Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



39 ans après, Sonatrach s'impose comme une compagnie stratégique
Nationalisation, régime de partage de production et patriotisme économique
Publié dans La Tribune le 24 - 02 - 2010


Photo : Riad
Par Youcef Salami
Sonatrach d'il y a trente-neuf ans ne ressemble en rien, ou presque, à celle d'aujourd'hui. La législation pétrolière sous-tendant le secteur pétrolier, de même que le contexte économique dans lequel elle évolue actuellement ont changé. Le mode de gestion qu'elle a adopté aussi. Trente-neuf ans après la nationalisation des hydrocarbures, la compagnie pétrolière est passée du tout au tout. Elle fait du chiffre. Elle a réussi à s'allier à de prestigieux groupes pétroliers et gaziers dans le monde et avec lesquels elle négocie d'égal à égal. Elle s'est faite un nom au plan régional mais également à l'international ; elle s'est construite une bonne réputation. Seulement, cette notoriété aura été ébranlée suite à des passations douteuses de marchés, une affaire aux ramifications fâcheuses et qui fait actualité depuis quelques semaines. La compagnie nationale tiendra-elle bon ? Sonatrach, une compagnie au parcours sans histoire, sans faute ? Focus sur une entreprise pas comme les autres. La nationalisation des hydrocarbures, une des décisions les plus importantes que l'Algérie ait prises, avait mis la Sonatrach dans une nouvelle dynamique portée par des cadres algériens qui faisaient du mieux qu'ils pouvaient, l'objectif étant de développer l'entreprise. Et l'abnégation dont ils faisaient preuve va payer : en si peu de temps, la compagnie nationale des hydrocarbures a réalisé des activités diverses intégrant des segments allant de l'exploration à la distribution finale. Une restructuration plus large a été même engagée et qui a donné naissance à une bonne configuration industrielle : des entreprises de réalisation, de gestion de zones industrielles et de services ont ainsi vu le jour. Séparée de ses structures de forage et de services aux puits, Sonatrach va s'occuper de l'essentiel : les activités de base. L'entreprise a mis en route des projets en série : des raffineries, des réseaux de transport par canalisations, des usines de pétrochimie... Première raffinerie mise en fonction, c'était celle d'Arzew. C'était en 1972, soit une année après les nationalisations. Cette usine a été construite par l'entreprise nipponne JGC&C Itoh. Cette dernière est toujours présente en Algérie. Aujourd'hui, le pays est doté d'une constellation de raffineries implantées dans le Nord et dans le Sud du pays. Elles sont en train d'être réhabilitées selon un planning établi il y a trois à quatre ans. La raffinerie d'Alger, une des plus importantes du pays, le sera dans les mois à venir. Un contrat de rénovation sera, à cet effet, signé début mars entre Sonatrach et un opérateur étranger. Si le groupe Sonatrach est parvenu à avoir le poids qu'on lui reconnaît dans le paysage économique, c'est grâce à des investissements importants en forage et en installations de surface réalisés au cours des dernières années. A la nationalisation, les capacités de production pétrolière étaient faibles. Actuellement, elles tournent autour de
1,4 million de barils par jour. La production gazière, le groupe en fait également une priorité et il l'a fortement développée pendant la période post-nationalisation. Le gaz reste une source privilégiée d'énergie domestique et industrielle, une matière propre, une industrie d'exportation. Le gisement de gaz le plus important est celui de Hassi R'mel, découvert en 1956 et dont les réserves initiales prouvées sont estimées à 3 040 milliards de mètres cubes. Jusqu'en 2005, le secteur des hydrocarbures évoluait dans la formule partage de production, un régime adopté par nombre de pays pétroliers. Mais cela va changer, les autorités voulant ouvrir davantage le marché des hydrocarbures. S'il y a une loi qui a fait beaucoup de bruit et fait couler énormément d'encre, c'est la législation sur les hydrocarbures approuvée par l'Assemblée populaire nationale (APN) en 2005. Cette loi a tellement focalisé les débats et provoqué des levées de boucliers qu'elle a été gelée en 2003. Elle est passée au final, et sans tumulte, à l'Assemblée. Si elle préserve le droit inaliénable sur le sol, la première mouture de loi sur les hydrocarbures n'en remettait pas mois en cause certains avantages de Sonatrach. La compagnie nationale des hydrocarbures avait droit, dans le cadre de la première mouture de loi, à une proportion variant entre 20 et 30% de prises de participation dans les permis d'exploitation attribués aux compagnies pétrolières étrangères. Cette clause a été cependant rejetée par une ordonnance. C'est le patriotisme économique qui a prévalu et c'est la préférence nationale qui a finalement pris le dessus. Cette loi est le fait marquant ayant ponctué la phase post-nationalisation. Mise à l'épreuve, la nouvelle législation pétrolière n'a pas, pour l'instant du moins, attiré l'investissement étranger souhaité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.