Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika prône une nouvelle approche de la gouvernance économique au niveau mondial
12ème sommet de la francophonie au Québec
Publié dans La Tribune le 19 - 10 - 2008


Photo : APS
De notre envoyé spécial au Québec
Bachir-Cherif Hassen

Etrange sommet que ce 12ème sommet de la francophonie qui se termine aujourd'hui à Québec et qui peut sonner son glas au moment où à cor et à cri les membres de cette organisation l'ont fait coïncider avec le 40ème anniversaire de la fondation du Québec qui se veut le symbole de la francophonie de l'Amérique française.
L'exemple le plus probant est le fait que c'est d'abord le Canada qui accueille les chefs d'Etat et de gouvernement francophones, et que, dans ce domaine, Ottawa n'a rien cédé à Québec comme en témoigne l'application tatillonne de la loi canadienne sur les langues officielles dans l'organisation du sommet. Le site Internet bilingue (français, anglais) du sommet, lui, offre un exemple désolant alors même qu'il aurait été si important de le traduire aussi en arabe, en espagnol et en portugais.
Ce bilinguisme obtus, tellement «canadian», est d'ailleurs en contradiction flagrante avec le multilinguisme que défend la francophonie. Une francophonie dont on n'entend d'ailleurs à peu près jamais parler entre les sommets des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres, la raison étant que ceux-ci n'ont à peu près rien d'autre en commun que l'usage de la langue française. Le fossé entre les pays développés et ceux du tiers-monde est tel, par ailleurs, que peu d'actions concertées peuvent les souder. L'Afrique francophone est continuellement en demande auprès de la France, de la Belgique et du Canada dont les dirigeants doivent toujours avancer avec prudence pour les aides financières afin d'éviter les prédateurs au nom du partage de cette même langue. Maison mère de la francophonie mondiale, la France, sous l'impulsion de son président, Nicolas Sarkozy, tente maintenant de booster cette organisation en prônant la «nécessité de changement» afin de «bousculer les habitudes» et de permettre à cette institution, comme l'a souligné maintes fois Sarkozy ici à Québec -avant de rencontrer Bush- à cette institution de saisir «l'opportunité» de la crise financière mondiale pour proposer un nouveau modèle économique pour la planète.
C'est dans ce contexte où la crise financière est sur toutes les lèvres des chefs d'Etat et du gouvernement présents à ce douzième sommet que le président Abdelaziz Bouteflika a prononcé un discours très attendu et très suivi où la problématique économique a été longuement abordée, avec une large place à la crise financière mais aussi au spectre de la crise alimentaire, aux défis écologiques, à l'instabilité des prix des matières premières sans oublier de mettre en exergue la lutte contre le terrorisme.
Très subtilement, Abdelaziz Bouteflika a d'abord rappelé le statut de représentativité de l'Algérie au niveau de cette organisation comme pour repousser les offres de demandes pressantes pour une adhésion à part entière de son pays, en mettant en exergue «l'attachement de l'Algérie à son identité nationale arabe et amazighe», ce qui ne l'empêche pas d'éviter la politique de la chaise vide, puisque le président algérien a, pour mémoire, évoqué «tout le plaisir qu'il a à participer, après Beyrouth, capitale arabe, et Ouagadougou, capitale africaine, à ce sommet de Québec». Ce préalable -statut d'observateur- conforté afin d'évacuer toutes supputations à une adhésion officielle de l'Algérie à la francophonie, Abdelaziz Bouteflika, profitant de la tribune qui lui a été offerte en sa qualité d'invité spécial à se sommet du Québec brosse un tableau de l'expérience algérienne en matière de réformes politiques et économiques depuis l'avènement de son indépendance -pique aux tenants de la colonisation positive- en insistant sur «la démocratie, les droits de l'Homme et l'exercice des libertés fondamentales qui sont aujourd'hui des acquis auxquels le peuple algérien est plus qu'attaché […].»
Abordant la crise financière qui secoue le monde, objet de toutes les préoccupations au cours de ces assises, Bouteflika a appelé ses pairs à prendre des «décisions urgentes, voire une refonte du système économique et financier mondial […]» en prônant, avec fermeté, «la nécessité d'une nouvelle approche de la gouvernance économique au niveau mondial». En posant une condition sine qua non, à savoir que cette «gouvernance doit nécessairement être partagée dans le cadre des Nations unies, avec l'adhésion de tous les membres de la communauté internationale». Une manière on ne peut plus claire de répondre au président français Nicolas Sarkozy dont le one-man-show médiatique a agacé plus d'un ici au Québec, particulièrement par son autoritarisme et son égocentrisme à vouloir, coûte que coûte, organiser un sommet international fin novembre, dont il serait le chef de file –sous l'égide des Etats-Unis, pays pourtant déjà dépouillé de tout pouvoir réel face à la crise économique planétaire. A cet égard, Abdelaziz Bouteflika, un des pères fondateurs du Nepad, pivot incontournable des Non Alignés et de l'Union africaine, membre reconnu de la communauté internationale pour son expérience et sa sagesse, ne pouvait décidemment ne pas rappeler au fringant jeune président français «que les pays en développement doivent être pleinement associés à cette démarche nouvelle qui se retrouve dans la nécessaire réforme globale du système des Nations unies dans son contenu politique qu'économique. Et que les pays non alignés et l'Union africaine ont présenté à ce sujet des propositions constructives […]». Emanant d'un président qui a rappelé que «l'Algérie a été parmi les premiers pays africains à se soumettre au mécanisme de l'évolution par les pairs mis en place dans le cadre de l'Union africaine» et au moment où ce même pays dispose d'une aisance financière pour avoir su gérer d'une manière exemplaire sa dette, le conseil vaut son pesant d'or et ce, en pleine récession économique mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.