La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chakouri se confie au Buteur
Publié dans Le Buteur le 08 - 03 - 2010

«J'ai été obligé de jouer pour la France»
Mohamed Chakouri fait partie des joueurs susceptibles de renforcer les rangs de l'EN avant le Mondial. Le défenseur polyvalent du Royal Charleroi n'attend qu'un signe du sélectionneur national, Rabah Saâdane, pour venir rejoindre la sélection, un challenge qui lui tient à cœur. L'ex-capitaine de l'équipe de France espoirs nous raconte dans une longue discussion ses débuts de carrière, son parcours professionnel et même son expérience avec les Bleus, lequel il a eu le mérite de remporter l'Euro des U19, en compagnie de Djamel Abdoun. Il a abordera aussi le sujet de ses origines et sa vie de famille.
«J'ai commencé ma carrière comme avant-centre»
Le début de sa carrière était en 1997 avec le club de sa région, Arles. Mohamed Chakouri a commencé sa carrière à l'âge de 11 ans non pas comme défenseur, mais dans un poste en attaque, en l'occurrence avant-centre. «J'ai commencé ma carrière à l'âge de 11 ans à Arles, et je jouais comme avant-centre. Je marquais même des buts. C'est un poste qui me convenait à cet âge-là», nous confiera le joueur. Il est resté deux ans à Arles, c'est-à-dire jusqu'en 1999.
«J'ai été reconverti en défenseur à l'âge de 14 ans par Thierry Laurey»
Il rejoint ensuite le centre de formation de Montpellier où il est resté cinq ans au centre de formation de ce club, et quatre saisons chez les pros. A 14 ans, Chakouri fut reconverti en défenseur central et en même temps arrière droit, par son entraîneur de l'époque, Thierry Laurey. «Après être resté durant deux ans à Arles, il était temps pour moi de penser à mon avenir en intégrant un centre de formation, et c'est ainsi que j'ai rejoint le centre de formation de Montpellier. A l'âge de 14 ans, Thierry Laurey a décidé de me reconvertir en défenseur. Je ne vous cache pas que je n'ai pas eu de difficulté lorsque j'ai évolué pour la première fois dans ce poste. Je me sentais à l'aise. Thierry Laurey a remarqué mon bon rendement dans ce compartiment. Depuis ce jour-là, je suis devenu défenseur», déclarera Chakouri.
«Robert Nouzaret est le premier à m'avoir fait confiance à l'âge de 18 ans et il m'a fait jouer comme arrière gauche»
Son premier match avec les pros, c'était au cours de la saison 2004/2005 sous les couleurs de Montpellier face à l'ESTAC de Troyes. Ce match s'est joué à domicile, et le MHSC a perdu sur le score de quatre buts à trois. Néanmoins, ce jour-là, il a été incorporé dans un poste véritablement inhabituel pour lui, à savoir sur le flanc gauche de la défense, et comme par hasard, c'était sous la coupe de Robert Nouzaret, qui viendra une saison après travailler en Algérie au profit du Mouloudia d'Alger. Le joueur nous raconte : «Lors de mon premier match avec les pros, en 2004, je n'avais que dix-huit ans. Je ne vous cache pas que je ne m'attendais pas du tout à être titularisé, sachant surtout que c'était pour le compte de la première journée du championnat. Mais j'ai joué comme arrière gauche. Il y avait un de mes coéquipiers qui était blessé et M. Robert Nouzaret n'a pas hésité à me donner ma chance. Certes, c'était un peu inhabituel pour moi de jouer à gauche, mais je me suis bien débrouillé, j'ai d'ailleurs provoqué le penalty qui nous a permis de marquer notre troisième but. A la fin du match, Nouzaret m'a félicité. Et la preuve qu'il était satisfait de mon rendement, est ma titularisation 10 fois de suite après ce match. J'ai joué 5 fois comme arrière gauche et 5 fois comme arrière droit. C'est ainsi que j'ai signé un contrat pro en 2004, après 4 saisons avec le club de Montpellier.»
