Le rôle prépondérant de l'ANP    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès    Un rempart pour la République    El Hadjar tourne en mode recyclage    Des équipements médicaux à exporter    Précarité de la condition féminine    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    L'Algérie dans la légende    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    La sardine entre 250 et 400 dinars    L'économie du tourisme marque le pas    Les «ambitions» d'un ministre    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Mali/Accord de paix: la médiation internationale tient une nouvelle réunion    Le Président Tebboune regagne Alger après une visite d'Etat en Turquie    Lancement de la campagne nationale de prévention des incendies de récoltes    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    Salon "El Djazaïr Healthcare" de Dakar: faire du Sénégal la porte de commercialisation du produit algérien    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Gouvernement donne le feu vert à l'importation des chaînes de production rénovées    La fuite des sujets d'examen «quasi-impossible»    L'USMA s'offre le derby face au MCA    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Mohammed ben Zayed élu Président des Emirats arabes unis par le Conseil suprême    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    12e session du Groupe de vision stratégique "Russie-Monde islamique": Ghlamallah à Kazan    Le Brésil n'affrontera pas le Sénégal en match amical    Liverpool : Klopp donne des nouvelles de Salah et Van Dijk    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie pour le 3ème et dernier jour    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    La rançon d'une vie    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    Fonction publique: Les Syndicats autonomes veulent préserver l'unité de leur action    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    D'autres chats à fouetter    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les feux de l'été 2018
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Nos enseignants français, dont beaucoup étaient des pédagogues dispensant le savoir sans faire de distinction entre les élèves, nous ont longtemps inculqué - très involontairement, sans aucun doute- une fausse vérité. Mais comme ils étaient, pour beaucoup d'entre eux, contre les exactions de l'armée coloniale, leurs leçons étaient, à nos yeux, vérité d'Evangile. Ainsi de cette contre vérité géographique et climatologique : l'Algérie jouit d'un climat tempéré. Dans l'arrière-pays et les montagnes, les autochtones qui venaient à peine de sortir du statut de l'indigénat, savaient, eux, que le climat de leur pays allait d'aride à semi-aride et que la douceur de l'air ne balayait qu'une mince bande côtière d'une centaine de kilomètres avant l'entrée dans le plus grand désert du monde (2 millions de km2).
Bien sûr, nous ne les croyions pas sur cette assertion climato-édénique. Surtout quand, avec nos petits seaux bricolés et gagnés par la rouille, nous allions aux aurores payer à l'eau son tribut quotidien. Mais nous étions déjà plus chanceux que nos aînés qui le payaient, eux, à la corvée de bois. L'enseignement était bon, mais les souvenirs d'enfance restent ceux d'une aridité parfois infernale. Plus d'une fois, le feu s'est amusé à taquiner nos pauvres villages. Et il n'y avait ni pompiers ni avions bombardiers d'eau. On éteignait avec de simples branchages et toutes les personnes valides, de 7 à 77 ans, s'y mettaient. Elémentaire, non !
En somme, les étés algériens ont toujours été synonymes de feux de forêt et d'incendies. Et ils le sont toujours. Avec certainement une intensité variable selon la nature du couvert végétal, le relief et l'urbanisation souvent anarchique (ou semi-anarchique) qui caractérise les abords des forêts. Comme dans neuf cas sur dix, c'est le «brun de tête» (Kahl Erras) qui campe le rôle de Néron, l'origine de l'enfer qui détruit nos forêts n'est pas difficile à deviner. Mieux, Noureddine Bedoui, homme bien informé avec tous les BRQ quotidiens qui atterrissent sur son bureau, apportent de l'eau au moulin de ceux qui incriminent l'homme. Depuis Tarf, à l'extrême est du pays, à la frontière avec la Tunisie, le ministre de l'Intérieur n'a pas fait dans la langue de bois (calciné) pour le dire, ce jeudi : des incendiaires-pyromanes ont été arrêtés à Annaba et Bouira et présentés à la justice.
Eh oui, des gens fascinés par le feu, ça existe. Comme il en existe d'autres qui le sont par les profits qu'ils peuvent en tirer : savourer une vengeance sur les autorités ou la société, voire les deux à la fois, récupérer du charbon de bois, rendre constructibles des terres qui ne le sont pas, dévier un projet étatique… Bref, il y a autant de mobiles que de profils adorateurs du feu. M. Bedoui, en sa qualité de premier policier du pays, a en fait esquissé une typologie de nos étés infernaux. Il faut approfondir en en tirant les enseignements et penser déjà à l'été 2018. L'Etat débroussaillera là où ce sera nécessaire, il ouvrira en nombre suffisant des voies d'accès dans les massifs forestiers, il mettra sur pied, au besoin, une flotte d'avions bombardiers d'eau… Bref, il devra mettre le pied à l'étrier sans tarder aux experts dans le domaine, nationaux et étrangers. Pour que l'été 2018 ne ressemble pas trop à l'été 2017.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.