L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il n'y a pas que le mur de Berlin…
Publié dans La Tribune le 10 - 11 - 2009

Hier, 9 novembre, l'Allemagne réunifiée célébrait le 20ème anniversaire de la chute du mur qui l'avait divisée en deux entités, celle de l'Est et celle de l'Ouest. L'intégrité territoriale de la puissance militaire européenne qu'était ce pays sous le règne d'Adolphe Hitler a été pulvérisée par les enjeux politiques entretenus par une guerre froide qui n'allait pas tarder à connaître elle-même une décantation tout aussi historique que cette chute. Du coup, l'événement de ce 9 novembre 1989 a secoué l'Allemagne, certes, mais également l'Europe et le reste du monde : les relations internationales n'étaient plus les mêmes depuis la chute du mur de Berlin, puis celle de tout le bloc soviétique. Les Allemands, en premier lieu, le reste des Occidentaux à leurs côtés, se sont réjouis de l'avènement d'une nouvelle ère. Une époque synonyme des libertés recouvrées et d'une démocratie tant enviée et proclamée. La chute du mur de Berlin marque ainsi une marche inévitable et irréversible de l'histoire qu'impulse toujours la volonté des peuples à accéder à une vie plus digne et qu'imposent les valeurs universelles et indivisibles que sont les droits de l'homme. Cela nous amène forcément à évoquer «les murs de la honte» qui rappellent le caractère abject et injuste des conflits au Proche-Orient et au Sahara occidental. Ces conflits qui continuent d'interpeller la conscience humaine sans qu'une solution équitable se profile à l'horizon. En raison de l'absence d'une volonté évidente des grandes puissances de ce monde à se prononcer en faveur de la légalité internationale et à rendre justice à ceux qui la réclament, les drames des peuples palestinien et sahraoui se prolongent autant que s'accroît leur
endurance au quotidien. Qu'il s'agisse des Etats-Unis d'Amérique ou de la France, membres du Conseil de sécurité des Nations unies, leur soutien aux colons que sont Israël, pour le premier, et le Maroc pour l'autre, est à l'origine de la souffrance de ces peuples opprimés. Depuis des décennies, le droit international a du mal à se faire valoir sur les desseins hégémoniques de ces forces occupantes qui, sans ce soutien des plus puissants, auraient sans doute été contraintes d'y renoncer. Parce que les grands de ce monde n'en ont cure de ce que peuvent éprouver des enfants, des femmes et des hommes sahraouis ou palestiniens, ils ne se sentent pas obligés d'adopter la même position qu'il y a 20 ans, lorsqu'il s'était agi de soutenir la chute du mur de Berlin pour redonner le goût de vivre aux Allemands de l'Est qui n'en pouvaient plus d'être sous le joug d'une dictature oppressante. Aujourd'hui, il est évident que les Etats-Unis ne sont pas près de rééditer la déclaration de George Bush père lorsque, s'adressant à Michael Gorbatchev, il lui demandait de laisser enfin tomber le fameux mur. Israël ne sera, en effet, jamais contraint par l'administration américaine de faire tomber le mur qui empêche les Palestiniens de jouir de leur liberté chez eux et qui les tient éloignés du processus continu de colonisation en sacrifiant leurs propres terres. Tout comme la France, n'est pas plus disposée à contraindre son intime allié, le Maroc, à effacer le mur érigé tout le long des frontières qui le sépare des territoires libérés du Sahara occidental. Ce mur qui déchire les familles sahraouies que l'invasion marocaine a séparées depuis plus de 30 ans. Lorsqu'on revoit l'acharnement incroyable avec lequel les Allemands de l'Est sont parvenus à se sortir de leur prison, on se prend à souhaiter que le cours de l'histoire se poursuivra aussi de la sorte pour les peuples sahraoui et palestinien.
M. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.