«J'ai été élu meilleur défenseur du tournoi de Toulon et j'ai été capitaine de cette équipe de France»
En 2007, le jeune Mohamed Chakouri se révèle à l'occasion du tournoi de Toulon. Au cours de cette compétition, Chakouri fut le capitaine de cette équipe de France. Il a été tout simplement la révélation de ce tournoi en décrochant même le trophée honorifique de meilleur défenseur de cette compétition. «J'ai pris part au tournoi de Toulon avec beaucoup d'ambitions parce que je voulais quitter Montpellier. Dans ma tête, je voulais connaître d'autres sensations car je n'avais plus rien à prouver à Montpellier. J'ai donc fourni de très belles prestations avec l'équipe de France espoirs, dont j'étais d'ailleurs le capitaine d'équipe. A la fin du tournoi, j'ai reçu la récompense du meilleur défenseur, malgré la présence de grandes équipes, comme l'Italie», précisera-t-il.
«L'Ajax, le PSV et Sochaux voulaient à tout prix m'enrôler, mais Montpellier avait exigé un bon pactole»
Cette compétition internationale de Toulon a révélé le joueur, mais elle lui a aussi permis d'être convoité par les plus grands clubs européens, notamment les deux grands ténors du football hollandais, en l'occurrence l'Ajax Amsterdam et le PSV Eindhoven. Ces deux clubs voulaient à tout prix l'enrôler, mais les responsables de Montpellier avaient exigé à ce moment-là un montant très élevé que les responsables des deux clubs hollandais n'ont pas accepté. Il y avait même Sochaux qui s'intéressait à lui. Il a fallu attendre la fin de la phase aller pour voir le joueur quitter Montpellier pour aller rejoindre une autre formation, le club belge Royal Charleroi SC, et c'était en janvier 2008 sous forme de prêt. «C'est le tournoi international de Toulon qui m'a révélé. Après avoir été élu meilleur défenseur de cette compétition, de grands clubs se sont mis à s'intéresser à mes services. Il y a tout d'abord l'Ajax Amsterdam, le PSV Eindhoven et Sochaux, mais le problème qui s'est posé, c'est que les responsables de Montpellier avaient exigé une importante contrepartie financière pour me libérer. Mais malgré cela, je suis resté décidé à quitter Montpellier. Je voulais évoluer encore, je n'avais plus rien à apprendre du côté de Montpellier. Ainsi, en janvier 2008, j'ai quitté mon club de Montpellier pour aller rejoindre l'équipe de Charleroi. Ce transfert a été conclu sous forme de prêt, mais il y avait une option d'achat. Un mois et demi après ma venue à Charleroi, les dirigeants du club belge ont levé l'option d'achat et ils ont voulu acheter mon contrat, parce que j'avais donné satisfaction et mes prestations étaient très encourageantes», ajoutera Chakouri.
«J'ai toujours voulu jouer pour l'Algérie depuis mon jeune âge, mais je ne pouvais pas le faire car les règlements ne me le permettaient pas»
Mohamed Chakouri s'est toujours intéressé à son pays natal, l'Algérie. Depuis son jeune âge, il suivait le football algérien. Il nous dira à ce propos : «J'ai toujours eu un attachement pour l'Algérie qui est mon pays natal. Je n'ai jamais nié une seule fois dans ma vie que je suis Algérien. Bien au contraire, je suis fier de mon algérianité. Même en étant dans les catégories jeunes de l'équipe de France, j'ai toujours souhaité porter le maillot national algérien, mais malheureusement, les règlements ne me le permettaient pas. Comme tout le monde le sait, on a apporté des changements au niveau de la FIFA dernièrement, ce qui a permis à Mourad Meghni, Hassan Yebda et même Djamel Abdoun, qui était avec moi en équipe de France des U19, de rejoindre l'Algérie. J'espère que je vais jouer moi aussi avec la sélection de mon pays.»
«Je ne pouvais pas refuser la convocation de l'équipe de France, sinon j'aurais été grillé»
Mohamed aborde ensuite le grand problème qui s'est posé à lui : le fait d'être convoqué en équipe de France alors qu'il voulait jouer pour l'Algérie. Il dira à ce sujet : «C'était très difficile pour moi de jouer pour la France alors que je voulais à tout prix rejoindre l'Algérie. Cependant, dès que j'ai reçu une première convocation en équipe de France, mon rêve de jouer pour l'Algérie s'est évaporé pour la simple raison qu'en France, on ne peut pas refuser une convocation de la sélection, même si en jeunes catégories. Je n'avais pas le choix, j'étais dans l'obligation d'honorer cette convocation, sinon, j'aurais été grillé. J'ai donc joué pour la France en compagnie de Djamel Abdoun, qui était un excellent joueur. On a disputé la phase finale de la Coupe d'Europe des nations des U19, où on a réussi à remporter le trophée sous la houlette de Jean Gallice.»
