La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Guinée sur le fil de l'épée
Les résultats du premier tour de la présidentielle sont contestés
Publié dans La Tribune le 06 - 07 - 2010

Le second tour de l'élection présidentielle en Guinée départagera un ancien gouvernant sous le régime du défunt général Conté, Cellou Dalein Diallo, et un opposant à tous les régimes depuis l'indépendance, Alpha Condé, qui préparent déjà alliance et offensives.
Voulant en finir avec les régimes militaires qui se sont succédé au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1958, plus de 3 millions de Guinéens avaient participé, le 27 juin, à la toute première élection libre et démocratique en Guinée. Le taux de participation a atteint 77% avec 39,72% des voix pour Cellou Dalein Diallo qui arrive largement en tête, devant Alpha Condé crédité de 20,67% des voix. Deux autres anciens Premiers ministres sous le régime du défunt général-président Conté (1984-2008) arrivent en 3ème et en 4ème position : le leader de l'Union des forces républicaines (UFR), Sidya Touré, avec 15,60% et celui du Parti de l'espoir et du développement national (PEDN), Lansana Kouyaté, avec 7,75%.
Cité parmi les grands favoris depuis le début de la campagne, Cellou Dalein Diallo, 58 ans, dirige l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le parti du charismatique opposant Mamadou Bâ décédé en 2009. Il bénéficie du soutien d'une grande partie de l'ethnie peule, une des plus importantes du pays.
Alpha Condé, 73 ans, dirigeant du Rassemblement pour le peuple de Guinée (RPG), d'ethnie malinké, a pour lui sa totale opposition à tous les régimes ayant dirigé la Guinée et qu'il a toujours refusé de cautionner.
«Mon souci, c'est de rassembler tous les Guinéens qui veulent le changement contre l'immobilisme et contre la gabegie […]. Tout le monde sait que mon adversaire est le symbole du régime qui a mis ce pays à genoux. Il a été onze ans dans le gouvernement, donc il symbolise tous les mauvais côtés du système Conté», a déclaré samedi Alpha Condé.
Concernant le scrutin, M. Condé a affirmé qu'il avait été marqué par «une fraude gigantesque» et des opérations de «sabotage» orchestrées par l'administration, notamment la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Pour appuyer ses doutes sur les mauvaises intentions de manipulation de la CENI, M. Condé a cité, à titre d'exemple, l'éloignement des bureaux de vote des électeurs en Haute-Guinée. La CENI avait bien accepté d'embarquer 150 urnes supplémentaires pour Kankan pour des bureaux de vote itinérants, conformément à la loi, mais, bien que les urnes aient été embarquées à Conakry, elles ne sont jamais arrivées à Kankan, affirmera le président du RPG qui précisera que le Premier ministre, Jean-Marie Doré, lui-même, lui avait confirmé que les urnes devaient partir pour la Haute-Guinée. Aussi le RPG, qui s'attendait à ce genre de manœuvres, a-t-il pris les devants en louant des camions pour transporter ses électeurs de leur domicile aux bureaux de vote souvent distants de 30 kilomètres. Autre argument avancé par le candidat du RPG, le fait que son parti a récolté zéro (0) voix dans la commune urbaine de Matoto où son parti est, selon lui, bien implanté.
Mais le professeur Alpha Condé n'est pas le seul candidat à dénoncer la fraude et le parti pris de l'administration.
Bien avant sa sortie, une coalition composée de dix-sept partis politiques avait déjà crié à la fraude. Ils avaient comme porte-parole le candidat de la Nouvelle Génération pour la République, Ibrahima Abe Sylla.
Paradoxalement, la CENI ne dément pas la fraude. Elle a même reconnu «beaucoup de cas de fraudes». Le président de la CENI, Ben Sékou Sylla, avait fait état de cas de fraude dans les villes de Faranah, Tougué et Siguiri. Mais il avait tenu à préciser que les coupables sont à la disposition de la Force spéciale de sécurisation du processus électoral (FOSSEPEL) et que tous les recours devraient être adressés à la Cour suprême qui est l'institution compétente en la matière.
Condé dispose d'un délai de huit jours pour contester les résultats devant la Cour suprême qui proclamera, selon la loi, les résultats définitifs vendredi prochain avant le second tour, prévu le 18 juillet.
Les 22 autres candidats pourraient en faire de même.
En attendant, 21 des 24 candidats s'accordent à dire qu'il y a manipulation des résultats de cette première élection que tous les Guinéens voulaient et espéraient libre, transparente et démocratique. Les contestations sont là et avec elles les craintes d'un retour de ces vieux réflexes qui ont fait le lit de l'autoritarisme en Guinée. Les exemples d'embrasements, d'affrontements, voire de guerres civiles éclatant suite à des élections contestées sont légion, en Afrique particulièrement. Aussi pouvoirs publics, chefs religieux et société civile ont-ils exhorté les populations à accepter les résultats sortis des urnes et invité les leaders politiques à sensibiliser leurs militants à la préservation de la paix civile. Il est vrai qu'il est préférable d'accepter une défaite ou de négocier une coalition plutôt que de plonger tout le pays dans un climat de violence, qui ne ferait que l'enfoncer davantage dans le sous-développement et l'incertitude.
H. G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.