Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Bouchareb tente de reprendre la main    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le festival «Cinémas du Sud» de Lyon prend le pouls du monde arabe
Ammar Khodja sera en compétition à la 13e édition
Publié dans La Tribune le 10 - 04 - 2013

La 13e édition du Festival du «Cinémas du Sud» de Lyon est prévu du 2 au 5 mai prochain mettant en compétition près d'une dizaine de longs métrages et des films documentaires, dont le film documentaire Demande à ton ombre de Lamine Ammar Khodja. Ce dernier sera en compétition avec des cinéastes venus de Tunisie, du Maroc, d'Egypte et de Syrie.
Les organisateurs soulignent que cette 13e édition, «est au cœur des questionnements et des vibrations que le monde arabe vit aujourd'hui. Parrainée par le cinéaste tunisien Nouri Bouzid (l'Homme de Cendres, Cannes 1986), qui présentera en avant-première son dernier film Millefeuille, quatre films sont des documentaires, genre de plus en plus pratiqué par les cinéastes après les espoirs populaires des soulèvements dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient».
Ainsi, dans une Tunisie confrontée à l'incertitude politique, en avant-première, «Millefeuille» de Nouri Bouzid aborde la menace qui pèse sur la liberté civique du Tunisien en général et de la femme, à noter aussi la projection de «Le Professeur de Mahmoud Ben Mahmoud, tourné quelques semaines seulement avant le 14 janvier 2011, où il réussit une chronique politique sur fond de batailles amoureuses et signe le renouveau du cinéma tunisien». C'est dans cet esprit qu'Amar Khodja sera en compétition avec «Demande à ton ombre» où il raconte son retour en Algérie après huit années passées en France. Le documentaire a participé à de nombreuses rencontres cinématographiques et a obtenu le Prix du «Premier film» en 2012 au Festival international du film documentaire de Marseille. Il avait confié à propos du film, dans une interview accordée à un média français que : «Ce film m'a fait prendre conscience que je ne retournerai pas tout de suite vivre à Alger (…) Je comprenais très bien le terrain et sa complexité sans jamais trouver ma place dans le jeu. Cette position ambiguë m'est apparue clairement un jour où j'étais à Alger (…) Je me suis dit que pour mes films j'allais faire la même chose. Recréer un espace pour me réapproprier cette ville et me réconcilier avec elle. Finalement, y vivre ou pas n'a pas tant d'importance. D'ailleurs, quand on me pose la question pour me demander si je suis retourné en France ou si je suis resté à Alger, je dis que j'habite mon imaginaire. C'est le privilège de la création.»
Le lancement du Festival sera marqué par la projection en ouverture, de L'Amante du Rif de la marocaine Narjiss Nejjar, réalisatrice de talent remarquée avec Les Yeux Secs en 2003 à la Quinzaine des Réalisateurs. Le film montre une histoire de femmes invisibles, vulnérables, malmenées par la vie et par les hommes. Au programme du festival, les organisateurs mettront en lumière les œuvres de quatre jeunes cinéastes, dont le premier long-métrage du réalisateur syrien Meyar Al Roumi, Round Trip, qui transmet une image contemporaine de la Syrie. Une histoire d'un voyage en train et d'une relation amoureuse entre deux individus. La Syrie sera également à l'honneur avec Hala Alabdalla, figure clef du cinéma syrien et porte-parole de toute une génération de cinéastes anonymes de la révolution, traite de la censure au Proche-Orient à travers le dessin satirique dans Comme si nous Attrapions un Cobra.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.