Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    4e Commission de l'ONU: le représentant du Pérou affirme le soutien de son pays à la décolonisation du Sahara occidental    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Réunion de la Commission régionale de l'OMT Pour l'Afrique: Hamadi en Tanzanie    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les activités avicoles ont diminué de 30 à 40% dans l'ouest du pays
La production nationale a chuté de 3 millions de poulets par mois
Publié dans La Tribune le 24 - 11 - 2008


Photo : Sahel
De notre correspondant à Oran
Mohamed Ouanezar
Pourquoi le poulet et les œufs coûtent-ils trop cher depuis quelques semaines ? Les consommateurs l'auront appris à leurs dépens, le poulet n'est plus à la portée des petites bourses.
Certains ont tenté d'expliciter cette flambée dans les prix des produits avicoles par l'approche de la fête de l'Aïd El Kebir, d'autres par les intempéries et autres causes. Mais la réponse nous vient de la bouche du président de l'Association nationale des aviculteurs, Mokrane Rezouane, qui a déclaré mercredi dernier sur les ondes de la Chaîne III que «cette flambée des prix du poulet et des œufs est due à la hausse des cours des aliments de bétail, notamment et aux multiples contraintes liées aux taxes et impôts». Cependant, les prix des aliments de bétail qui tournaient autour de 3 500 et 4 000 DA le quintal, il y a quelques mois, connaissent une baisse sensible et progressive. En effet, les cours se rétablissent progressivement autour de 2 800 DA le quintal de l'aliment de bétail.
Si paradoxal que cela puisse paraître, cette baisse dans les cours de l'aliment de bétail n'a pas été suivie d'une baisse dans les prix des poulets et des œufs. Selon le représentant des aviculteurs, «cette situation est due au fait que bon nombre d'aviculteurs ont fini par réformer leur cheptel de reproduction». Cela veut dire, comme c'est le cas dans la wilaya d'Oran et à l'échelle de toute la région de l'Oranie, que les coopératives des aviculteurs ne tournent plus à plein régime.
Selon des informations émanant de la direction de l'agriculture, les couvoirs d'avicultures d'Oran et à l'échelle de l'Ouest tournent à hauteur de 40% seulement de leur capacité. D'un autre côté, plusieurs petites coopératives ont baissé rideau à l'Ouest à cause de la hausse des prix de revient des poussins, de l'aliment de bétail et œufs à couver. Les taxes et autres contraintes liées à l'équipement et aux médicaments des volailles ont également concouru à cette situation désastreuse où le poulet a vraiment pris des ailes au
détriment des petites bourses. Il faut dire que le secteur reste dépendant à hauteur de 90% d'intrants avicoles qui sont importés de l'étranger, tels que les équipements, le matériel biologique, les produits vétérinaires et, enfin, l'aliment de bétail.
Selon des statistiques émanant d'experts algériens du secteur, «l'Algérie importe quelque 13 000 millions de poussins reproducteurs par an». Selon le président de l'ANFA, «à la suite de ces problèmes des prix de revient des aliments de bétail, la production nationale de poulets a chuté de 24 000 tonnes par mois à moins de 20 000 tonne. Soit une baisse de 3 millions de poulets par mois. La production nationale actuelle tourne autour de 13 millions de poulets par mois». Selon le représentant de cette association professionnelle, «l'Etat doit mettre en pratique des mesures urgentes et rapides en vue de venir en aide à la filière», notera-t-il. L'aide, selon ce dernier, doit s'axer sur «la suppression de la TVA sur les aliments de bétail, notamment les céréales, le soja et le maïs. Cela se répercutera, à coup sûr, sur les autres maillons de la chaîne. Aujourd'hui, nous continuons à payer les 17% de la TVA. Cela fait beaucoup pour un secteur stratégique qui a besoin d'être consolidé», a-t-il dit. Actuellement, le déséquilibre entre l'offre et la demande perdure malgré la baisse des coûts du quintal des aliments de bétail. Or, selon les statistiques de la FAO, «l'Algérien consomme aux environs de 6 kilogrammes de viandes blanches par an, pour une production annuelle nationale qui tourne autour de 342 000 tonnes», estime-t-on dans ce rapport. Ce faisant, la crise qui sévit dans le secteur risque d'influer négativement sur la stabilité du monde du travail où pas moins de 50 000 postes d'emploi seront menacés, explique-t-on encore. L'Algérie gagnerait à encourager l'implantation d'activités en relation avec l'industrie des équipements avicoles et autres produits biologiques. En attendant, les prix de ce produit de large consommation continuent de grimper au-delà de la barre des 320 DA le kilogramme, tandis que l'œuf a, lui aussi, connu la même frénésie puisqu'il est vendu à hauteur de 12 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.