Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La qualité des soins nécessite une amélioration à Aïn Defla
Malgré la réalisation de nouvelles polycliniques
Publié dans La Tribune le 28 - 07 - 2010


Photo : M. Hacène
De notre correspondant à Aïn Defla
Madani Azzeddine
Le secteur de la santé, qui a enregistré ces dernières années des réformes importantes visant à l'amélioration de la qualité de la prise en charge des malades ainsi que la généralisation de la couverture médicale à travers l'ensemble du territoire national, n'arrive toujours pas à atteindre ses objectifs. Beaucoup de patients continuent de se plaindre des conditions d'hospitalisation et de la prise en charge surtout dans les services d'urgences médicales, quand ils peuvent y accéder. Car, nombreux sont les communes et douars qui ne disposent pas d'infrastructures sanitaires ou, si elles existent, sont mal équipées et inopérantes.Selon des spécialistes, les réformes engagées n'ont vu que la réorganisation des différentes structures alors que la qualité des soins offerts est restée presque la même puisqu'il manque encore des soins spécialisés de haute qualité.Cette situation pousse de plus en plus les malades à se déplacer vers les praticiens privés au niveau de la wilaya de Aïn Defla ou ailleurs pour se faire soigner. Il est d'ailleurs souvent très difficile pour eux d'avoir un rendez-vous proche.Au niveau des structures sanitaires de cette wilaya, les services de gynécologie observent un déficit en encadrement. Il n'y a presque plus de spécialistes depuis le départ de la mission chinoise qui a laissé un vide que les responsables du secteur n'ont toujours pas comblé.Même le recrutement de nouveaux praticiens n'a pas réglé ce manque. Certains services ne disposent pas de remplaçants. Aussi, le départ d'un gynécologue en congé annuel équivaut-il à une fermeture pure et simple du service. De nombreuses patientes sont ainsi obligées de se déplacer vers les autres hôpitaux de cette wilaya où la permanence est assurée. Par ailleurs, on enregistre la dégradation de l'état de certains hôpitaux. La vétusté des bâtiments et la nature des matériaux, en l'absence d'entretien, ont eu raison de ces infrastructures. L'hôpital du chef-lieu de la wilaya de Aïn Defla dont un grande partie est construite en préfabriqué alors que le reste est une construction en dur semble loin de jouer son rôle, et les quelques travaux de réhabilitation n'ont pas amélioré son état. Les services des urgences qui observent régulièrement des travaux d'aménagement, changent parfois de look mais sans améliorer la qualité des soins offerts. D'ailleurs, depuis un certain temps, les malades qui viennent pour une consultation d'urgence doivent d'abord passer par les services de la polyclinique située dans la partie sud de la ville, qui établissent si les patients ont besoin d'une prise en charge urgente, auquel cas, ils l'orienterent vers les services d'urgence.
Toutefois, de nombreux citoyens se plaignent de ces changements et de cette organisation des services d'urgence. D'autant plus que la polyclinique manque de personnel, ce qui influe négativement sur son fonctionnement ainsi que sur la qualité des soins qu'elle offre.
S'agissant de la literie, un simple regard montre qu'elle est loin d'être un exemple de propreté. Tous les patients se plaignent du manque d'hygiène dans les hôpitaux et les cliniques. Quant à la stérilisation, qui devrait être la norme hospitalière, on n'ose même pas en parler. En somme, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la qualité des soins et de la prise en charge qui, en plus de l'équipement, nécessite une formation continue des médecins, des paramédicaux et de tout le personnel exerçant dans les milieux sanitaires.S'agissant de l'infrastructure, la wilaya de Aïn Defla a vu la réalisation de nouvelles structures sanitaires dont des salles de soins et des polycliniques au niveau des communes éloignées et ce pour assurer une bonne couverture sanitaire. Cependant, le manque de personnel médical continue d'influer considérablement sur leur fonctionnement et sur la qualité des soins offerts aux patients.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.