réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger, une capitale «défigurée»
Chantiers qui s'éternisent, travaux inachevés, routes délabrées, mobilier urbain inexistant…
Publié dans La Tribune le 13 - 01 - 2010


Photo : S. Zoheir
Par Nabila Belbachir
Dans la capitale comme dans d'autres villes algériennes, la quasi-totalité des cités, rues et ruelles sont mal prises en charge par les autorités locales.
Une dégradation vécue au quotidien par le citoyen algérien qui ne sait plus à quel saint se vouer.
Des chantiers laissés à ciel ouvert. Plusieurs travaux sont inachevés, nuisant ainsi au cadre de vie du citoyen. Cependant, c'est à l'intérieur des quartiers que les problèmes d'entretien de la chaussée se posent avec acuité au regard du taux de dégradation constaté sur place. Les multiples travaux entrepris pour la pose de nouvelles adductions au réseau d'alimentation en eau potable ou pour la rénovation se répètent sans pour autant que des opérations de remise en état de la chaussée soient projetées.
De même que pour le raccordement au gaz de ville, la réhabilitation ou le nettoyage du réseau d'assainissement.
L'apparition d'excavations et autres tranchées béantes dans beaucoup de rues et ruelles de la majorité des quartiers est vécue avec appréhension par les
populations, particulièrement les automobilistes. Sans omettre également les désagréments causés par les grands projets structurants des travaux publics et du transport, à savoir les pénétrantes, les trémies, les ponts, les bretelles, les dessertes, le tramway…
La capitale, notamment à Bab Ezzouar, Cinq Maisons, Bordj El Kiffan ou Aïn Taya, tous ces grands axes sont coupés par des barricades et autres grillages sur les grandes artères et boulevards d'Alger. Les habitants de la commune de Bab Ezzouar se plaignent notamment du non-achèvement de certains travaux laissés à l'abandon, tels que les projets d'assainissement, les branchements au gaz de ville, le tout se retrouvant dans un piteux état, à l'image de la route menant vers Bordj El Kiffan, Aïn Taya.
Le pire, c'est qu'après les travaux, aussi bien de raccordement au gaz de ville, d'AEP ou de l'assainissement, la route qui avait été défoncée, est laissée en l'état. Les désagréments que cause cet état des lieux sont énormes. Les citoyens n'en finissent pas de s'en plaindre, mais aucun responsable ne s'en émeut. Et les désagréments perdurent. Les riverains n'ont d'autre recours que de faire contre mauvaise fortune bon cœur et de s'armer de patience, une patience qui ferait pâlir un bonze.
Autre problème à soulever, il y a quelque temps, les rues et trottoirs de la commune de Belouizdad étaient dans un état de dégradation avancé. Elles le sont toujours. Preuve en est, la rue Hassiba Ben Bouali se caractérise par un grand nombre de nids-de-poule et autres crevasses. En effet, après tous les travaux de voirie, les trottoirs restent en l'état et ne sont pas restaurés. Saïd, fonctionnaire, habitant à Chéraga, à l'ouest d'Alger, nous apprend que «cela fait une année que les services de Sonelgaz ont entamé des travaux puis abandonné les lieux après avoir procédé au creusement de tranchées dans la rue et sur les trottoirs. Des amas de gravats et de boue ont été laissés sur place».
Et de poursuivre : «C'est un travail bâclé. On a pris l'habitude de ce genre de situations».
Pareils cas sont constatés au quotidien dans différentes communes, cités et quartiers, non seulement de la capitale, mais à travers tout le territoire national. Pis, certaines cités sont transformées en décharges publiques, recevant des quintaux de détritus, abandonnés par des citoyens inciviques, et autres gravats déversés par des entrepreneurs du bâtiment dans les quartiers limitrophes, dont bon nombre n'accorde pas d'importance à l'hygiène et l'esthétique, notamment après l'achèvement de leurs projets. Des détritus jonchant le sol font partie du décor hideux de ces quartiers et localités. Il est à souligner également l'état déplorable des rues, délabrées avec le temps, abandonnées et sans goudron, avec des nids-de-poule, devenues impraticables, ce qui occasionne des désagréments aux automobilistes. Cette situation déplorable provoque également des accidents de la circulation causant des morts et des blessés. Il faut dire que la faute incombe aux responsables locaux, communaux principalement, qui n'appliquent pas à la lettre le programme de développement, en réelle adaptation aux attentes des citoyens en matière d'amélioration du cadre de vie.
Les travaux d'aménagement et d'entretien se font de plus en plus rares et l'amélioration du cadre de vie semble reléguée au dernier rang des priorités des autorités communales et autres responsables concernés en la matière. Et ce, en dépit de l'insistance du ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, sur la protection de l'environnement et de l'esthétique des villes.
C'est, entre autres points, l'un des volets auquel le département de Ghoul a donné toute son importance dans la réalisation de routes, ouvrages d'art et autres infrastructures. Une attention particulière a été, en effet, accordée à l'aspect esthétique et à l'embellissement des accotements, îlots, terre-pleins et autres espaces alentour des trémies, ronds-points, bretelles d'accès et même l'autoroute. D'ailleurs, à chacune de ses sorties sur le terrain, qui sont d'ailleurs nombreuses, le ministre souligne l'importance de la finition des travaux de manière à donner une dimension esthétique et un environnement
adéquat aux travaux réalisés. Ce qui offrira un cadre de vie agréable aux citoyens. Pourtant, les chefs de projet n'ont cure de ce volet, si important pour le paysage urbanistique du pays, et les responsables locaux s'en lavent les mains, nullement dérangés par la saleté et la laideur de leur commune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.