De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Belatoui espère un véritable départ    Est-ce le déclic?    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le retour imagé d'un continent
Projection de "AfriKa is back " de Chergui Kherroubi et Salem Brahimi
Publié dans Le Maghreb le 07 - 07 - 2010

"Afrika is back" : C'est le slogan du 2ème PANAF 2009 qui a été retenu comme titre du film documentaire présenté dimanche à la salle Ibn Zeidoun de Riad El Feth. Cosigné Chergui Kharroubi et Salem Ibrahimi, ce film documentaire entièrement financé par le ministère de la Culture dure une heure et demi.

Un film similaire intitulé sobrement, " Festival panafricain d'Alger 1969" a été déjà signé quarante ans plus tôt par l'américain William Klein. Ce dernier était d'ailleurs présent au PANAF 2009 avec ce même film projeté alors à la cinémathèque Mohamed Zinet, et il était présent lors de l'avant-première ce dimanche de "Afrika is back " aux côtés de la star d'Hollywood Danny Glover. L'un comme l'autre film étaient chargés d'articuler les nombreuses prises de vues tournées alors par diverses équipes. Les deux films nourrissent également d'images d'archives et d'entretiens avec des représentants de mouvements de libération, mais aussi d'écrivains et d'essayistes africains ou caribéens comme le poète haitien René Depestre ou le linguiste sénégalais Pathé Diagne.
"AfriKa is back", a retracé les différentes étapes du 2e Festival culturel panafricain, cette manifestation continentale qu'a abritée Alger en été 2009, quarante ans après sa première édition. Le film revient sur les moments forts qui ont marqué le Panaf, depuis la cérémonie d'ouverture jusqu'à celle de la clôture, en passant par l'ensemble des colloques, concerts, festivals et autres évènements. Le documentaire s'ouvre avec le retour quarante ans après de William Klein, à Alger, pour assister à la projection de son film réalisé pour monrer au monde le côté jardin de cette Afrique, souvent montrée
par les lobbys médiatiques comme une poudrière laminée par les fléaux les plus tragiques.
Intertitre : Clin d'œil au 1er PANAF
"Afrika is back" condense des images très diverses à commencer par la fameuse parade qui a donné le signal pour débuter cette fête qui a duré 15 jours, et ce feu d'artifice grand comme le ciel d'Alger. Le 2ème PANAF avait démarré le 04 juillet 2009 et ce n'est pas par hasard que ce documentaire soit projeté une année après, à cette même date, symbolisant la fête de l'indépendance. Plein d'images défilent, les algériens qui n'ont pas toujours la chance de faire la fête ont investi les rues pour prendre dans leurs bras cet événement continental dont les objectifs sont tout aussi festifs que politiques. Clin d'œil au premier festival panafricain dans " Africa is back " sur la base d'images d'archives. Cependant, les trois thèmes autour desquels ce documentaire a été fignolé sont principalement d'ordre politique. Il s'agissait de l'Afrique et le monde, l'Afrique vue par elle-même et l'Algérie qui accueille le Festival panafricain 40 ans après. Parmi les intervenants, l'ex-ministre de la Culture du Mali, Mme Aminata Traoré, qui a dénoncé l'échec des indépendances africaines et l'omniprésence du colonisateur qui revient avec un nouveau genre d'armes… plus redoutables. Celle-ci précisera que la solution est entre les mains des Africains et que c'est à eux de se prendre en main pour une nouvelle révolution. L'émancipation des peuples africains viendrait donc d'eux-mêmes selon l'idée très logique de cette ministre. La star hollywoodienne Danny Glover abondera dans le même sens et soulignera que la révolution doit se faire culturellement avant tout. La réalisatrice Jihan El Tahri se penchera sur le problème de l'identité africaine tout en refusant l'idée des conflits linguistiques. De son côté, le cinéaste Abderrahmane Sissoko pense que les indépendances de l'Afrique ont été subies, tout en soulignant la difficulté de se reconstruire, dont souffre l'Afrique. Le côté sombre et inavoué de l'Afrique "humiliée" a été clairement dit par les intervenants qui croient que la force réside dans l'union. Le documentaire se poursuivra avec des images des troupes invitées du Panaf 2009 à la résidence d'artistes, une résidence où se concoctent des œuvres qui démontreraient
de façon claire, la faculté de création qu'ont les africains souvent regardés par les colons comme un peuple sauvage. Côté social, " AfriKa is back " a tenté de donner une carte postale de quelques endroits mythiques d'Alger à commencer par la Casbah et autres quartiers populaires remplis de ces gens ancrés dans leur ville. Khalida Toumi, la ministre de la Culture qui était présente à cette projection, dira cette sentence très idéologique : "le Festival panafricain est venu pour parachever la lutte antiterroriste. La nuit a été volée aux Algériens et le Panaf leur a rendu leurs soirées". Mais ce n'était qu'un film avec ses décors fleuris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.