Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réflexion autour de l'avenir du continent
Deuxième édition du festival panafricain d'Alger
Publié dans Le Maghreb le 20 - 10 - 2008


Quarante ans après le premier festival panafricain d'Alger, nos responsables ont décidé de refaire l'expérience de ce rendez-vous qui s'est tenu en 1969, dans un contexte très particulier. Contexte particulier parce qu'à cette époque, les contrées africaines sortaient une à une des longues nuits coloniales. Après tout était à faire.C'était à Alger que devait se réunir responsables politiques, artistes, littéraires intellectuelles africains, pour voir et décider ensemble de l'avenir du continent. De ce rendez-vous historique dont l'orientation était à la fois culturelle et politique, est sorti un long métrage documentaire largement méconnu de William Klein. Tourné en juillet 1969 au plus près des artistes et des troupes d'un festival resté dans les annales, le film se nourrit d'archives des luttes d'indépendance et d'entretiens avec des représentants de mouvements de libération (MPLA, PAIGC, Frelimo, ANC), mais aussi d'écrivains et d'essayistes africains ou caribéens comme le poète haïtien René Depestre ou le linguiste sénégalais Pathé Diagne. Le festival panafricain de 69 donnait à voir un impressionnant public d'hommes, de femmes et d'enfants curieux et enjoués, se termine par une séquence flamboyante avec Myriam Makeba, suivie par une improvisation du sextet d'Archie Shepp gagné par la fièvre de percussions et de ghaïtas d'un ensemble de musiciens algériens. Le second festival panafricain d'Alger qui est prévu entre le 15 et le 21 juillet 2009 se passera dans un tout autre contexte. La rencontre qui sera grandiose concerne en premier lieu le continent africain à la recherche de son identité dans un monde unipolaire de plus en plus tourné vers la mondialisation. L'Afrique doit s'agripper à la machine du monde et s'en donner les moyens si toutefois elle refuse de ne pas rester en arrière. C'est de la façon dont l'avenir du continent sera regardé ensemble qu'il s'agira lors de cette seconde édition qui sera présidée par le Chef du gouvernement lui-même, Ahmed Ouyahia. C'est dire tout le caractère politique, économique et culturel que revêt d'ores et déjà cette manifestation où il y aura fort à faire pour convaincre de se mettre sur le même fil d'idées et pour ne pas faillir à la vitesse des autres continents. D'ailleurs, une table ronde sur les institutions culturelles en Afrique s'est tenue à Alger, pour ouvrir les premiers débats sur l'organisation de ce festival. La ministre de la Culture, Khalida Toumi avait lancé l'idée de la création d'un musée et d'une institution pour la culture en Afrique, estimant que "le festival panafricain de juillet prochain devrait marquer un renouveau de la création culturelle dans le continent." En outre, la ministre a ajouté que le Comité national chargé de l'organisation de ce festival coïncidera avec la date symbolique du 05 juillet, fête nationale de l'Indépendance et de la Jeunesse. Pour sa part, la présidente de la table ronde, Bience Gawanas, de l'Union africaine, a mis l'accent sur la "collaboration entre les institutions et la société civile, notamment les organisations non gouvernementales qui prendront part au festival".Bien sure que cette rencontre fera découvrir au public le gros des créations artistiques et littéraire puisque le programme qui y prévu sera fait d'animations de troupes folkloriques, un panorama du cinéma africain, des conférences, colloques et séminaires ainsi qu'un salon du livre et des expositions. Un rendez vous qui veut rapprocher les contrées africaines en ouvrant les portes des partages des cultures.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.