Covid-19: le bilan dépasse un million de morts dans le monde    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Real : Absence courte durée pour Toni Kroos    Naples : Revirement de situation pour Koulibaly ?    Arrestation d'un usurpateur de fonction de cadre auprès de la présidence de la République    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    48 directeurs d'annexes Ansej limogés    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    Visite du président du gouvernement espagnol    Trump exige un contrôle antidopage de Biden en vue de leur débat    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    La fille des Aurès    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    18 mois de prison pour Brahim Laâlami et un an pour les autres prévenus    Le soutien sans réserve du FLN    Les avocats maintiennent la pression    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'Algérie s'est acquittée de toutes ses dettes envers les hôpitaux français»
Ould Abbès l'a affirmé à partir d'Oran :
Publié dans La Tribune le 14 - 03 - 2012

«Toutes les créances détenues par des hôpitaux français sur la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) ont été réglées», c'est la déclaration officielle faite, avant-hier à partir d'Oran, par le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière. Ould Abbès s'est exprimé en réaction aux propos de la secrétaire d'Etat française chargée de la Santé, Mme Nora Berra, en visite en Algérie, lundi dernier. Elle avait indiqué, à ce propos, que des créances de 32 millions d'euros sont détenues par les hôpitaux français sur la Cnas. Des propos qui sont officiellement réfutés par le ministre de la Santé. Selon lui, «l'Algérie a réglé toutes les créances détenues par les hôpitaux français ayant pris en charge des malades algériens». Il a rappelé que «les services de la Cnas ont pris en charge tous les frais d'hospitalisation et de soins des patients algériens envoyés vers des hôpitaux français», précisant que «cette mesure de règlement des créances ne concernait que les patients dont les dossiers avaient été validés et retenus par la Commission nationale de prise en charge à l'étranger». Le ministre a, en revanche, reconnu «l'existence de quelques cas isolés de patients algériens ayant reçu des soins dans des hôpitaux français pendant leur séjour dans ce pays». Ould Abbès a fait part de l'installation récente d'une commission de travail bilatérale qui a pour mission d'étudier le dossier de la prise en charge des malades algériens en France et l'évaluation des actions menées à ce jour. De son côté, la Cnas avait affirmé, dans un communiqué rendu public, qu'«il n'existait aucune créance détenue sur elle par les hôpitaux français, mais seulement des factures de soins en litige, dont le montant est estimé au plus à 16 millions d'euros». Ainsi, est-il précisé, «les factures de soin en litige sont dues à l'absence de transmission par les hôpitaux français concernés de documents probants les justifiant comme étant à l'indicatif de la Cnas».La Caisse de la sécurité sociale rappelle, par ailleurs, que ce dossier est traité et suivi à l'échelle du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale pour la partie algérienne, et du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé pour la partie française. Un comité mixte constitué de représentants de la Cnas et de ceux des établissements de soins français devra se réunir, ces jours-ci à Alger, avec un ordre du jour consacré à ce dossier, a annoncé la Cnas, qui explique que la partie algérienne a confirmé, «par voie diplomatique», son accord concernant cette réunion. Pour rappel, le différend entre la Cnas et les hôpitaux français avait éclaté il y a quelques mois, suite à l'affaire dite du bébé Manil que la France avait refusé de prendre en charge sous prétexte de dettes impayées par la Cnas.
A.B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.