Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Covid-19: au moins 2 570 291 morts dans le monde    Saisie de plus d'un quintal de cannabis    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    L'ambassade de France s'explique    "Les élections ne sont pas une priorité"    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    L'Algérie tend la main à sa diaspora    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    La mafia du foncier dénoncée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'écrivain Amar Lakhous, lauréat
Prix de l'association des libraires algériens (ASILIA) 2008
Publié dans Le Maghreb le 06 - 11 - 2008


Deux jours avant la clôture -hier-, de la 13ème édition du Salon international du livre d'Alger, le traditionnel prix des libraires (prix Asilia) a été remis à un écrivain tout de même peu connu, Amar Lakhous pour son roman " Choc des civilisations pour un ascenseur ". L'écrivain, un jeune de 36 ans vivant depuis quelques années à Rome et ayant exercé comme journaliste à la radio algérienne, a témoigné toute sa gratitude en "recevant ce prix pour ce roman qui a ses racines dans le patrimoine algérien." Accompagné de sa maman extrêmement enjouée, le jeune auteur a voulu dédier ce trophée à sa famille et surtout à sa mère.Publié en 2003 par l'association, "El ikhtilaf" sous le titre "Kaïfa tardaâ eddib doun en tou'âd " (Comment téter la louve sans se faire mordre) puis réécrit en langue italienne sous l'intitulé " Scontro di civiltà per un ascensore a Piazza Vittorio ", ce livre vient d'être réédité par les éditions algériennes " Barzakh " qui ont acheté les droits d'auteur auprès de l'éditeur français "Act Sud". L'ouvrage, ponctué de proverbes et d'expressions algériennes, a été également traduit et publié par l'éditeur français " Act Sud " sous le titre "Choc des civilisations pour un ascenseur ". "Scontro di civiltà per un acensore a Piazza Vittorio ", récompensé par le prix littéraire " Flaiano ", l'une des plus prestigieuses distinctions italiennes, vient d'être, également, traduit en américain et publié par " Europa Editions " et sera prochainement traduit et édité par un éditeur hollandais et en avril 2009 par un éditeur allemand. Ancienne journaliste à la radio nationale, Amar Lakhous, a travaillé aussi à l'agence de presse italienne " ADNKRONOS " de 2003 à 2006 avant de se consacrer entièrement à l'écriture. " Choc des civilisations pour un ascenseur ", n'est pas le premier ouvrage de l'écrivain qui a signé auparavant d'autres romans notamment, " El Baq wal foursane " (Les punaises et les cavaliers) publié en 1999 en langue arabe aux éditions " Arlem " de Rome (Italie). Instauré il y a six années par l'association des libraires, le prix Asilia qui a plus une valeur symbolique que matérielle, (10 millions de centimes), récompense chaque année à l'occasion du salon international du livre, un écrivain littéraire ayant marqué par son œuvre le champ littéraire algérien. Ce prix a été instauré suite au vide criard existant chez nous en matière de trophée récompensant des efforts littéraires ou une création textuelle pouvant passer sous silence, malgré sa valeur morale ou esthétique. D'ailleurs, ce n'est que cette année que le comité d'organisation du salon international du livre a décidé de créer sept prix récompensant des ouvrages algériens écrits en français, arabe ou amazigh. Contrairement aux prix du comité d'organisation qui doivent impérativement aller pour des ouvrages d'algériens ayant édité dans une quelconque maison algérienne, Asilia récompense plutôt une aventure ou une carrière littéraire avérée. Ça n'a pas réellement une portée encourageante mais simplement une reconnaissance à l'égard de ceux qui se sont longtemps consacrés à l'écriture et ceux qui sont connus et reconnus par un public et aussi par les spécialistes. La preuve, les précédents lauréats du prix ASILIA s'appellent Yasmina Khadra, pour l'ensemble de ses œuvres, Djamel Amrani pour l'ensemble de ses œuvres, Maïssa Bey, pour son roman " Et surtout ne te retourne pas ", Waciny Laredj pour son livre " L'Emir Abdelkader " et Rachid Boudjedra pour toute son œuvre. Cinq noms qui sont loin d'être une surprise ou une révélation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.