Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Blida en bref    24 heures    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    Isolation thermique des bâtiments: La solution «Airium» de LafargeHolcim validée    L'opposition piégée ?    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    MC Oran - Réunion demain avec Hyproc: Est-ce la fin du suspense ?    JS Kabylie 21: L'équilibre enfin retrouvé    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Un taux de plus de 56% selon l'Intersyndicale: Suivi mitigé de la grève dans l'Education    Un phénomène inquiétant selon le conseil de l'ordre: L'exode des médecins algériens vers l'étranger s'accélère    Notre photographe Benhalima porté disparu en mer    Le rêve et la chaloupe    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    L'économie administrée est en échec    Coupe d'Algérie (8es de finale) : ESS-USMA et NAHD-MCA éclipsent tout    Le TP Mazembe se souviendra du pont suspendu de Constantine    Qualification méritée pour les «Sang et Or»    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    Ouverture des travaux des Assises nationales du tourisme à Alger : Tout pour valoriser l'image de l'Algérie    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    Y a-t-il un lien avec l'affaire el-Bouchi ?    Un instituteur devant la justice à Sétif    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    «L'Algérie signifie clairement qu'elle se construit dans la démocratie»    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Un assortiment de poèmes déclamés en ouverture de la manifestation    ACCORD MAROC-UE: Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    La démarche prudente de Ali Benflis    L'épopée d'un roi bâtisseur    Plusieurs réserves levées    Création prochaine d'un orchestre amazigh    Fatima Rachedi lauréate du concours national    "Nous avons d'autres hémorragies, comme la fuite des cerveaux"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le désert menace 20 millions d'hectares : Le barrage vert bientôt réhabilité
Publié dans Le Financier le 09 - 12 - 2009

Pour freiner l'avancée du désert, qui menace 20 millions d'hectares, l'Algérie veut réhabiliter son barrage vert -abandonné faute de moyens- depuis le début des années 80. Une opération pour la réhabilitation du barrage vert sera entamée bientôt, a annoncé hier sur les ondes de la chaîne III Abdelmalek Titah, directeur général des forêts au ministère de l'Agriculture et du Développement rural. «Nous avons lancé une étude sur l'état de lieux précis du barrage vert.
Nous allons intervenir pour mieux réhabiliter ce barrage», affirme le même responsable. Le projet du barrage vert, dont la réalisation a été confiée, durant les années 70, aux appelés du service national, souffre actuellement des coupes illicites du bois, le dépérissement des pins d'Alep et le pacage illicite. Depuis la concession du projet à l'administration des forêts, qui a officiellement repris le chantier dans les années 90, le projet a pris du recul à cause du manque de moyens. La DGF ambitionne de lancer, en parallèle à cette opération de réhabilitation du barrage vert, un programme de 12.000 projets intégrés à l'horizon 2014 pour la lutte contre la désertification. 2.000 projets sont en cours d'exécution dans une trentaine de wilayas du pays. Il y aura aussi un programme pour la réhabilitation des espèces endémiques des régions steppiques et désertiques, comme l'Arganier et le Cyprès. Autre annonce faite par le DG des forêts est la finalisation en janvier 2010 par le Centre des techniques spatiales d'Arzew (CTS) de l'actualisation de la carte nationale de sensibilité à la désertification par utilisation de l'imagerie satellitaire. Un contrat avait été signé en juin 2008 entre le CTS et la Direction Générale des Forêts pour l'Actualisation et l'extension de la carte nationale de sensibilité à la désertification par l'utilisation des données satellitaires implémentées dans un environnement SIG, rappelle-t-on. La carte va autoriser de mettre à jour les connaissances et informations du milieu naturel (occupation du sol, pédologie, climat et géomorphologie…), permettant une meilleure compréhension du processus de désertification en Algérie.
L'étude concerne treize wilayas dans les régions Ouest, Centre et Est. La région centre constituée des wilayas de Djelfa, Tiaret, Laghouat et M'sila ; la région Est des wilayas de Batna, Khenchela, Biskra, Tébessa et la région Ouest des wilayas de Naâma, d'Ain Sefra, d'El- Bayadh, de Saida et de Tlemcen. La carte nationale de sensibilité à la désertification s'appuie sur les techniques de la télédétection, du positionnement par satellite et les systèmes d'informations géographiques. L'approche méthodologique s'articule autour de la combinaison des indicateurs de la désertification et prend en compte les variations sur les plans pédopaysagique, de l'utilisation du sol et de l'état de la végétation naturelle.
Cette carte de sensibilité à la désertification avec les différentes classes allant de désertifiée, très sensible, sensible, moyennement sensible et peu ou pas sensible permettra la surveillance de l'écosystème steppique et la perception des changements agro écologiques, en fonction de l'utilisation du sol et constituera une référence pour toutes les études futures. Questionné sur le programme de reboisement, Abdelmalek Titah déclare qu'un (1) million d'hectares a été reboisé en Algérie depuis l'indépendance dont près de la moitié ces treize dernières années. Cependant, ces efforts restent insignifiants par rapport à l'ampleur du déboisement en Algérie. Le parc forestier, avec 4,6 hectares, représente seulement 3% de la superficie du territoire national. Autre risque pour le pays est que 20 millions d'hectares sont menacés par la désertification dans les zones steppiques et 12 millions autres par l'érosion hydrique.
La DGF a tracé un plan pour la reforestation de 100.000 hectares annuellement. Mais, à ce rythme, il est quasiment impossible de limiter l'avancée du désert en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.