«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les transferts des migrants en baisse
Conséquence de la crise
Publié dans Le Maghreb le 02 - 04 - 2009


La crise économique mondiale ne fait qu'impacter l'industrie. Elle frappe de plein fouet les transferts des fonds des migrants, ce qui risque de toucher certaines économies dans les pays en développement. Selon les prévisions de la Banque mondiale, les envois de fonds ne dépasseront pas 290 milliards de dollars en 2009, contre 305 milliards de dollars en 2008. Néanmoins, l'institution multilatérale met en avant le fait que, malgré cette baisse, les envois de fonds resteront plus élevés que les flux de capitaux privés et l'aide publique au développement. Selon la Banque mondiale, à mesure que la crise financière s'accentue partout dans le monde, les travailleurs migrants sont confrontés à un contexte plus difficile, caractérisé notamment par un chômage accru et des manifestations d'hostilité à leur égard. Néanmoins, le nombre relativement stable des travailleurs migrants permet aux envois de fonds de se maintenir. Les flux d'envois de fonds vont se maintenir, car de nombreux pays ont un nombre bien établi de migrants qui sont peu susceptibles de quitter leur pays d'adoption. Ces derniers continueront d'envoyer de l'argent à leur famille, même s'ils doivent réduire les sommes, explique l'économiste Dilip Ratha, responsable de l'équipe chargée des migrations et des envois de fonds à la Banque mondiale . Selon une nouvelle étude du Centre for Cities (Centre de recherches sur les villes - site en anglais), les travailleurs migrants originaires d'Europe de l'Est émigrés au Royaume-Uni y restent pour la plupart, en dépit de la montée du chômage. L'équipe de M. Ratha prévoit une légère diminution des envois de fonds en 2009, qui devraient représenter environ 1,8 % du PNB (contre 1,9 % en 2008). Cependant, étant donné que les envois de fonds ont connu ces dernières années une croissance à deux chiffres, selon les données officielles, cette baisse annoncée sera préjudiciable à de nombreux pays pauvres, comme l'explique la Fiche thématique sur les migrations et le développement (PDF en anglais), mise à jour, de la Banque mondiale. Celle-ci indique que les envois de fonds de Russie, d'Afrique du Sud, de Malaisie et d'Inde en direction des pays en développement sont " particulièrement exposés aux effets de la crise économique ". Les envois de fonds ont connu un net recul durant le deuxième semestre 2008, tout particulièrement en Europe et en Asie centrale. Dans des pays comme le Tadjikistan, la Moldavie et la République khirgize, dont de nombreux habitants ont émigré en Russie, la part des envois de fonds dans le PIB va diminuer " dans des proportions très importantes " souligne M. Ratha. L'une des raisons qui explique ce recul global est que les salaires des travailleurs migrants risquent de baisser davantage que ceux des travailleurs nés dans le pays. En élaborant les prévisions concernant les envois de fonds, l'équipe de la Banque a supposé que les salaires des travailleurs migrants chuteraient de 5 points de pourcentage de plus par rapport aux salaires des employés originaires des pays. Selon M. Ratha, on prévoit une baisse encore plus importante en Russie, en Malaisie et dans les pays du Golfe. M. Ratha a incité les pays en développement à tirer parti de la richesse de leur diaspora en émettant des obligations " diaspora " . En Afrique par exemple, ces obligations pourraient soutenir les pays dépendant d'une aide publique au développement restreinte. Les pays devraient également faire en sorte que les émigrés puissent envoyer de l'argent à leur famille plus facilement et à moindre coût, ajoute-t-il. Actuellement, le coût moyen des envois d'argent par les canaux officiels représente plus de 10 % de la valeur de la transaction. Dans certains pays, il peut atteindre 25 voire 30 %. Isma B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.