Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Peu d'investissements dans la récupération et le recyclage des déchets en Algérie
Protection de l'environnement et développement durable
Publié dans La Tribune le 18 - 06 - 2008

La récupération et le recyclage des déchets sont une activité importante de l'économie et une véritable source d'énergie pour beaucoup de pays. Or, en Algérie, ce domaine reste très peu exploité. L'activité de la récupération est actuellement limitée aux seules sources facilement accessibles, à savoir les industriels, les fabricants d'emballage, les imprimeries, les grandes surfaces, etc. Et, souvent, les méthodes utilisées pour la récupération sont archaïques. Quant à la récupération auprès des ménages, elle demeure inexistante et ce, pour de multiples raisons, (coûts, organisation et culture…). Il faut savoir qu'en réduisant les déchets mis en décharge ou incinérés, le compostage et le recyclage limitent la pollution de l'air, des sols et de l'eau, et contribuent à la protection de l'environnement.
Quant au recyclage des emballages ménagers en acier, en aluminium, en papier, en carton, en plastique et en verre, il permet d'éviter le gaspillage des matières premières et des ressources naturelles utilisées pour leur fabrication. Ainsi, en plus de l'indéniable intérêt pour l'avenir écologique des générations futures, le recyclage a une incidence particulièrement positive sur l'économie. La collecte sélective, le tri et la valorisation en matière d'emballage créent des emplois et limitent les importations de matières premières. De récentes études ont prouvé que ces activités génèrent plus d'emplois que la mise en décharge et l'incinération. Le processus de récupération et de recyclage des déchets nécessite l'implication des collectivités locales, ce qui n'est pas le cas actuellement en Algérie. Notre pays accuse un retard énorme en matière de gestion et de récupération des déchets. Les statistiques révèlent que cette activité est prospère de par le monde sauf chez nous. Le taux de récupération tourne autour des 35% au Portugal et en Grèce, il dépasse les 70% en Allemagne, dans les Pays-Bas, ou encore en Norvège, en Finlande, en Suisse et en Suède.
Le tri sélectif n'est toujours pas mis en place
L'Algérie a mis en place une stratégie de préservation de l'environnement au début des années 2000, soutenue par une batterie de lois et de mesures coercitives. Mais, sur le terrain, ces mesures tardent à prendre forme.
Des outils ont été mis en place pour la concrétisation du Progdem (Programme national de gestion des déchets ménagers), à l'exemple de l'Agence nationale des déchets implantée au niveau de la maison Dounya, à Bab El Oued. Le tri sélectif et la récupération des déchets en sont au stade des balbutiements.
Des projets ne sont pas encore efficacement concrétisés en dépit des différentes études confiées à l'Agence nationale des déchets. Créée par décret exécutif n° 02-175 du 20 mai 2002, l'Agence nationale des déchets est un Epic (établissement public à caractère industriel et commercial) doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Placée sous la tutelle du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Environnement et du Tourisme, cette structure, indiquent ses responsables, a pour mission de promouvoir les activités de tri, de collecte, de transport, de traitement, de valorisation et d'élimination des déchets. Elle se charge, entre autres, de mettre en place le système public de reprise et de valorisation des déchets d'emballage Ecojem, qui est destiné à recevoir des contributions des industriels pour les redistribuer aux acteurs de la collecte, du tri et du recyclage des déchets d'emballage.
L'AND a lancé le système Ecojem dans cinq villes pilotes, à savoir Staouéli, Djelfa, Tlemcen, Annaba et Ghardaïa. Cette agence a également initié une étude d'optimisation de la collecte ordinaire en vue de la mise en place de la collecte sélective à travers un tri sélectif à deux bacs, un bac pour les matériaux humides (organiques) et un deuxième pour les matériaux secs, avec le verre en apport volontaire.
Un centre de tri est aussi prévu pour permettre celui des matériaux secs afin de les revendre aux recycleurs. Les matériaux humides seront acheminés vers le centre d'enfouissement technique (CET). Près de 80 CET ont été lancés mais très peu sont réellement fonctionnels.
Investir dans des infrastructures et des équipements modernes
Le tri sélectif est assurément un créneau porteur en Algérie vu le gisement des déchets valorisables qui est de l'ordre de 760 000 tonnes par an, ainsi que ses répercussions positives sur les plans environnemental, économique et social. Or, la concrétisation de ce processus tarde à prendre forme en Algérie. Le processus de ramassage des ordures ménagères n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière et le tri sélectif des déchets n'est pas pour demain. L'opération de ramassage des ordures est toujours en butte à l'incivisme du citoyen. Ce dernier n'arrive même pas à respecter les horaires de collecte. Lui inculquer le réflexe de tri demande encore des efforts de longue haleine. Le rôle des collectivités locales est déterminant mais celles-ci sont défaillantes en matière de gestion des déchets ménagers.
Des campagnes de sensibilisation sont lancées pour faire participer le citoyen, élément clé pour la réussite des opérations de tri sélectif. De nombreux pays, dont l'Allemagne et la France, ont proposé à l'Algérie une assistance technique dans le domaine de la récupération et du recyclage des déchets en vue d'atteindre une gestion efficiente de ces derniers, tout en développant une véritable «économie des déchets», apprend-on, mais, actuellement, l'Algérie est en train d'étudier les différentes propositions. Pour l'heure, l'Algérie ne peut adopter une démarche active de récupération et de recyclage des déchets avant de stimuler les individus vers un changement des comportements en les plaçant au cœur d'un processus de tri sélectif des déchets. Il est, par ailleurs, important de multiplier les investissements dans les techniques de collecte, de tri, de traitement ou de recyclage des déchets. L'Algérie est appelée à mettre en place une politique de tri et de collecte efficace, associant le secteur public et privé pour assurer la viabilité économique de la filière déchets à travers leur recyclage et leur valorisation.
A. B.
------------------------------------------------------------------------
Le recyclage des déchets, un créneau porteur
Le recyclage est un procédé de traitement des déchets qui proviennent des industries et des ménages et qui permet de réintroduire, dans le cycle de production d'un produit, des matériaux qui le composent. L'un des exemples qui illustrent bel et bien ce procédé est celui de la fabrication de bouteilles neuves avec le verre de bouteilles usagées. Il faut savoir que le recyclage a deux conséquences écologiques principales : la réduction du volume de déchets et la préservation des ressources naturelles.
C'est une des activités économiques de la société de consommation. Certains procédés sont simples et bon marché mais, à l'inverse, d'autres sont complexes, coûteux et peu rentables. Depuis les années 1970, le recyclage est source d'énergie et une activité incontournable de l'économie de beaucoup de pays.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.