La pandémie a fait plus de 1.182.000 décès dans le monde    Amendement/ constitution: plus de 24 millions d'électeurs appelés aux urnes ce dimanche    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Oum El Bouaghi: plus de 10.000 objets racontent la Guerre de libération au musée du moudjahid    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    Neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La filière tomate se dote d'un comité interprofessionnel
Pour faire face aux dysfonctionnements
Publié dans La Tribune le 27 - 06 - 2010

Longtemps plongée dans un inextricable écheveau, la filière tomate va–t-elle enfin connaître un meilleur sort ? Ce pourrait être le cas, suite à la réunion des professionnels de la filière qui s'est tenue jeudi dernier au siège du ministère de l'Agriculture et du Développement rural. Une réunion présidée par Rachid Benaïssa, ministre du secteur, avec pour ordre du jour la prochaine mise en place d'un comité interprofessionnel.
Un outil, qui selon le ministre, repris par l'APS, va servir à la modernisation de l'activité dans cette filière, laquelle a enregistré des volumes de récoltes appréciables notamment dans la tomate industrielle. Il est à noter que cette réunion a permis de faire le point sur le dispositif de développement de cette filière agricole mise en place en 2009. Cette dernière fait partie des dix filières agricoles stratégiques auxquelles les pouvoirs publics accordent un intérêt particulier en raison de leur contribution à la sécurité alimentaire du pays. Dans ce contexte, le développement et l'amélioration de la production dans cette filière s'imposent et c'est pourquoi ses différents maillons (producteurs, pépiniéristes, transformateurs, chambres d'agriculture, instituts techniques…) ont convenu de la nécessité d'installer un comité interprofessionnel. «Ces espaces interprofessionnels permettront aux différents maillons de trouver des compromis dans une logique de modernisation et d'amélioration du rendement et de la productivité», a souligné M. Benaïssa. Ce dernier a par ailleurs rappelé que la filière a donné des signes de croissance puisque le rendement à l'hectare est passé de 300 quintaux à 1 200 q en l'espace de trois ans dans certaines régions de l'est du pays d'où provient 80% de la production nationale. Selon les chiffres du ministère, la superficie consacrée à cette activité est passée de 32 000 ha en 2009 à plus de 38 000 ha en 2010, dont 18 000 ha consacrés à la tomate industrielle. En termes de production, celle de la tomate fraîche s'élevait à 450 000 tonnes en 2009 et elle sera nettement supérieure en 2010, avance un responsable du ministère. La production de tomate maraîchère est réalisée dans
8 wilayas du pays alors que la tomate destinée à la transformation est produite dans 17 wilayas, notamment dans l'Est. En 2009, la valeur de la production a été estimée à 12,9 milliards de dinars pour la tomate maraîchère et à 4 milliards pour la tomate industrielle, tandis que le nombre d'emplois s'élève à 100 000. Malgré ces résultats positifs, la filière est sujet à des dysfonctionnements, notamment celui du financement, de la menace de la «mineuse» de la tomate et de la persistance, parfois, de l'utilisation d'équipements archaïques. Mais l'entrave la plus pénalisante réside dans la fermeture de plusieurs unités de transformation. C'est pourquoi des professionnels ont demandé au ministre d'intervenir pour résoudre les dossiers concernant les unités en cessation d'activité. Elles sont, en effet, cinq à l'arrêt sur un nombre total de 17 unités que compte la filière. Celles qui fonctionnent produisent chacune 10 760 t/jour. Le ministre a tenu à faire savoir à l'adresse des professionnels que les dossiers de certains transformateurs ayant des contentieux avec les banques ont été transmis récemment au ministère des Finances pour les étudier au cas par cas : «Nous souhaitons trouver un compromis pour que ces unités de transformation, qui ont un rôle dans le développement de la filière, ne soient pas sacrifiées.» Il est utile de rappeler que les mesures de relance de la filière tomate, apportées par le programme quinquennal 2010-2014 dans son volet agricole, devraient permettre une offre plus importante de tomate maraîchère en misant sur le développement de la culture sous serre et une plus grande maîtrise technique.
Soulignons enfin que, de l'avis de certains agriculteurs impliqués dans la production de la tomate industrielle joints par téléphone, l'année 2010 sera meilleure. «Nous allons atteindre cette année 1,5 million de quintaux qui seront livrés à la transformation», nous a déclaré l'un d'entre eux. Reste à savoir si tout le volume transformé trouvera preneur devant la rude concurrence des importations et du circuit de l'informel.
Z. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.