Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un scrutin imparfait, mais historique
ELECTION PRESIDENTIELLE EN GUINEE
Publié dans L'Expression le 27 - 06 - 2010

Cette élection, la première libre et plurielle depuis 1958, a lieu neuf mois après le massacre, par les forces de sécurité, d'au moins 156 opposants à la dictature militaire.
L'élection présidentielle «historique» que s'apprête à vivre, aujourd'hui, la Guinée ne sera sûrement pas parfaite, mais chacun s'attend à une participation massive des 4 millions d'électeurs, pour mettre un terme à un demi-siècle de dictatures, civiles puis militaires. A Conakry, des affiches présentent deux visages d'enfants, avec le slogan: «Votez pour eux, dans le calme et la sérénité». Le pays a découvert les débats électoraux passionnés et les manifestations de rue festives, en 40 jours d'une campagne relativement paisible, même si des violences politiques ont fait au moins un mort jeudi, à Coyah (50 km de Conakry). Après les 26 ans de règne (1958-1984) du «père de l'indépendance», Ahmed Sékou Touré, «président à vie» qui procéda à des purges sanglantes, puis les 24 années (1984-2008) de régime militaire du général Lansana Conté, le pays a de nouveau déchanté, en 2009: les jeunes officiers dirigés par le capitaine Moussa Dadis Camara, qui promettaient le bonheur du «bas peuple» et la lutte contre la «corruption généralisée», ont conduit le pays à la catastrophe. Ce scrutin a lieu neuf mois après le massacre, par les forces de sécurité, d'au moins 156 opposants à la dictature militaire. Cette fois, pourtant, les Guinéens veulent croire à la paix. Et le nouveau chef d'état-major de l'armée, le colonel Nouhou Thiam, dit lui-même que «la Guinée est face à son histoire». «Maintenant, c'est la démocratie: chacun est libre de choisir librement son candidat. Pas de règlement de comptes, pas de menace. Le président qui sera démocratiquement élu, l'armée se mettra à sa disposition», promet-il. Grande nouveauté à Conakry: les militaires vont d'ailleurs voter «en civil», et en dehors des casernes. Vingt-quatre civils se présentent pour cette première élection libre depuis l'indépendance de l'ex-colonie française en 1958. L'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, a fait forte impression à Conakry, en se faisant acclamer par une énorme foule de militants, jeudi. Mais l'ex-Premier ministre Sidya Touré compte également au nombre des favoris, de même que l'opposant de très longue date Alpha Condé. La commission électorale nationale indépendante (Céni), dont c'est le baptême du feu, a assuré vendredi que «tout était prêt» et que 3 965 observateurs, nationaux et internationaux, seraient déployés. Le vice président du parti du candidat Cellou Dalein Diallo, Oury Bah, a cependant relevé «beaucoup de difficultés» dans l'organisation du scrutin, liées notamment «au fait que des bureaux de vote sont éloignés des lieux de concentration des populations». Selon la Céni, près de 500.000 Guinéens n'ont pu obtenir de cartes d'électeur numérisées et voteront avec un récépissé. «Les conditions ne sont pas toutes réunies, mais la crise en Guinée est telle, le pays tellement paralysé, que tout le monde veut sortir de cette situation», explique Maurice Zogbelemou Togba, du parti de Sidya Touré. De sources diplomatiques occidentales, on dit qu'«une forte participation est attendue» pour cette «élection très importante sur le plan symbolique». «Ce ne sera sûrement pas parfait, des incidents sont prévisibles, mais le défi n'est pas tant le scrutin que l'après», selon les mêmes sources qui soulignent que «le danger peut venir de mouvement de soldats pas forcément contrôlables». Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lancé vendredi un appel à tous les Guinéens pour «la tenue d'élections pacifiques et crédibles». Les résultats provisoires de ce premier tour ne devraient pas être connus avant mercredi. La proclamation des résultats définitifs est prévue dans les huit jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.