PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les tensions poussent 2 000 Ivoiriens à fuir vers le Libéria et la Guinée
Publié dans Le Maghreb le 12 - 12 - 2010


Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué vendredi que la crise post-électorale en Côte d'Ivoire a poussé quelque 2.000 Ivoiriens, pour la plupart des femmes et des enfants, à rejoindre en quête de sécurité le Libéria et la Guinée. "Le HCR continue de suivre très étroitement la situation dans et autour de la Côte d'Ivoire et nous avons pris des mesures pour intensifier notre capacité de réaction en cas de détérioration de la situation", a dit le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d'une conférence de presse à Genève. "Nous espérons que les leaders ivoiriens résoudront la crise pacifiquement", a-t-il déclaré. Selon le HCR, environ 1.700 personnes ont traversé la frontière pour entrer dans le comté de Nimba, dans le nord-est du Libéria. Un autre groupe de 200 personnes est arrivé épuisé dans la région de Nzerekore en Guinée. "Les réfugiés ont tous fui depuis des villages situés entre les villes de Danane et Guiglo dans l'ouest de la Côte d'Ivoire", a préciséé M. Mahecic. "Ils ont indiqué au HCR avoir décidé de partir par précaution, car ils craignent l'instabilité et la violence alors que l'impasse politique persiste", a-t-il affirmé. Les équipes du HCR se rendent actuellement auprès des réfugiés dans les deux pays. "Nos équipes se rendant dans les zones frontalières enregistrent les nouveaux arrivants et évaluent les conditions pour répondre aux besoins les plus urgents", a indiqué M. Mahecic. Avant la crise actuelle, le HCR assistait quelque 13.000 réfugiés ivoiriens qui avaint trouvé refuge dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest après le déclenchement de la crise politico-militaire le 19 septembre 2002 dans leur pays, y compris 6.000 vers le Libéria, 4.000 vers la Guinée et 2.000 vers le Mali. Sur le front politique, secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly a indiqué que le statut de président d'Alassane Ouattara n'est pas négociable, alors que le président sortant Laurent Gbagbo, qui se dispute le fauteuil présidentiel avec M. Ouattara, évoque la possibilité de discussions pour dénouer la crise post-électorale en Côte d'Ivoire. "Ce que nous attendons de Laurent Gbagbo, c'est qu'il quitte le pouvoir et que le président élu Alassane Ouattara prenne fonction", a déclaré vendredi M. Gon Coulibaly. Recevant jeudi la communauté ethnique du district d'Abidjan, Laurent Gbagbo a fait une offre de dialogue. "Asseyons-nous et discutons. Les gens tournent mais on finit toujours par s'asseoir. On attend toujours que ce soit froid pour discuter", a-t-il déclaré. "A partir du moment où le peuple a tranché, ce n'est plus une affaire de négociations", a estimé pour sa part M. Gon Coulibaly. "Une fois que Laurent Gbagbo aura quitté le pouvoir et qu'Alassane aura pris en main les charges de l'Etat, les discussions entre Ivoiriens sont possibles sur telle ou telle préoccupation que M. Gbagbo pourrait exprimer", a-t-il souligné. Alassane Ouattara a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle par la Commission électorale indépendante (CEI) avec une "certification" de l'ONU. Les résultats ont été invalidés par le Conseil constitutionnel qui a proclamé Laurent Gbagbo élu. Les deux candidats au second tour ont formé chacun son gouvernement et mis en place des administrations respectives. Alassane Ouattara a le soutien de l'ONU, des grandes puissances et des institutions internationales, africaines et régionales qui menacent Laurent Gbagbo de sanctions s'il s'accroche au pouvoir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.