"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les feux de l'été 2018
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Nos enseignants français, dont beaucoup étaient des pédagogues dispensant le savoir sans faire de distinction entre les élèves, nous ont longtemps inculqué - très involontairement, sans aucun doute- une fausse vérité. Mais comme ils étaient, pour beaucoup d'entre eux, contre les exactions de l'armée coloniale, leurs leçons étaient, à nos yeux, vérité d'Evangile. Ainsi de cette contre vérité géographique et climatologique : l'Algérie jouit d'un climat tempéré. Dans l'arrière-pays et les montagnes, les autochtones qui venaient à peine de sortir du statut de l'indigénat, savaient, eux, que le climat de leur pays allait d'aride à semi-aride et que la douceur de l'air ne balayait qu'une mince bande côtière d'une centaine de kilomètres avant l'entrée dans le plus grand désert du monde (2 millions de km2).
Bien sûr, nous ne les croyions pas sur cette assertion climato-édénique. Surtout quand, avec nos petits seaux bricolés et gagnés par la rouille, nous allions aux aurores payer à l'eau son tribut quotidien. Mais nous étions déjà plus chanceux que nos aînés qui le payaient, eux, à la corvée de bois. L'enseignement était bon, mais les souvenirs d'enfance restent ceux d'une aridité parfois infernale. Plus d'une fois, le feu s'est amusé à taquiner nos pauvres villages. Et il n'y avait ni pompiers ni avions bombardiers d'eau. On éteignait avec de simples branchages et toutes les personnes valides, de 7 à 77 ans, s'y mettaient. Elémentaire, non !
En somme, les étés algériens ont toujours été synonymes de feux de forêt et d'incendies. Et ils le sont toujours. Avec certainement une intensité variable selon la nature du couvert végétal, le relief et l'urbanisation souvent anarchique (ou semi-anarchique) qui caractérise les abords des forêts. Comme dans neuf cas sur dix, c'est le «brun de tête» (Kahl Erras) qui campe le rôle de Néron, l'origine de l'enfer qui détruit nos forêts n'est pas difficile à deviner. Mieux, Noureddine Bedoui, homme bien informé avec tous les BRQ quotidiens qui atterrissent sur son bureau, apportent de l'eau au moulin de ceux qui incriminent l'homme. Depuis Tarf, à l'extrême est du pays, à la frontière avec la Tunisie, le ministre de l'Intérieur n'a pas fait dans la langue de bois (calciné) pour le dire, ce jeudi : des incendiaires-pyromanes ont été arrêtés à Annaba et Bouira et présentés à la justice.
Eh oui, des gens fascinés par le feu, ça existe. Comme il en existe d'autres qui le sont par les profits qu'ils peuvent en tirer : savourer une vengeance sur les autorités ou la société, voire les deux à la fois, récupérer du charbon de bois, rendre constructibles des terres qui ne le sont pas, dévier un projet étatique… Bref, il y a autant de mobiles que de profils adorateurs du feu. M. Bedoui, en sa qualité de premier policier du pays, a en fait esquissé une typologie de nos étés infernaux. Il faut approfondir en en tirant les enseignements et penser déjà à l'été 2018. L'Etat débroussaillera là où ce sera nécessaire, il ouvrira en nombre suffisant des voies d'accès dans les massifs forestiers, il mettra sur pied, au besoin, une flotte d'avions bombardiers d'eau… Bref, il devra mettre le pied à l'étrier sans tarder aux experts dans le domaine, nationaux et étrangers. Pour que l'été 2018 ne ressemble pas trop à l'été 2017.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.