Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blida : Un savoir-faire et un milieu floristique propice au développement de l'apiculture
Publié dans Le Financier le 10 - 09 - 2012


Avec son capital de savoir faire humain et ses sites floristiques propices au développement de la filière apicole, la wilaya de Blida est bien placée pour prétendre au rang de leader national en matière de production mellifère. «L'avancée acquise par la région en apiculture est due à l'ancienneté et à la grande expérience de nombre d'apiculteurs locaux, qui ont exercé ce métier durant de longues années», estime, a cet égard, le président de l'Association des apiculteurs de Blida, M. Mohamed Hamzaoui. «C'est cette grande expérience qui leur a inspiré l'idée de la création d'une association visant à préserver ce métier et à enseigner aux jeunes générations les techniques et méthodes d'élevage», a t-il souligné. Selon ce responsable, un rôle majeure est dévolu à l'Association des apiculteurs de la wilaya, implantée à Chiffa , depuis une vingtaine d'années, en matière de formation des agriculteurs, notamment les jeunes universitaires porteurs de projets , qui bénéficient d'une formation pratique adaptée de plusieurs mois. Une moyenne de 250 apiculteurs, en majorité de jeunes universitaires, est formée annuellement par l'Association, indique, en outre, M Hamzaoui. Il a souligné que cette formation leur est prodiguée par des apiculteurs rodés, qui leur «dispensent des cours pratiques sur les abeilles, leurs caractéristiques, leur mode de vie, leur nourriture, mais surtout la meilleure façon d'obtenir le plus de miel possible». Le succès de ce mode de formation a été tel, que l‘association a introduit une requête auprès du ministère de tutelle pour l'aider à la prise en charge de la forte demande dont elle était l'objet. Cette demande a eu pour conséquence la désignation de l'Institut de formation agricole de Médéa pour l'hébergement et la restauration des jeunes en formation, auxquels des attestations de fin de stage reconnues sont également remises, a-t-il précisé. Près d'un millier d'apiculteurs, dont 200 professionnels vivant exclusivement de ce métier, sont recensés à Blida. Les données fournies par l'association font part d'une production de 10 kg par ruche chez les apiculteurs professionnels de Blida, contre 5 kg/ ruche chez les apiculteurs amateurs. La wilaya compte près de 40.000 ruches actuellement. Un goût des plus savoureux caractérise le miel de Blida qui, outre sa pureté, est doté de valeurs nutritionnelles et curatives indéniables. «Il (miel) est tellement sollicité, que la quantité mise en vente est vite épuisée au niveau du point de vente de l'Association», assure M.Hamzaoui. Ce goût à la saveur particulière lui est donné par la multitude de fleurs et végétaux butinés par les abeilles, qui ont une palette de choix exceptionnelle en la matière, grâce à la richesse et à la diversité floristiques de la région et des wilayas environnantes. Le type de miel ainsi obtenu est lié à la nature des fleurs butinées, à l'exemple de celles d'eucalyptus, d'agrumes, de thym, avec l'expérimentation ces 5 dernières du miel du jujubier, obtenu par une transhumance des ruches jusqu'à El Bayadh, a révélé cet apiculteur. M. Hamzaoui n'a pas manqué l'occasion pour dénoncer la vente de certains produits de «substitution au miel», selon son expression, tant locaux que d'importation, présentés en tant que «miel pur».Il a insisté, à ce propos, sur l'importance de ne pas faire d'amalgame entre le miel pur produit par les abeilles et le miel industriel, obtenu avec des ajouts de sucre et autre fructose. Aussi, a-t-il lancé un appel en direction des autorités concernées pour l'organisation du marché national du miel, parallèlement à la création d'une marque déposée pour chaque produit de cette filière, afin d'éviter au consommateur de tomber dans le piège de ces tricheurs, fort nombreux, et de «séparer le bon grain de l'ivraie».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.