Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beaucoup reste à faire...
L'Afrique du Nord championne anti-famine
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

En tête du podium africain, dans l'ordre, la Tunisie, l'Algérie et le Maroc forment le trio de tête. Ces trois pays nord-africains ont des scores relevant de la catégorie « faible », c'est-à-dire avec un niveau de famine très bas.
Dans l'indifférence d'une communauté internationale résignée, 600 mille enfants risquent de mourir de famine en Afrique, selon le Programme alimentaire mondial (PAM). Vingt millions de personnes « au bord de la famine » au Yémen, au Soudan du Sud, en Somalie et au Nigeria, selon l'ONU. « C'est la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale », s'alarme Antonio Guterres. Et pourtant, loin du misérabilisme, certains pays africains ont réussi à vaincre ou presque, la famine, selon un nouveau rapport du Nepad. Voici ces champions africains qui se dressent contre la faim.
Des carcasses d'animaux faméliques, des centaines d'enfants efflanqués, des récoltes détruites par les sécheresses, des milliers de personnes sur les routes de l'exode... Les images insupportables qui défilent sur les écrans des télévisions n'émeuvent guère plus une communauté internationale qui fait la sourde oreille devant les tintements assourdissants de la sonnette d'alarme alimentaire tirée par les ONG et les organisations humanitaire sur la famine en Afrique.
Au milieu de cette situation de désolation, le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique(NEPAD) a rendu public, à Addis-Abeba, son Indice 2016 de la faim en Afrique.
Adaptation de l'indice de la faim dans le monde, le rapport du Nepad a été réalisé sur la base de calculs de l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI). Ces calculs combinent les critères de la sous-alimentation, de l'émaciation (faiblesse du poids par rapport à la taille des enfants), le retard de croissance et la mortalité infantiles dans 42 pays africains.
Le rapport fait ressortir dans un premier temps que malgré une réduction du risque de famine depuis l'an 2000, aujourd'hui, 28 pays africains ont encore un niveau de famine très élevé. Le niveau de famine est même alarmant dans cinq pays d'Afrique.
Une lueur d'espoir dans ce tableau sombre. A contrario, certains pays africains sont en train d'inverser la tendance pour atteindre le deuxième Objectif de développement durable (ODD 2) : zéro faim d'ici 2030 !
La recette de ces pays ? Le développement du secteur agricole par des grands travaux de construction d'ouvrages d'irrigation sophistiqués. Tout en contrôlant les importations massives de produits alimentaires, les pays d'Afrique du Nord ont mis en place des politiques de protection sociale en subventionnant les produits de base pour permettre un meilleur accès à l'équilibre alimentaire des ménages.
Six pays africains ont intégré le club des pays de la catégorie « modérée ». Il s'agit de l'Egypte, du Gabon, du Ghana, de l'Ile-Maurice, du Sénégal et de l'Afrique du Sud. Parmi eux, le Nepad juge les progrès « remarquables » au Sénégal, au Ghana -et au Rwanda- qui ont pu réduire de moitié l'impact de la famine dans leurs pays entre 2000 et 2016.
Pour l'ensemble des pays de la catégorie modérée, il faut voir dans cette bonification du score, le résultat de l'amélioration des conditions de vie grâce à des politiques des Etats concernés notamment dans la santé (maternelle et infantile), l'agriculture et la sécurité alimentaire des couches défavorisées.
Dans cinq pays d'Afrique au sud du Sahara, le niveau de la famine est particulièrement « alarmant ». Ce sont la République centrafricaine décimée par la guerre, le Tchad et la Zambie aux prises avec la sécheresse et/ou l'avancée du désert, Madagascar balayée régulièrement par des phénomènes climatiques qui mettent en péril les récoltes, la Sierra-Leone, un des pays les plus pauvres d'Afrique.
Dans le rouge, le Burundi, les Comores, la RDC, l'Erythrée, la Libye, la Somalie, les deux Soudan, sont dans une situation « préoccupante ». Essentiellement des pays en guerre ou menacés de troubles socio-politiques, ces pays présentent une situation de « sérieuse préoccupation » avec une flambée des prix des denrées quand elles sont disponibles, sinon à la rareté des produits alimentaires de base. Plus que jamais, le monde doit agir.
I.B.Jr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.