Saisie de près de 10 quintaux de kif traité à Naâma    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    «Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Le MSP pour un régime parlementaire    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Ali Laskri jette l'éponge    Deux PME préparent leur introduction    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Les 13 manifestants acquittés    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La carte d'atout ?
Publié dans La Tribune le 29 - 11 - 2009

Le nombre d'importateurs s'est réduit de 11% au cours des dix premiers mois de 2009, selon le Centre national de l'informatique et des statistiques (CNIS) des Douanes algériennes et ce, grâce à la généralisation de l'utilisation de la carte magnétique du numéro d'identification fiscale (NIF) à toutes les opérations de commerce extérieur. L'obligation faite à tout importateur d'utiliser cette carte, qui est intégrée au Système d'information et de gestion automatisée des Douanes (SIGAD), vise évidemment l'assainissement de l'activité de tous ces vampires et sangsues vivant aux crochets de l'économie nationale qu'ils saignent pour s'enrichir grâce aux crédits bancaires bonifiés, sous-facturations, non-déclarations et/ou fausses déclarations… Et pour barrer la route à toutes leurs manœuvres en amont et en aval, le CNIS communique aux banques les bases de données des opérations du commerce pour leur permettre de procéder à un suivi rigoureux des opérations engagées et aux apurements de dossiers de domiciliation en possession de ces banques avec lesquelles il travaille en étroite collaboration, pour l'amont. En ce qui concerne l'aval, le dispositif de contrôle devra être renforcé pour impliquer les autres institutions concernées (ministère du Commerce, Banque d'Algérie et services des Impôts) en vue d'une meilleure coordination des interventions de tous ces acteurs.
Tel que présenté, le schéma de lutte contre les opérations d'importations frauduleuses et/ou douteuses a tout d'un véritable sas qui séparera le bon grain de l'ivraie. D'autant plus que les Douanes algériennes projettent la connexion de l'ensemble des sites douaniers (ports et aéroports) au système SIGAD et la modernisation de ce système par le recours aux nouvelles technologies, avec pour objectif de parvenir à la déclaration et la signature électronique, qui amélioreront l'efficacité des contrôles.
Mais ce qui fait de la carte NIF et de toute la procédure de contrôle ainsi que du schéma de lutte contre les mauvais importateurs un atout gagnant, c'est certainement le fait que les opérations de contrôle s'effectuent sans aucune intervention humaine. Autrement dit, le NIF aura sonné le glas des passe-droits, des corrupteurs et des corrompus. Difficile à croire quand on voit la part que prend l'économie souterraine dans le marché interne, grâce à des opérateurs qui ont leurs entrées et leurs soutiens partout, jusque dans les sphères du pouvoir. Sans vouloir méjuger ni dénigrer le travail accompli par les Douanes algériennes et les autres institutions, on peut, cependant, prendre quelques produits indicateurs de la vitalité et la persistance de l'importation frauduleuse pour confirmer, ou infirmer, la capacité de sassage du procédé de contrôle mis en place. Et le meilleur produit-test est sans conteste les pétards et tous ces produits pyrotechniques dont l'importation est strictement interdite et qui pourtant inonde le marché national à chaque fête du Mouloud. On a déjà un aperçu avec les fumigènes et d'autres produits qui sont toujours en vente.
H. G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.