Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    VFS Global reprend le traitement des demandes    Promesses d'une révolution décomplexée    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blida : Un savoir-faire et un milieu floristique propice au développement de l'apiculture
Publié dans Le Financier le 10 - 09 - 2012


Avec son capital de savoir faire humain et ses sites floristiques propices au développement de la filière apicole, la wilaya de Blida est bien placée pour prétendre au rang de leader national en matière de production mellifère. «L'avancée acquise par la région en apiculture est due à l'ancienneté et à la grande expérience de nombre d'apiculteurs locaux, qui ont exercé ce métier durant de longues années», estime, a cet égard, le président de l'Association des apiculteurs de Blida, M. Mohamed Hamzaoui. «C'est cette grande expérience qui leur a inspiré l'idée de la création d'une association visant à préserver ce métier et à enseigner aux jeunes générations les techniques et méthodes d'élevage», a t-il souligné. Selon ce responsable, un rôle majeure est dévolu à l'Association des apiculteurs de la wilaya, implantée à Chiffa , depuis une vingtaine d'années, en matière de formation des agriculteurs, notamment les jeunes universitaires porteurs de projets , qui bénéficient d'une formation pratique adaptée de plusieurs mois. Une moyenne de 250 apiculteurs, en majorité de jeunes universitaires, est formée annuellement par l'Association, indique, en outre, M Hamzaoui. Il a souligné que cette formation leur est prodiguée par des apiculteurs rodés, qui leur «dispensent des cours pratiques sur les abeilles, leurs caractéristiques, leur mode de vie, leur nourriture, mais surtout la meilleure façon d'obtenir le plus de miel possible». Le succès de ce mode de formation a été tel, que l‘association a introduit une requête auprès du ministère de tutelle pour l'aider à la prise en charge de la forte demande dont elle était l'objet. Cette demande a eu pour conséquence la désignation de l'Institut de formation agricole de Médéa pour l'hébergement et la restauration des jeunes en formation, auxquels des attestations de fin de stage reconnues sont également remises, a-t-il précisé. Près d'un millier d'apiculteurs, dont 200 professionnels vivant exclusivement de ce métier, sont recensés à Blida. Les données fournies par l'association font part d'une production de 10 kg par ruche chez les apiculteurs professionnels de Blida, contre 5 kg/ ruche chez les apiculteurs amateurs. La wilaya compte près de 40.000 ruches actuellement. Un goût des plus savoureux caractérise le miel de Blida qui, outre sa pureté, est doté de valeurs nutritionnelles et curatives indéniables. «Il (miel) est tellement sollicité, que la quantité mise en vente est vite épuisée au niveau du point de vente de l'Association», assure M.Hamzaoui. Ce goût à la saveur particulière lui est donné par la multitude de fleurs et végétaux butinés par les abeilles, qui ont une palette de choix exceptionnelle en la matière, grâce à la richesse et à la diversité floristiques de la région et des wilayas environnantes. Le type de miel ainsi obtenu est lié à la nature des fleurs butinées, à l'exemple de celles d'eucalyptus, d'agrumes, de thym, avec l'expérimentation ces 5 dernières du miel du jujubier, obtenu par une transhumance des ruches jusqu'à El Bayadh, a révélé cet apiculteur. M. Hamzaoui n'a pas manqué l'occasion pour dénoncer la vente de certains produits de «substitution au miel», selon son expression, tant locaux que d'importation, présentés en tant que «miel pur».Il a insisté, à ce propos, sur l'importance de ne pas faire d'amalgame entre le miel pur produit par les abeilles et le miel industriel, obtenu avec des ajouts de sucre et autre fructose. Aussi, a-t-il lancé un appel en direction des autorités concernées pour l'organisation du marché national du miel, parallèlement à la création d'une marque déposée pour chaque produit de cette filière, afin d'éviter au consommateur de tomber dans le piège de ces tricheurs, fort nombreux, et de «séparer le bon grain de l'ivraie».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.