«J'ai rencontré M. Cavallià l'hôtel Mazafran en 2007 et c'était impossible
à ce moment-là»
Ils sont beaucoup d'Algériens à ne pas le savoir, Mohamed Chakouri a failli rejoindre l'équipe nationale algérienne en 2007, lorsqu'il y avait Jean-Michel Cavalli à la tête du staff technique. Le joueur nous raconte une certaine anecdote lorsqu'il a rencontré Cavalli à l'hôtel Mazafran de Zéralda : «Oui, j'étais sur le point de rejoindre la sélection algérienne en 2007. J'ai même rencontré M. Jean-Michel Cavalli en 2007 à l'hôtel Mazafran de Zéralda, où on a discuté ensemble. Seulement, je lui avais dit que ce n'était pas possible à cause des règlements de la FIFA. Je voulais à tout prix rejoindre la sélection, et en terminant ma discussion avec Cavalli, j'avais ressenti une grande déception de ne pas pouvoir jouer pour l'Algérie, mon pays natal.»
«J'ai découvert le public algérien à travers la chaîne Canal Algérie»
Ce joueur a un amour fou pour l'Algérie. Pour preuve, il ne rate aucun match de la sélection nationale. La dernière rencontre face à la Serbie a été suivie par le joueur en direct à travers la chaîne câblée Canal Algérie. Il était frustré par cette défaite, mais heureux de voir ce public en or au stade du 5-Juillet. «J'ai suivi le match Algérie-Serbie à travers la chaîne Canal Algérie. J'étais très déçu et même frustré par cette défaite car l'EN ne méritait pas de perdre, mais en même temps heureux de voir ce formidable public dans les gradins venu encourager son EN. Ça fait un grand honneur, même si je ne suis pas encore en sélection. C'est très motivant», dira l'ex-joueur de Montpellier.
«Chez moi, j'ai un maillot de l'Algérie avec le numéro 10»
Une preuve de son attachement envers l'Algérie, Mohamed a déjà un maillot de l'EN. Il raconte comment il a eu ce maillot : «Ce maillot, j'ai dû l'acheter dans mon quartier à Marseille, où il y a des gens qui vendent des maillots de l'Algérie. Bon, ce n'est pas l'officiel, mais il est très beau avec le numéro 10 de Rafik Saïfi, mais il n'y a pas de nom derrière. Je vous ai dit Saïfi parce que ce numéro est sa propriété. Je n'ai pas pu supporter le fait d'aimer l'Algérie et ne pas avoir son maillot.»
«Je suis originaire d'El Attaf et je supporte l'ASO Chlef»
Pour parler un peu de sa vie, Mohamed Chakouri est le fils aîné de la famille, et il a deux petits frères. Il nous parle un peu de sa vie privée : «Je suis l'aîné de la famille, et j'ai deux petits frères. Mes parents vivent à Marseille.» Concernant ses origines, il aborde le sujet sans le moindre problème : «Je suis originaire d'El Attaf. Moi, je suis né à Arles, y compris mes frères, mais mes parents sont tous les deux nés à Al Attaf, précisément à Béni Boudouane.» Spontanément, nous lui avons demandé si c'était l'ASO Chlef qui est son club préféré, le joueur répliqua : «D'où vous le savez ? Oui, je suis un supporter de l'ASO Chlef, mais cela ne veut pas dire que je n'aime pas les autres formations. Au contraire, je les aime toutes, et je les suis à travers la télévision seulement, mais j'ai un penchant pour l'ASO.»
«Mon frère Nadjib joue comme arrière gauche à Istres et Saïfi c'est son idole»
Mohamed nous parle aussi de son frère Nadjib qui joue dans l'équipe réserve de Istres FC. C'est un arrière gauche avec un bon gabarit, tout comme son frère Mohamed, bien qu'il soit né en 1992 : «Mon frère Nadjib est un excellent arrière gauche, il joue à Istres FC, et parfois il s'entraîne avec l'équipe pro. D'ailleurs, une fois, il m'a dit qu'il avait dîné près de Saïfi, qui demeure son idole, bien qu'il ne joue pas dans le même contexte que lui. Il a un bon gabarit, presque comme moi. Très souvent, il est avec l'effectif pro.»
