Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quid du sida en Algérie ?
Publié dans La Tribune le 27 - 07 - 2017

Hier a pris fin à Paris la conférence mondiale sur le Sida. Mais quelles que soient les recommandations qui en seraient faites à l'issue, les plus avertis parmi ceux qui ont fait de la lutte contre ce fléau de la mort leur raison de vivre restent persuadés, malgré tous les progrès enregistrés depuis plus de trente ans, qu'il n'y aura «pas de fin du VIH sans recherches et pas de recherches sans investissements pérennes». Quid alors de tout cela en Algérie même s'il y a lieu d'évacuer du revers de la main toute velléité de recherches en le domaine et pour cause un désintérêt général à l'endroit d'une maladie de laquelle de manière générale l'opinion nationale sur le plan de l'information a été tenue à l'écart sa découverte en 1981 alors que la manifestation des premiers cas dans le pays a relevé du plus grand tabou ? Or, même si selon l'Organisation mondiale de la santé l'Algérie est considérée comme un pays à profil épidémiologique très bas évalué à partir d'une séroprévalence à moins de 0,2%, il n'en demeure pas moins que «les systèmes de notifications et de surveillance épidémiologique des infections sexuellement transmissibles (IST) et du VIH/sida ne sont pas totalement opérationnels et que les chiffres avancés ne reflètent pas la réalité». Les traditions n'ont jamais été pour lever les pesanteurs sur une maladie réputée honteuse à cause, plus à tort qu'à raison, des origines de sa contraction et ont conduit inévitablement les personnes atteintes à taire leurs difficultés et les pouvoirs publics, sinon les secteurs concernés par la prise en charge de la maladie à accompagner le silence général et, du coup, à rendre encore plus cruelle leur solitude. Les courageuses «dénonciations d'associations en matière de dysfonctionnements des systèmes de notification et de surveillance épidémiologique dont la conséquence consiste en une sous déclaration des nouveaux cas» n'ont pas, jusque-là, permis de lever une véritable chape de plomb faisant du tabou «le plus grand ennemi dans le travail de prévention et de sensibilisation autour du sida», soulignait, il y a quelques années, le Pr. Dif, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital El-Kettar. Ce qui n'est pas sans parfaitement contredire le contenu du «Plan national stratégique de lutte contre les IST/VIH/sida 2008-2012» du Comité national de lutte contre le sida, fléau mondial contre lequel est donc souligné «la lutte contre le sida et les Infections sexuellement transmissibles depuis plus de vingt ans. Le processus de planification stratégique dans lequel s'est inscrite l'Algérie s'est traduit par l'élaboration et la mise en œuvre du Plan national stratégique 2002-2006. Ce processus se poursuit par l'élaboration du présent Plan national stratégique 2008-2012 qui orientera la lutte durant les cinq prochaines années» dans la mesure où aucune transparence dans la matérialisation de ces engagements n'est quantifiable et surtout vérifiable. Ceci d'autant plus que cet engagement ferme devait se traduire au plus tard en 2015 par «l'atteinte des objectifs de développement consistant à stopper et commencer à inverser l'épidémie du VIH/sida» par, excusez du peu, «une action multisectorielle, une implication active de la société civile, le secteur privé, l'Onusida lesquels concouraient à l'accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et aux soutiens liés au VIH/sida». Sauf que selon des spécialistes directement versés dans la lutte contre la maladie, «chaque jour sont recensés trois nouveaux cas de sida» faisant que les nouveaux cas de séropositifs se multiplient, que sur près de 80 centres de dépistage essaimés sur l'ensemble du territoire national moins de 20% sont fonctionnels, et qu'enfin selon les estimations des associations engagées dans la lutte contre le sida, elles seraient aujourd'hui plus de 30 000 personnes touchées par la maladie et un millier d'enfants infectés par le VIH.
A. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.