2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casbah d'Alger Les artisans résistent au temps
Publié dans Le Financier le 07 - 08 - 2013

Alors qu'ils faisaient autrefois la réputation de l'antique Casbah, les artisans traditionnels n'en finissent pas de voir leur nombre se rétrécir comme une peau de chagrin au fil des ans pour diverses raisons, au point de n'être plus aujourd'hui qu'une poignée à braver le diktat du temps pour préserver un pan important du patrimoine culturel algérien. Ils seraient à peine plus d'une dizaine ces «gardiens» du temple de l'artisanat traditionnel dans la vieille médina, mais ne sont prêts «pour rien au monde» à abandonner ce patrimoine qu'ils préservent aussi affectueusement depuis des décennies et qu'ils ont hérités de leurs aînés. Les aléas du temps et les diverses transformations qu'a connues l'ancienne médina ont fait disparaître, un à un, ces lieux d'un héritage ancestral et d'un savoir-faire jalousement façonnés et fignolés au fil des générations. Du temps glorieux qui faisait la réputation de la dinanderie algéroise de la Casbah, ne subsiste qu'une seule boutique fièrement tenue par Ben Mira El-Hachemi, plusieurs fois distingué pour «l'authenticité» et «l'innovation» qui caractérisent ses produits. Perpétuant un héritage familial, ce septuagénaire déplore les contraintes qui ont ralenti cette activité, notamment la rareté de la matière première justifiant des prix aussi exorbitants que dissuasifs. Contraints et résignés, les dinandiers se contentent souvent de recycler des objets déjà conçus ou de travailler sur des chutes de cuivre, ce qui réduit considérablement la quantité produite, regrette ce même interlocuteur qui s'inquiète du devenir de cet artisanat. Ayant déjà formé quelques jeunes passionnés de dinanderie, El-Hachemi aurait aimé «poursuivre l'apprentissage» de son savoir-faire afin de le «préserver» de la disparition, d'autant qu'aucun de ses enfants n'est prédisposé à hériter du label familial. Néanmoins, regrette-t-il, la loi implacable du marché freine cette ambition d'autant plus nourrie par un sentiment de «révolte» quant à la «nonchalance» institutionnelle qui pénalise les artisans. A l'instar d'El-Hachemi pour la dinanderie, Mahiout Khaled est «le dernier des Mohicans» en menuiserie d'art, jadis plus prospère dans la Casbah et dont il est le seul à porter aujourd'hui l'authentique empreinte. Le local renferme, tel un musée, des souvenirs précieux liés à ce métier, qui lui ont été légués par un des doyens de cet art, Tchoubane Abdelkader, décédé il y a 5 mois. Si cet artisan tire plutôt son épingle du jeu, c'est grâce essentiellement à la convention qui le lie au ministère de la Culture pour les besoins de restauration et décoration, mais déplore l'absence de relève, y compris concernant ses enfants, afin de sauver ce patrimoine de la totale éclipse. Seule échoppe traditionnelle du genre à «survivre» encore, la boulangerie Slimani continue d'attirer une clientèle qui apprécie encore les fournées de pain chaud cuit au gaz et si particulièrement embaumé. Ayant racheté le local datant de 1948 et appartenant à l'origine à un pied-noir juif, le père de Slimani Youcef a entretenu ce qui représente son gagne-pain jusqu'au moment où celui-ci fut pris en main par un de ses frères et son fils Youcef. A 63 ans, il continue à se lever à 3h00 du matin pour préparer une quantité impressionnante de pâte moyennant les même outils traditionnels d'il y a plus d'un demi-siècle avec au bout du parcours quotidien, la satisfaction d'avoir apporté du «plaisir» à ses clients. A quelques kilomètres de là, rue Abderrahmane Arbadji, Khelifaoui Abderrzak dit «Aami Mustapha» perpétue l'art de la torréfaction légué de ses aînés au grand bonheur d'une clientèle férue du stimulant arôme. Un autre «survivant» en la matière.
Des métiers à jamais perdus...
Il y a quelques années, la rue Ben Acher dans la Basse Casbah était réputée pour les épices dans lesquelles se sont spécialisés des commerçants, à l'instar d'autres venelles dédiées, chacune d'elle, à des activités traditionnelles spécifiques. Aujourd'hui, seule une famille y tient ce commerce qui «ne nourrit pas tellement», affirme l'un des fils commerçants, Zinou M. qui avoue que s'il avait «le choix», il aurait choisi une activité plus «rentable» et beaucoup moins «aléatoire». Ses clients sont en majorité des habitués issus du voisinage mais ils sont loin d'être aussi nombreux qu'avant, des dizaines de familles ayant quitté le quartier, pense savoir Zinou. Et de se remémorer avec nostalgie la «belle époque» où le quartier foisonnait de restaurants qu'il approvisionnait en épices, si bien qu'il pouvait gagner amplement sa journée «avant même que la matinée ne fût terminée». C'est dire qu'il suffit de peu pour que des métiers disparaissent encore du paysage de la légendaire médina et du quotidien de ses habitants, comme ce fut le cas pour le tissage, la tannerie et la forgeronnerie. Idem pour le métier des hayakkines, confectionneurs du «haïk», cet habit si typique d'El-Mahroussa et plus précisément de la Casbah et dont les usagères relèvent aujourd'hui de la «curiosité». Une note d'optimisme cependant pour atténuer ce morne constat: le retour progressif des touristes étrangers vers la Casbah, constaté ces dernières années, comme l'atteste un couple français arrivé à Alger par bateau.
Faisant fi de la chaleur et des contraintes du jeûne dont ils ne sont pas concernés, ces nostalgiques de la Casbah des années 70 ont revisité leurs souvenirs à travers les dédales de la cité à la recherche des senteurs, et de l'ambiance d'antan. Du moins ce qui en reste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.