Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quid du sida en Algérie ?
Publié dans La Tribune le 27 - 07 - 2017

Hier a pris fin à Paris la conférence mondiale sur le Sida. Mais quelles que soient les recommandations qui en seraient faites à l'issue, les plus avertis parmi ceux qui ont fait de la lutte contre ce fléau de la mort leur raison de vivre restent persuadés, malgré tous les progrès enregistrés depuis plus de trente ans, qu'il n'y aura «pas de fin du VIH sans recherches et pas de recherches sans investissements pérennes». Quid alors de tout cela en Algérie même s'il y a lieu d'évacuer du revers de la main toute velléité de recherches en le domaine et pour cause un désintérêt général à l'endroit d'une maladie de laquelle de manière générale l'opinion nationale sur le plan de l'information a été tenue à l'écart sa découverte en 1981 alors que la manifestation des premiers cas dans le pays a relevé du plus grand tabou ? Or, même si selon l'Organisation mondiale de la santé l'Algérie est considérée comme un pays à profil épidémiologique très bas évalué à partir d'une séroprévalence à moins de 0,2%, il n'en demeure pas moins que «les systèmes de notifications et de surveillance épidémiologique des infections sexuellement transmissibles (IST) et du VIH/sida ne sont pas totalement opérationnels et que les chiffres avancés ne reflètent pas la réalité». Les traditions n'ont jamais été pour lever les pesanteurs sur une maladie réputée honteuse à cause, plus à tort qu'à raison, des origines de sa contraction et ont conduit inévitablement les personnes atteintes à taire leurs difficultés et les pouvoirs publics, sinon les secteurs concernés par la prise en charge de la maladie à accompagner le silence général et, du coup, à rendre encore plus cruelle leur solitude. Les courageuses «dénonciations d'associations en matière de dysfonctionnements des systèmes de notification et de surveillance épidémiologique dont la conséquence consiste en une sous déclaration des nouveaux cas» n'ont pas, jusque-là, permis de lever une véritable chape de plomb faisant du tabou «le plus grand ennemi dans le travail de prévention et de sensibilisation autour du sida», soulignait, il y a quelques années, le Pr. Dif, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital El-Kettar. Ce qui n'est pas sans parfaitement contredire le contenu du «Plan national stratégique de lutte contre les IST/VIH/sida 2008-2012» du Comité national de lutte contre le sida, fléau mondial contre lequel est donc souligné «la lutte contre le sida et les Infections sexuellement transmissibles depuis plus de vingt ans. Le processus de planification stratégique dans lequel s'est inscrite l'Algérie s'est traduit par l'élaboration et la mise en œuvre du Plan national stratégique 2002-2006. Ce processus se poursuit par l'élaboration du présent Plan national stratégique 2008-2012 qui orientera la lutte durant les cinq prochaines années» dans la mesure où aucune transparence dans la matérialisation de ces engagements n'est quantifiable et surtout vérifiable. Ceci d'autant plus que cet engagement ferme devait se traduire au plus tard en 2015 par «l'atteinte des objectifs de développement consistant à stopper et commencer à inverser l'épidémie du VIH/sida» par, excusez du peu, «une action multisectorielle, une implication active de la société civile, le secteur privé, l'Onusida lesquels concouraient à l'accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et aux soutiens liés au VIH/sida». Sauf que selon des spécialistes directement versés dans la lutte contre la maladie, «chaque jour sont recensés trois nouveaux cas de sida» faisant que les nouveaux cas de séropositifs se multiplient, que sur près de 80 centres de dépistage essaimés sur l'ensemble du territoire national moins de 20% sont fonctionnels, et qu'enfin selon les estimations des associations engagées dans la lutte contre le sida, elles seraient aujourd'hui plus de 30 000 personnes touchées par la maladie et un millier d'enfants infectés par le VIH.
A. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.