Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nedroma, ville d'art et d'histoire
L'ouvrage est réalisé par l'association locale El Mouahidia
Publié dans La Tribune le 11 - 02 - 2010

L'association El Mouahidia de Nedroma vient d'éditer un livre intitulé Nedroma, ville d'art et d'histoire. Cet ouvrage retrace toute l'histoire de cette cité berbère, qui, selon la plupart des historiens, est une cité qui portait le nom de Fellaoucène à l'origine. Elle portait donc le nom de la montagne qui la domine. Fellaoucène est un nom berbère composé de deux éléments «Fella» qui veut dire «sur» ou «plus haut que» et «Oucène» qui veut dire «village». Le livre évoque par ailleurs l'histoire de la période almoravide au cours des Ve et VIe siècles de l'hégire, de l'édification de la grande mosquée almoravide, où une épigraphe trouvée près du «minbar» (chaire à prêcher, ndlr) de la mosquée indique la date de sa construction qui remonte au temps de l'émir Ben Youcef ben Techfine en l'an 1081, c'est-à-dire 4 ans avant la naissance de Abdelmoumene ben Ali, le futur roi des Almohades, qui allait jouer un grand rôle dans l'histoire du Maghreb. Cet ouvrage, composé de plusieurs chapitres, parle également de l'histoire de la grande mosquée almoravide de Nedroma, considérée comme l'une des plus anciennes d'Algérie. Par ailleurs, un espace est réservé à l'historique du «Hammam El Bali almoravide» (vieux bain maure) situé en face de la grande mosquée, au sud-est de la place de la Tarbi'a. Ce bain maure, annexe de la grande mosquée, a été construit pour permettre aux fidèles d'effectuer leurs
ablutions. Même si la date de sa construction n'est pas connue, les chercheurs estiment qu'il fut érigé pendant la période almoravide entre 1095 et 1147.
Pour étayer leurs affirmations, ils évoquent le style architectural de l'édifice. Mais aucun document ne l'atteste cependant. D'autres thèmes ont été abordés,
notamment la période almohade, le palais du sultan almohade, ou la petite Casbah de la ville de Nedroma, la période Beni Abdelouad, les principaux édifices érigés par les Ziyanides à Nedroma, à l'image du minaret de la grande mosquée, en passant également par la période ottomane, jusqu'au mouvement soufi avec ses zaouïas, entre autres, celles des confréries Aïssaouia, Derkaouiya, Qadiriya, etc. L'ouvrage évoque également l'art musical, puisque Nedroma est connue pour sa musique et les compositions musicales qui lui sont propres. Chaque quartier de la ville abritait un lieu de loisirs qu'on appelait «Borj», qui, plus tard, prit le nom de «Masria», où les jeunes venaient se mêler aux anciens qui leur enseignaient la musique andalouse, les mélodies des différentes noubas et leur apprenaient à jouer de divers instruments. La chanson haouzie et le madih font partie également du répertoire des orchestres de la ville. A cela s'ajoute un passage sur la vie du cheikh et poète Mohammed Remaoun En'nedroumi, auteur de nombreux poèmes populaires (genre haouzi) qu'il chantait lors de mariages et à l'occasion de diverses festivités. Il jouait d'un instrument traditionnel appelé «el goumbri» et de la «kouitra», genre de cithare. Un autre chapitre du livre présente les métiers traditionnels exercés dans la ville de Nedroma, une ville fière de la richesse et de la diversité de son artisanat local qui a fait sa notoriété.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.