Le Président Tebboune institue le 4 août journée nationale de l'ANP    CAN-2021 / Algérie : " Le match face à la Côte d'Ivoire ne sera pas délocalisé"    Manchester United: Pogba de retour plus vite que prévu ?    Coronavirus: 810 nouveaux cas    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    A l'écoute de la CAN    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Equipe nationale: Une faillite collective    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Nouvelles infrastructures éducatives    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moraliser... mais contre qui ?
Publié dans La Tribune le 22 - 07 - 2017

La semaine qui s'achève, malgré sa très médiatisée scène de chasse où, pour une deuxième ou troisième fois, c'est le gros gibier qui est traqué et non le menu fretin, pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Ou alors si peu. Abdelmadjid Tebboune, ci-devant Premier ministre et qui a usé ses fonds de culotte dans les sièges confortables, mais hérissés d'épines, de «la préfectorale», n'est certainement pas homme à se laisser griser par le premier vent venu. La saison de chasse qu'il a ouverte est un axe - mais pas le seul- de la feuille de route attachée en pièce jointe à la décision par laquelle il a été nommé au poste précédemment occupé par son collègue, ancien wali comme lui, Abdelmalek Sellal. A ce niveau de responsabilité, il n'est pas dégradant ni abaissant de se réclamer d'un mentor auquel on affirme une loyauté à toute épreuve et à qui on doit une obéissance absolue. Dans le bras de fer qui l'oppose depuis quelques jours au puissant patron des patrons du FCE (Forum des chefs d'entreprises), le Premier ministre a pris soin de faire savoir qu'il ne fait qu'«appliquer le programme du président de la République». La «couverture est-elle pour autant suffisamment immunisante» ? Rien n'est moins sûr, jusqu'à preuve du contraire. Car, entre appliquer le programme du Président et exécuter une instruction claire de sa part, la différence n'est pas que de degré. Ou M. Abdelaziz Bouteflika a personnellement et clairement instruit son Premier ministre de rabaisser le caquet à certains «oligarques», à commencer par le premier d'entre eux, en l'occurrence Ali Haddad, ou il ne l'a pas fait. En attendant d'y voir plus clair, le Premier ministre a gagné une grande partie de l'opinion à sa cause, alors que des responsables politiques et des capitaines d'industrie connus se sont montrés satisfaits de son mode opératoire. Il n'est, du reste, que de voir comment le «front» de soutien à Ali Haddad s'est fissuré à vitesse grand V. Mais l'Exécutif reste l'Exécutif, pourrait-on rétorquer. Bien vrai, il peut faire et défaire des fortunes, orienter ou «désorienter» des investissements, faciliter ou compliquer à l'envi… Ce qui revient à dire que, quand on est un grand patron investisseur, il vaut mieux être dans les bonnes grâces du pouvoir et du gouvernement que du côté des empêcheurs de tourner en rond. Quitte à manger son chapeau quand «nécessité fait loi».
Aux dernières nouvelles, il se dit que le patron du FCE ne serait pas près de manger son chapeau ni d'avaler son béret. Loin de hisser le drapeau blanc, il s'apprêterait même à livrer bataille, avec les ouailles qui lui sont restées fidèles, au Premier ministre. La suite promet assurément d'être palpitante. Avec, en perspective, soit une clarification définitive du cadre juridique et du climat - politique aussi ?- qui vont encadrer et impulser le nouveau modèle de développement économique moins tributaire de la rente pétrolière, soit la persistance des équilibres de la rapine et des passe-droits que procure une commande publique généreuse.
Allez, encore un effort, Messieurs qu'«on nomme grands», optez pour la clarté, la transparence, le respect des lois. Vous perdrez le soutien, trop cher payé, des oligarques, mais vous gagnerez l'estime des sans-dents et de ceux qui n'ont pour viatique que la sueur de leur front.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.