FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier scrutin présidentiel libre et dans le calme
Il a été organisé dimanche en Guinée
Publié dans La Tribune le 29 - 06 - 2010

Les Guinéens ont participé massivement et dans la sérénité, dimanche dernier, à la première élection libre depuis l'indépendance en 1958. Après un demi-siècle de dictature, 4,2 millions de Guinéens étaient appelés dimanche à choisir leur Président parmi 24 candidats, tous des civils. Une première élection, disent-ils, où le résultat n'est pas connu à l'avance. Les résultats de ce scrutin, ne seront, cependant pas connus avant une semaine. La Commission électorale nationale indépendante (Céni), qui n'avait jamais organisé un tel scrutin, a conclu dans la soirée qu'aucun incident ne lui avait été signalé, ni à Conakry ni dans les régions. Les chefs des missions
d'observation électorale de la Cédéao, de l'Union européenne, de l'Union africaine et du Centre Carter ont salué «l'engagement des électeurs guinéens qui se sont rendus nombreux aux urnes pour déterminer dans la paix et la sérénité le futur» du pays. «En 50 ans, c'est la première fois que la Guinée va à des élections libres et transparentes», avait auparavant résumé l'ex-général Sékouba Konaté, président de la «transition» depuis six mois. L'officier s'est dit fier d'avoir tenu «parole», lui qui s'était engagé le 15 janvier à mener le pays vers une élection, sans qu'aucun militaire ni dirigeant sortant ne soit candidat.
Dans ce scrutin très ouvert, trois candidats sont donnés favoris : un opposant à tous les régimes depuis l'indépendance, Alpha Condé, ainsi que les anciens Premiers ministres Sidya Touré (1996-1999) et Cellou Dalein Diallo (2004-2006). Ce dernier a déclaré qu'il faudrait «respecter le choix des urnes, quel qu'il soit» et a jugé que l'élection se déroulait «dans la transparence souhaitée».
Les résultats provisoires ne devraient pas être connus avant mercredi et la proclamation des résultats définitifs est prévue dans les huit jours. Un second tour sera organisé le 18 juillet si aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue. Pendant la campagne, les Guinéens ont exprimé un immense appétit de justice sociale. Leur pays, premier exportateur mondial de bauxite, dispose de richesses minières considérables mais la moitié de sa population de 10 millions d'habitants vit encore en dessous du seuil de pauvreté. Le pays reste aussi traumatisé par le massacre du 28 septembre 2009, quand des militaires ont tué au moins 156 personnes et violé des dizaines de femmes, au cours d'un rassemblement politique de l'opposition. Depuis 1958, date de son indépendance, la Guinée ancienne colonie française, avait d'abord connu les 26 ans de règne du «Président à vie» Ahmed Sékou Touré (1958-1984). Puis Lansana Conté s'était imposé pour 24 années de régime militaire autoritaire (1984-2008). Enfin, à la mort de Conté, fin 2008, des officiers putschistes conduits par le capitaine Moussa Dadis Camara avaient promis de faire le bonheur du «bas peuple», avant d'enfoncer le pays dans le marasme et la désolation.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.