---------------
Hadj Aïssa l'épate
S'il y a un joueur qui épate Chakouri en championnat d'Algérie, c'est bien le meneur de jeu de l'EN A' et de l'ESS, Lazhar Hadj Aïssa. A ce propos, il dira : «Je suis régulièrement le championnat d'Algérie, et je ne vous cache pas qu'il y a un grand joueur dans le championnat, il s'agit de Hadj Aïssa, il a d'énormes qualités.»
---------------
Le maillot de l'Algérie acheté à 20 euros
Le maillot que possède Mohamed ne lui a pas été offert par un joueur ou une autre personne, il a dû en effet débourser 20 euros pour en acheter un. «Ce maillot de l'Algérie, je l'ai acheté à 20 euros. Bon, ce n'est pas l'officiel, puisque je n'en ai pas trouvé, mais celui-là est mieux que rien», dira-t-il.Il compte se fiancer bientôt
nn Même s'il est encore jeune, Mohamed Chakouri ne compte pas rester célibataire pour longtemps. Il compte en effet se fiancer bientôt, mais la date n'est pas encore fixée. Il déclarera à ce sujet : «Bon, je suis célibataire, mais en quelque sorte je suis pris. Je compte me fiancer bientôt. Pour la date, je n'en sais rien.» Peut-être après le Mondial, qui peut le savoir.
---------------
Champion d'Europe des U19 avec les Llorris, Diaby, Digard, Kaboul et Gourcuff
Mohamed Chakouri a joué en équipe de France et remporté l'Euro 2005 des U19 avec des joueurs qui font les beaux jours actuellement de grands clubs, à l'image de Abou Diaby avec Arsenal, Kaboul avec Tottenham, Llorris avec l'OL et surtout Yohann Gourcuff, le meneur de jeu des Girondins de Bordeaux et qui est courtisé par tout le monde.
---------------
Le plus mauvais souvenir : la défaite face à Lyon (aux t.a.b.) en Coupe de Gambardella
Quant à son plus mauvais souvenir, c'était sous les couleurs de Montpellier en 2005 après sa défaite face à l'O Lyonnais en Coupe de Gambardella après la séance des tirs au but. Il ne veut même pas
s'en souvenir : «Ce fut frustrant. Je ne veux pas me souvenir de ce match face à Lyon en Coupe de Gambardella perdu par penaltys. Ce fut très difficile pour nous.»
---------------
Son plus beau souvenir : l'Euro 2005 avec Abdoun
Son plus beau souvenir, c'est la Coupe d'Europe des nations des moins de 19 ans remportée avec l'équipe de France en 2005. La finale mémorable à Belfast face aux Anglais et cette victoire de 3 à 1. Il racontera à ce sujet : «L'Euro 2005 est mon plus beau souvenir jusqu'à présent, depuis le début de ma carrière. Cette victoire de l'Euro en compagnie de Abdoun, qui était avec moi en équipe de France, et qui était un excellent joueur d'ailleurs, il portait le numéro 10.»
---------------
Il compte près de 40 sélections dans les différentes catégories des Bleus
Mohamed Chakouri possède déjà près de 40 sélections avec l'équipe de France dans les différentes catégories jeunes. Il précisera : «J'ai pas mal de sélections en équipe de France en jeune catégories. J'en ai environ une quarantaine. Ma première convocation, c'était en 2004 avec la catégorie des U19 avec laquelle j'ai remporté l'Euro 2005, et ensuite c'était en espoirs.»
---------------
Cette semaine, il va envoyer à Raouraoua le courrier qui contient les papiers nécessaires
Concernant le dossier de sa naturalisation, Mohamed Chakouri compte envoyer le dossier de sa naturalisation au président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua cette semaine. Etant donné qu'il a son passeport algérien, il reste seulement quelques documents pour qu'il soit en règle. «Le président de la fédération m'avait appelé pour me demander quelques documents pour ma naturalisation auprès de la FIFA. Je devrais lui envoyer les papiers nécessaires cette semaine par courrier pour qu'il puisse me qualifier», dira le joueur.
---------------
«Mes parents ne se sont jamais immiscés dans ma carrière»
A propos de sa carrière, Mohamed Chakouri nous fait savoir que ses parents ne se sont jamais immiscés dans sa carrière, contrairement à certains joueurs. «Mes parents ne se sont jamais immiscés dans ma carrière. Depuis mon jeune âge, je prenais des initiatives tout seul. Bon, cela ne veut pas dire qu'ils s'en foutaient, non. En quelque sorte, ils me suivaient de loin, et maintenant, je suis un professionnel ici en Belgique», conclut Chakouri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.