accord de paix de Bamako, mais également sur le terrain en termes d'accompagnement à travers les programmes économiques et d'assistance», a-t-il expliqué. De son côté, M. Hahn a qualifié d'«étroite» la coopération entre l'UE et l'Algérie, ajoutant que l'entretien avec M. Messahel a été l'occasion d'aborder un «large éventail» de questions économiques axées notamment sur le volet de l'énergie. «Nous avons, par ailleurs, écouté l'expertise algérienne concernant la situation dans la région notamment en Libye», a-t-il mentionné, soulignant que «la coopération commune en matière de lutte antiterroriste et de déradicalisation est importante pour l'Algérie et l'UE.»
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a également eu un entretien avec le Commissaire M. Hahn. Au cours de cet entretien, M. Bedoui a souligné que la coopération entre l'Algérie et l'UE couvre divers domaines, notamment la sécurité, l'échange d'informations, la formation et la circulation des personnes. Mettant l'accent sur l'aspect sécuritaire qui concerne aussi bien l'Algérie que l'UE, le ministre a estimé que cela «exige la conjugaison des efforts» des deux parties. Au sujet de l'émigration clandestine, la lutte contre le trafic de drogue et la criminalité, M. Bedoui a relevé «le rôle important de l'UE pour lutter contre ce phénomène», rappelant que l'Algérie avait «fait face seule au terrorisme durant les années 1990 et en est sortie vainqueur». «A présent, l'Algérie dispose d'une nouvelle Constitution qui la met au diapason des pays développés», a-t-il soutenu.
Notons que M. Hahn a eu également des entretiens avec les ministres des Finances, Abderrahmane Raouya, et de l'Industrie et des Mines, Mahdjoub Bedda.
B. A.
Sécurité : un dialogue de haut niveau avec l'Algérie en octobre à Bruxelles
Le Commissaire européen en charge de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, Johannes Hahn, a annoncé, jeudi dernier, à Alger l'initiation d'un dialogue de haut niveau sur les questions sécuritaires avec l'Algérie en octobre à Bruxelles. Lors d'une conférence de presse, M. Hahn a relevé que «le plus grand objectif de l'UE est d'avoir la stabilité dans le voisinage de l'Europe», soulignant que celle-ci ne pouvait se bâtir que sur une économie «saine et stable». Selon lui, cette stabilité doit également se bâtir sur «l'affrontement commun des défis auxquels nous sommes confrontés», citant notamment la migration, le contre-terrorisme et la radicalisation. Il a fait remarquer, à ce propos, que l'UE sur s'appuie sur «l'expérience de notre partenaire algérien» dans ce domaine.
Algérie-UE : convention d'échange de certification des passeports biométriques
Une convention d'échange de certification électronique permettant de lire les informations contenues dans les passeports biométriques a été signée jeudi dernier à Alger entre le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire et l'Union européenne. Cette convention permettra de reconnaitre et d'authentifier les passeports algériens et européens, afin de faciliter la circulation des personnes, notamment les Algériens, dans les aéroports européens, a expliqué le directeur général de modernisation au ministère de l'Intérieur, Abderezak Henni. La cérémonie de signature de la convention a été présidée par le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, et le Commissaire à la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, Johannes Hahn, qui était en visite de travail en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.