PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les producteurs algériens appelés à prendre leur part de marché
Produits Halal en Europe
Publié dans Le Maghreb le 27 - 03 - 2010


Le marché du halal en Algérie explose et les entreprises algériennes ont des parts de marché à prendre. Dans ce sens, le Salon de l'alimentation et des services Halal, prévu les 30 et 31 mars à Paris (France) pourrait constituer une bonne occasion pour prospecter et résenter ces m^mes produits. Ce salon, qui réunit les circuits de distribution, les fabricants et les importateurs de produits Halal en France et en Europe, est un "lieu incontournable d'échanges entre les différents acteurs", a indiqué à la presse le responsable de l'agence organisatrice du salon GL Events Exhibitions, M. Farid Terrache. M. Terrache s'exprimait lors d'une journée technique sur le marché des produits halal en Europe, organisée par Algex et Optimexport (Programme de renforcement des capacités exportatrices des PME algériennes). A cet effet, il a exprimé son souhait de voir les 11 sociétés algériennes devant prendre part au salon "profiter de l'espace de rencontres et d'échanges ainsi que les opportunités d'affaires offertes par cette manifestation en vue de développer et d'intensifier leurs exportations de produits Halal" vers les pays européens à forte communauté musulmane. Actuellement, la quasi-totalité de l'offre Halal en Europe et, particulièrement, en France, est assurée par des sociétés locales gérées, en grande partie, par des cadres originaires de pays maghrébins, a noté M. Terrache, lui même installé à l'Hexagone, en ajoutant qu'aucune société de droit algérien n'a pu encore investir ce domaine. Selon lui, les plats cuisinés (surgelés), les produits carnés, les produits d'épiceries, les boissons non alcoolisées et les produits traditionnels -dits de "Bled" comme le couscous- ainsi que les graisses alimentaires d'origines animales non porcines sont les créneaux qui connaissent une croissance appréciable. Par ailleurs, un consultant auprès de fabricants et distributeurs de produits Halal, M. Wael Hasnaoui, a affirmé que le chiffre d'affaires de cette activité a atteint 641 milliards de dollars à travers le monde en 2009 contre 632 milliards en 2008, dont plus de 5 milliards de dollars en France où elle connaît une croissance annuelle de 10%. Les débats engagés lors de cette rencontre ont, particulièrement, soulevé la problématique de certification des produits. Il a été ainsi constaté qu'une cinquantaine d'organismes de certification et de labellisation existent en France à titre d'exemple. "Certains de ces organismes travaillent sérieusement et leurs listes de producteurs certifiées sont périodiquement actualisées, alors que d'autres sont laxistes, ce qui a conduit à des dérives provoquant une certaine perte de confiance auprès de consommateurs très exigeants en matière de respect des principes islamiques", a reconnu M. Hasnaoui. Sur ce point, le directeur général d'Algex, M. Mohamed Benini, a affirmé que cette problématique représente, au contraire, "un important atout pour les producteurs algériens locaux totalement conformes aux principes de la Charia" en terme d'abattage. Notons dans ce sens que la Beci Chambre de Commerce de Bruxelles vient de présenter sa Certification Halal Officielle Européenne. Selon la Beci la nourriture halal est surtout la nourriture que un quart de la planète consomme chaque jour, mais aussi de 17% des citadins des grandes villes européennes comme Paris, Londres, Bruxelles ou Berlin. Actuellement en Europe, les administrations ont dans leur cahier des charges l'obligation de proposer des menus halal ce qui doppe les fournisseurs de ce type de produits certifiés. Il est grand temps que l'Algérie rejoigne les firmes françaises, allemandes mais surtout anglaises qui ont anticipé cette donnée et squattent certains marchés. Ce marché halal constitue un potentiel énorme encore mal exploré en Europe. Les grandes opportunités, non encore bien explorées, attirent les grands opérateurs de tout ordre. Ainsi, les grandes marques souhaitent développer leur potentiel pour conquérir le marché. Un marché juteux qui réalisera un chiffre d'affaires de 5,5 milliards d'euros en 2010, selon les estimations de l'institut Solis, un cabinet spécialisé dans les études marketing ethniques. Ce dernier vient d'achever un programme d'études sur le marché du halal avec notamment une enquête auprès des populations originaires du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) vivant en France et ce, sur des thèmes différents, à savoir les comportements de consommation des produits halal (viande charcuterie, plats cuisinés…) les fréquences d'achat, les sommes dépensées, les circuits de distribution fréquentés, sur aussi la notoriété et l'image des marques actives aujourd'hui sur ce marché et les attitudes et motivations des consommateurs. Cette étude a révélé que 4, 5 milliards d'euros seront dépensés en 2010 par les ménages pour leurs achats de produits alimentaires halal. On note, dans la même étude, que ces derniers mois auront connu la plus importante évolution jamais observée sur le marché du Halal en France, sachant que la présence de ces produits dans la grande distribution a été initiée il y a plus de 10 ans. Chaque année, durant la période de ramadhan, il a été observé une brusque accélération de la croissance de ce marché, et ce, sur plus d'un plan, notamment en 2009. Ainsi, les lancements de produits ont été nombreux avec désormais une présence plus massive des marques des grands groupes agroalimentaires mais également des marques de distributeurs. Pour la première fois, les mass media ont été utilisées comme levier marketing. Lors de cette même période. L'étude montre que la viande ( 99,3%) et la charcuterie (70%) sont les principales catégories achetées, loin devant les plats cuisinés qui représente un taux de pénétration de 22,9%, suivis des bouillons cubes avec 16,1%. Viennent ensuite les soupes avec 12,7% et les bonbons avec 10,9%. Pour certaines catégories comme la charcuterie et les plats cuisinés, le dynamisme marketing des industriels et des distributeurs s'est traduit en 2009 par une forte croissance du nombre d'acheteurs, notamment en Île de France. Durant les 10 premiers mois de l'année 2009, la charcuterie a connu une augmentation de 31% en termes de nombre d'acheteurs, et les plats cuisinés une hausse de 51%. Le circuit d'écoulement de ces produits passe encore en grande partie par les commerces traditionnels mais il s'étend aujourd'hui aux réseaux GMS (Grandes et Moyennes Surfaces), pour ce qui concerne les offres de produits halal élaborées pour partie par les grands groupes agroalimentaires français.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.