Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau souffle littéraire de l'Algérie profonde
Pays d'aucun mal du jeune auteur algérien El-Mahdi Acherchour
Publié dans La Tribune le 14 - 07 - 2011

C'est l'histoire d'un revenant d'un lointain exilé, dans son village natal Tasta-Guilef, sur la terre de ces ancêtres. Ce revenant on ne sait d'où s'appelle Moh-Ammar Ammar. Il est loin d'être un simple narrateur qui raconte une histoire «tragique et douloureuse», plusieurs fois millénaires, d'un village qu'il avait quitté depuis longtemps. «Me voila de retour chez moi, au village. (…), dit, d'emblée Moh-Ammar Ammar en arrivant devant la porte de sa maison, à la tombée de la nuit de la dernière journée hivernale. Il songe aux siens, à tous ces hommes qui «seraient déjà partis, dispersés, laissant derrière eux des vies nulles, hors saison». Comme un être qui délire, Moh-Ammar pense à tous ceux qu'il a connu et qui sont déjà morts, à ceux qui le seraient à son retour à Tasta-Guilef dans un an, le prochain printemps. Il se parle, réfléchi et médite devant l'«incessante irruption des milles chapitres qui pourraient être leur histoire libérée des entraves linéaires et millénaires, coupée d'accès de mille longs silences». Comme des fantômes qui surgissent d'outre-tombe, ces hommes, les siens évidemment, il entend leur voix, la voix de son grand-père lui intimer l'ordre d'avancer vers lui, une fois arrivé chez lui à la maison, «la plus grande, la plus belle et la plus ancienne au village». Cette maison était là, «avant ma naissance, avant la naissance de grand-père et de l'autre, le grand-père de l'autre, arrivé au village une ou deux saisons avant les autres Larabi», raconte Moh-Ammar, convaincu que cette demeure «sera toujours là» et qu'elle restera toujours la sienne, celle des ancêtres. Mais cet exilé est devant un village en ruine, une maison poussiéreuse, «une sorte de ruines géantes, si puantes» que le Malveillant, comme dirait son grand-père, avait «rasé (…), au-dedans comme en dehors, rasant au vol la moindre respiration, la moindre apparition». Enfant, Moh-Ammar, maintenant allongé dans son lit, fait un songe, un mauvais songe au milieu d'une nuit froide et très sombre, dit-il en maudissant son grand-père qui avait décidé d'appeler, comme lui, tous les enfants de son âge. Il pense soudainement à cet «inconnu» qu'il ne voit pas qui était comme les autres, dans les histoires racontées par ces Pieux les Ammar. «Il (l'inconnu) avait un nom, un nom glorieux, une figure impériale et un royaume d'histoires», se rappelle encore Moh-Ammar qui enchaîne anecdote sur anecdote pour parler du destin tragique des Ammar et du paradis qu'était Tasta-Guilef avant l'arrivée d'«une armée qu'on croyait amie» et qu'il pensait n'être là que pour deux ou trois saisons. Puis, il y a la voix d'une femme qui s'appelait Zelgoum, «l'immaculée, la dormeuse des sources noires, porteuse d'eau, travailleuse au mépris des hommes affamés de sa chair». Cette femme habitait une forêt déracinée de l'esprit des Ammar qui voulaient «voir (sa» nudité brûlante et imberbe». Mais là encore, c'était un songe, celui des Ammar, «fous, perdus, parlant dans la nuit noire, parlant à l'aube, à l'inconnu». Le printemps passe, laissant place aux chaleurs suffocantes l'été, puis aux pluies torrentielles de sombres nuits hivernales. Moh-Ammar, toujours allongé dans son lit, demeure immobile, pensif. Son grand-père habite son esprit, habite les moindres recoins de Tasta-Guilef, dans ce pays d'aucun mal, un pays qui n'est autre que cette Algérie, traversée par des siècles d'histoires, marquées par les guerres d'invasions vandale, byzantine, arabe, romaine, ottomane et française. Dans Pays d'aucun mal, paru aux Edition Aden (France), en 2008, El-Mahdi Acherchour nous fait remonter loin dans l'histoire ancienne de ce qui est devenu l'Algérie d'aujourd'hui. Usant de sa verve de poète, El-Mahdi Acherchour nous a offert un roman qui se lit et se relit d'une seule traite. Mais avant tout, il s'agit d'un texte qui réconcilie l'Algérie avec son histoire, un pays qui n'émerge pas du néant.
L. M.
El-Mahdi Acherchour
Natif de Béjaïa, en Kabylie, El-Mahdi Acherchour (38 ans) a su donner un nouveau souffle à la littérature algérienne avec une poésie et des romans à l'écriture à la fois incisive et pleine de tendresse. Avec Lui, le livre (roman, éditions Barzakh, 2005), Pays d'aucun mal (édition Aden, sélectionné du Prix Femina en 2010), ce jeune auteur qui vit depuis quelques années aux Pays-Bas a adopté une voie singulière : Ecrire de la poésie ne prose pour raconter de petites gens ordinaires, rendre compte avec un enchaînement d'anecdotes d'un passé aussi bien récent que lointain, et surtout pour exprimer sa profonde passion pour les siens, c'est-à-dire les hommes. L'écrivain a aussi publié des recueils de poésie dont on peut citer entre autres L'œil de l'égaré (Marsa Edition, 1997), Chemins des choses nocturnes (éditions Barzakh, 2003) et Hallaj à Alger (éditions El-Ikhtilef, 2005).
L. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.