Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il fait vivre au Maroc 2 millions de personnes : L'Arganier, une ressource de richesse inexploitée en Algérie
Publié dans Le Financier le 05 - 12 - 2009

Selon la professeure Zoubida Charouf, de la Faculté des Sciences de l'Université Mohamed V Agdal Rabat, l'Arganier fait vivre au Maroc 2 millions de personnes, dont la moitié en milieu rural, nécessitant dans ses différentes phases de production plus de 20 millions de journées de travail -parmi lesquelles 7,5 millions -sont fournies essentiellement par les femmes. Elles s'occupent du dénoyautage du fruit et de l'extraction de l'huile.
En Algérie, l'Arganier existe bel et bien. Personne, à part la Conservation des forêts et la direction des Services agricoles -DSA- de Tindouf, ne semble prêter attention à cette ressource de richesse pouvant générer des emplois durables pour les populations rurales du Sud et une entrée de devises non-négligeable.
Les arbres d'Argan couvrent une superficie de 400 ha sous forme endémique, répartis entre la latitude 29°et 31° Nord et 20 ha en plantation de génération au lieudit «El Touaref », situé au Nord-ouest de Tindouf. Ce dernier site est constitué d'une population à très faible densité (20 Arganiers à l'hectare) dispersée sur les berges de l'Oued. Les seuls services qui s'y intéressent, à savoir la Conservation des forêts et la DSA de Tindouf, n'ignorent pas l'impact économique et social que peut procurer le développement des productions adaptées aux zones naturelles par l'intensification des cultures, la valorisation et la conservation des ressources naturelles génératrices d'emplois durables et considèrent que l'Arganier se présente comme l'atout par excellence au développement des zones sahariennes et steppiques.
Ces mêmes services sollicitent une prise en charge par les pouvoirs publics pour la mise en valeur de cette ressource. L'enveloppe de 30 millions de dinars, allouée au secteur dans le cadre du programme de reboisement 2007-2008, a permis la réalisation de plusieurs projets de plantation pour la préservation de l'espèce. C'est ainsi que 20 ha ont été plantés et des forages et bassins de retenue d'eau ont été réalisés le long de l'Oued El Ma. Cedernier longe une superficie de 300 ha.
Qu'est-ce que l'Arganier ?
L'Arganier pourrait bien se planter au Nord de l'Algérie, car on rencontre au Maroc des colonies de cette espèce près de Rabat, plus exactement dans la région de Khémisset et très au Nord de la côte méditerranéenne dans les terrains de parcours des tribus de Béni Snassen. L'Arganier, de son nom scientifique Argania spinosa, est un arbre qui pousse en zone très aride depuis 80 millions d'années dans le Sud-ouest marocain et dans la Hamada de Tindouf en territoire Algérien. En 1515, El Hassan Ben Mohammed El Wazzani el Zegyati, connu sous l'appellation de Jean Léon l'Africain, parle des arbres épineux des Haha (habitants du Sous) qui produisent un fruit appelé « argane » duquel on extrait une huile servant pour l'alimentation et l'éclairage.
Le principal intérêt que présente l'Arganier, aujourd'hui, c'est l'huile extraite de son fruit et qui est exportée vers l'Europe, où les laboratoires de produits cosmétiques l'acquièrent au prix d'or. Comme le palmier, l'arganier est un arbre aux usages multiples. Son bois est utilisé comme combustible et comme matériau de menuiserie. Ses feuilles et la pulpe de ses fruits servent à l'alimentation des élevages camelins et caprins. Le tourteau constitué par les résidus lors de l'extraction de l'huile est utilisé pour l'engraissement des bovins. Le fruit de l'Arganier, de la grosseur d'une noix, est formé d'un péricarpe charnu qui couvre le noyau très dur. Sa récolte s'effectue entre juin et août lorsque les fruits mûrs commencent à tomber. L'huile extraite du fruit est comestible et de goût agréable. Elle est utilisée pour des soins de la peau, de la chevelure et comme soin pour les rhumatismes et les maladies du cœur.
L'extraction de l'huile d'Argan, ne nécessitant aucune qualification, est à la portée des femmes vivant en milieu rural et peut constituer une source de revenus non-négligeable. Au Maroc, le plus souvent des femmes, veuves ou répudiées, groupées au sein de coopératives, s'occupent du dénoyautage et de l'extraction de l'huile et assurent leur subsistance en toute dignité. Il suffit de poser le noyau sur une pierre plate et le casser à l'aide d'une autre pierre ronde comme au temps du néolithique. L'extraction de l'huile se fait au moyen de meules de terre glaise pareilles à celles qu'utilisent les gens de la campagne pour moudre le blé, sauf qu'à l'extrémité de la meule inférieure- un petit bec assurant le ruissellement- a été spécialement aménagé. Notons enfin que pour produire 1 litre d'huile d'Argan, il faut en moyenne 100kg de fruits frais provenant de la production saisonnière de 7 à 8 arbres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.